Après Nehalem, Intel mise gros sur Sandy Bridge Reviewed by Momizat on . Rating:

Après Nehalem, Intel mise gros sur Sandy Bridge

Intel Core i7 et Core i5 LGA 1155 Sandy BridgeAprès Nehalem, il y a 2 ans, voici que débarque Sandy Bridge, la nouvelle architecture Intel avec, à la clé, de nouveaux CPU, de nouveaux chipsets, un nouveau socket avec un petit pin en moins et bien sûr, de nouvelles cartes mères. Ces processeurs puissants et abordables renouvellent le milieu de gamme avec brio et enterrent nos Core 2 avec de belles innovations en prime.

Une nouvelle architecture et une nouvelle plateforme suscitent toujours de nombreuses questions, Sera-t-il nécessaire de changer complètement le matériel pour se mettre à jour? Quelle est la durée de vie de ce nouveau socket ? Les anciens processeurs valent-ils encore le coup?

Intel a-t-il réussi a faire encore mieux que les CPU et IGP actuels? Quels sont tes limitations et les avantages de la nouvelle plateforme face aux autres, ses apports, les modifications qui y ont été apportées? Que donne l’0verclocking sur socket 1155 ? Un changement de cette envergure n’arrive que tous les 2 ans, c’est donc avec impatience que nous nous sommes jeté sur les cinq premiers CPU disponibles.

Une histoire de famille

Malgré une dénomination qui se veut claire, il est parfois difficile de situer chaque processeur dans la gamme Intel.

En novembre 2008, Intel introduit les Bloomfield, des Quad core 45 nm avec HyperThreading sur socket 1366. Ces processeurs représentent alors le haut de gamme du fondeur. A l’été 2010, les Gulftown, des versions hexacores en 32 nm, sont lancés afin d’épauler les vieillissants Bloomfield. Ces puces équipées de six cores tiennent encore le haut du pavé, mais leur prix est astronomique (8OO euros pour un petit i7 970).

Pour ce qui est du milieu de gamme, Intel a lancé en septembre 2009, soit un an après les premiers i7, la plateforme 1156. Cette plateforme accueille alors des Core i5 700 (Quad Core 45 nm sans HyperThreading) et des Core i7 8OO (Quad Core 45 nm avec HyperThreading). Puis, quelques mois plus tard, à la rentrée 2010, ce sont aux Clarkdale d’entrer en jeu : des dual core 32 nm Intégrant un IGP sur le même PCB, mais pas dans le même die.

14 nouveaux processeurs

Le lancement de Sandy Bridge se fera en deux temps, mais 14 nouveaux processeurs sont pourtant déjà annoncés. Le gros des troupes, lancé en ce début d’année 2011, est constitué par des quad core, toujours dénommés Core i5 et i7. Les Core 17 se distinguent par la présence de quatre cores physiques et de l’HyperThreadlng, pour un total de huit threads ou cores logiques. Les Core 15 sont soit des quad core physiques eux aussi mals sans HyperThreadlng, soit des dual core avec HyperThreading. On en reste donc il quatre threads, mais avec des performances en théorie supérieures pour les 15 quad core. Enfin, les Core 13 sont des dual core avec HyperThreading, mais sans Turbo Mode. contrairement à leurs grands frères. A ce niveau. pas de changements vis-â·vis de la gamme actuelle, Deux processeurs K sont aussi dévoilés avec la particularité d’avoir un coefficient débloqué, mais aussi de bénéficier d’un HD3000 en guise d’IGP, au lieu du HD2000 des autres puces. Parmi ces 14 nouvelles puces, 6 processeurs basse consommation proposent, comme actuellement, une optimisation de la consommation, nécessitant une légère baisse de la fréquence, pour un TOP en baisse de 95 à 65 W sur les quad core portant le suffixe S. Les versions T, quant à elles, vont plus loin en rabaissant le TOP à 45 W sur ces mêmes quad core, mais la fréquence est elle aussi drastiquement diminuée, puisqu’on passe de 3,3 GHz sur un i5 2500 à 2,3 GHz sur la version 2500T ! Les prix sont très similaires a ceux des actuels Core i3, i5 ou i7. Les processeurs Sandy Bridge sont donc destinés à remplacer les Lynnfield au Clarkdale. Autour de 300 euros pour un i7, entre 170 et 200 euros pour un i5 et 120 euros pour un petit i3.

Et la suite?

A l’origine. il était prévu que seuls les quad core soient lancés en janvier, les dual core, principalement des Core i3 et des Pentium, auraient dû suivre en milieu d’année, Cependant, Intel a choisi d’annoncer quelques dual core, sans pour autant les lancer, La différence est subtile, mais permet au fondeur d’occuper le terrain en annonçant leur arrivée future. En attendant, il faudra cependant se contenter des dual core au socket 1156 en entrée de gamme.

En revanche, s’il est possible que la gamme des Core i7 s’étoffe avec des modèles plus rapides, la génération Sandy Bridge devrait être limitée aux quad core, pas d’hexacores sur cette plateforme pour l’instant.

Intel Sandy Bridge 1155

Au vu de toutes les améliorations apportées par Intel et des performances qui découlent de cette nouvelle architecture. nous ne pouvons qu’être enthousiasmés. Une consommation et une dissipation thermique considérablement améliorées, un prix Qui n’augmente pas et le tout avec des performances en hausse, L’architecture est 10 à 15 % plus efficace a fréquence égale. mais les nouveaux processeurs sont cadencés un peu plus fortement et intègrent un Turbo Mode encore plus Intelligent. En conséquence. les gains pratiques se situent entre 15 et 30 %, c’est tout à fait satisfaisant.

Les Phenom Il ou les anciens Core 15 et 17 offrent un très bon niveau de performances, il n’est pas nécessaire de changer, à moins d’avoir un réel besoin de puissance. Mais dans le ces d’une nouvelle configuration, il ne faut môme pas les considérer, ils sont moins puissants et pourtant tout aussi chers. Si vous n’avez pas les moyens ou pas le besoin d’une telle configuration, vous pouvez vous rabattre sur les petits Athlon Il el le soeket AM3 d’AMO, qui conserve un excellent rapport qualité/prix. Et si vous cherchez plus de puissance, vous devrez opter pour un coûteux i7 980X (ou i7 970), mais sachez que les douze threads de ces processeurs ne sont pas encore parfaitement exploités, de sorte que le gain pratique est Inférieur a ce que l’on pourrait attendre.

Un IGP polyvalent mais qui revient cher

Même si des optimisations des pilotes graphiques sont encore a prévoir, en vue d’un usage uniquement HomeCinema, tous les processeurs Sandy Bridge sont convaincants et offrent des performances équivalentes. Un i5-2300 est donc très suffisant. il en sera de même des prochaines déclinaisons i3-2120 ou i3-2100 qui seront plus abordables, Mais l’investissement dans cette plateforme n’est pas forcément avantageux face aux solutions existantes, Une carte mère H55/57 et un Pentium G6950, ou un chipset 880G associé à un processeur Athlon II entrée de gamme, remplissent déjà très bien leur office pour de la lecture vidéo, les Sandy bridge ne se distinguent alors que par leurs capacités vidéo stéréoscopiques, le bitstream audio HD qui est absent du 880G, voire d’un meilleur traitement vidéo si les pilotes progressent bien avec le temps.

En revanche, si vous comptez Jouer un peu avec votre PC de salon, l’i5-2500K équipé du HD3000, voire l’i3-23oo au HD2000 overclocké, seront plus intéressants que n’importe quel autre IGP. Certes, pour un budget similaire, une plateforme constituée d’une carte graphique d’entrée de gamme comme une GT220 et d’un CPU moins puissant offrira des performances 3D bien supérieures, mais elle consommera plus, dégagera plus de chaleur, pourra imposer le choix d’un boitier plus volumineux, et sera moins à l’aise pour n’importe quelle autre tâche bureautique.

Un i5 pour la bureautique?

Le cas de figure le plus approprié pour un Sandy Bridge reste donc l’utilisation au sein d’un PC de bureautique, La puissance du plus petit des CPU, l’i5 2300 est déjà largement suffisante, et couplé à une carte mère H67. Il permettra de se passer de carte graphique, sans pour autant faire totalement l’impasse sur les jeux vidéos. De plus, si vous encodez régulièrement des vidéos à destination de votre baladeur ou de votre Smartphone, le Quick Sync Video sera particulièrement intéressant et a l’avantage d’offrir la même vitesse de conversion quelque soit le processeur Sandy Bridge,

Cependant, malgré toutes les innovations qu’apporte Sandy Bridge, il est vraiment très décevant de voir apparaître un troisième socket en 3 ans chez Intel. Nous aurions apprécié un socket unique afin de simplifier le marché et l’upgrade potentielle, plutôt que de limiter la vie d’un socket a une année seulement. Ce socket 1155 semble capable d’accueillir la prochaine plateforme Ivy Bridge en 2012 et nous espérons que ce sera le cas.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(