BlackBerry Z10 & Q10 : Smartphones last chance Reviewed by Momizat on . Rating:

BlackBerry Z10 & Q10 : Smartphones last chance

BlackBerry Z10 & Q10 : Smartphones dernière chanceAvec son étonnant système d’exploitation BlackBerry 10 et ses terminaux Z10 et Q10, la firme canadienne tente désespérément de revenir dans une course dominée par Apple et Samsung. Ça passe ou ça casse!

Retrouver sa splendeur d’avant 2009, tel est l’objectif du canadien RIM, le fabricant des célèbres BlackBerry. Un objectif vital car depuis que le smartphone est devenu un produit grand public, les entreprises ont joué les infidèles. Elles s’adaptent désormais au terminal de leurs employés, le plus souvent des iPhone ou des Android. Et voilà RIM au pied du mur avec 5% de part de marché. D’où l’enthousiasme suscité chez les passionnés par le lancement de BlackBerry 10, le système d’exploitation totalement revu.

Avec deux nouveaux smartphones et des milliers d’applications disponibles au lancement, la multinationale pourrait bien transformer cette dernière chance en succès. l’Interface du système BlackBerry 10 est entièrement pensée pour nos doigts, et surtout pour les individus ultra-connectés. «Nous avons fait un système qui bouge avec son propriétaire, qui s’adapte il ses activités et ne reste pas figé», explique David Derrida, directeur produit de BlackBerry France. Toutes les fondions du smartphone sont facilement accessibles en quelques gestes. L’interface est d’une fluidité exemplaire en toutes circonstances, et sa réactivité n’a plus rien à envier à la concurrence.

Une messagerie universelle
Le must de ce système, c’est le BlackBerry Hub. Accessible à tout moment en glissant le doigt vers la droite de l’écran, il regroupe tous les messages de l’utilisateur. Il est possible d’y consulter ses mails, SMS, messages instantanés, notifications et rappels de rendez-vous, sans avoir à jongler avec différentes applications. BlackBerry 10 intègre déjà les services les plus courants tels Facebook, LinkedIn, Twitter, PayPal, Dropbox et Evernote. Mais tous les éditeurs pourront également intégrer les messages et les notifications de leurs applications dans ce Hub, qui se présente du coup comme une véritable messagerie universelle. On y retrouve aussi évidemment BlackBerry Messenger (BBM), la fameuse messagerie instantanée, maintenant capable d’assurer des conversations vidéo, et même de montrer le contenu de l’écran de son appareil en pleine conférence!

Le canadien – qui vient de se rebaptiser simplement BlackBerry – affirme aussi avoir concocté le meilleur clavier virtuel du marché. Il peut prédire les prochains mots que vous écrivez en étudiant le vocabulaire employé dans tous les messages, dans plusieurs langues à la fois. Il ajuste aussi la position des touches tactiles en fonction de la frappe. Plutôt bluffant à l’usage…

Sur sa page d’accueil, BlackBerry 10 regroupe les huit dernières applications utilisées. Ce système multitâche permet ainsi de basculer très facilement d’un programme à l’autre. Plus besoin de bouton: un mouvement du doigt vers le haut permet de réduire l’application en cours, pour se rendre directement sur le BlackBerry Hub ou pour revenir à l’écran d’accueil. Et d’un simple glissement vers la gauche, on accède à toutes les applications installées sur l’appareil. Fonction pratique pour les entreprises, BlackBerry 10 divise aussi le smartphone en deux zones bien distinctes. La première, personnelle, permet d’utiliser son mobile librement. La seconde est réservée aux activités professionnelles. Elle est entièrement gérée par le service informatique de l’employeur. La totalité de son contenu est protégée par chiffrement et peut même être supprimée à distance en cas de vol. Pour basculer d’une zone à l’autre, il suffit de glisser le doigt de haut en bas de l’écran. Rien de plus facile!

La force des Z10 et Q10
La principale différence entre les deux nouveaux modèles de BlackBerry réside dans le clavier : celui du Z1O est entièrement tactile. Quant au QlO, il se voit affublé du classique clavier physique emblématique de la marque. Le premier modèle, d’ores et déjà disponible en pré-commande chez les principaux opérateurs, coûte environ 580 euros sans abonnement. Il est équipé d’un processeur Qualcomm double cœur de dernière génération et d’une généreuse quantité de mémoire vive (2 Go) pour assurer à son propriétaire un usage confortable. L’appareil est du coup très puissant, comme en témoigne Cyril Guilleminot, directeur de l’éditeur français de jeux vidéo Gameloft : «Les quatre jeux vidéo que nous proposons au lancement du ZlO tournent aussi bien que sur le dernier iPhone.»

Le ZlO embarque 16 Go de capacité de stockage et peut accueillir une carte mémoire MicroSD. Armé d’un bel écran haute définition (1280 x 720 pixels), légèrement plus grand que celui de l’iPhone 5, le ZlO intègre aussi un capteur photo de 8 mégapixels accompagné d’un logiciel de retouche et de montage très simple à utiliser. Il est par ailleurs capable de se connecter aux réseaux de données 4G, y compris ceux que commencent à déployer les opérateurs français. Son autonomie – traditionnellement un atout de la marque – est annoncée à 10 heures en communication 3G. Un bon point. Quant au design, ce n’est pas mal non plus: l’appareil est très classique, mais soigné dans les moindres détails. Les modèles que nous avons eus en main étaient d’ailleurs estampillés «fabriqué au Canada»!

Avec son clavier physique, le Q10 devrait arriver sur le marché deux mois après le ZlO. Il est aussi équipé de 2 Go de mémoire vive pour faire tourner un grand nombre d’applications en même temps, mais BlackBerry n’a pas encore détaillé précisément ses caractéristiques techniques. On peut déjà constater que son écran est plus grand que celui des anciens modèles et que la forme de son clavier ne change pas d’un iota. BlackBerry est bien conscient qu’il lui faut surtout construire un «écosystème» assez riche pour faire revenir les clients et pour les fidéliser. C’est même le nerf de la guerre qu’il s’apprête à livrer contre ses concurrents Google et Apple.

L’atout des applis
Le magasin d’applications en ligne BlackBerry World s’est donc fixé pour objectif de réunir un maximum de contenus en appâtant les éditeurs le plus rapidement possible. Pari réussi, puisque la galerie a déjà récolté plus de 70 000 programmes dès son lancement. Le canadien affirme aussi avoir récupéré les 1 000 applications les plus utilisées du marché. Laurent Bourgitteau-Guiard, directeur général de l’éditeur bordelais Snapp semble en tout cas ravi : «Nous avons été agréablement surpris par la rapidité et par la fluidité du système, ainsi que par la qualité des outils mis à la disposition des développeurs […] Nous avons déjà programmé une bonne dizaine d’applications : Europe 7, Elle, Première, Public, Télé 7. Sud Ouest ou FidMe!».

La société canadienne propose également aux éditeurs d’adapter à moindre effort leurs applications Android sur BlackBerry 10, mais les résultats sont alors plus mitigés (quelques lenteurs, une interface différente, des pertes de fonctions liées aux services de Google, comme la localisation GPS). Le problème, c’est que parmi les 70 000 applications disponibles au lancement, une grande partie est issue de ce programme de conversion. Par ailleurs, le fabricant s’est aussi allié avec Disney, Sony, Universal et Warner pour proposer des films, des séries et de la musique sur le BlackBerry World. Il rechigne toutefois à évoquer la quantité de contenus disponibles, évidemment loin d’égaler celle de l’iTunes d’Apple.

Le meilleur système mobile
Une stratégie qui pourrait encore être bouleversée. Malgré la position délicate du canadien, de nombreux utilisateurs voient ce redémarrage d’un très bon œil. Les créateurs d’applications sont enthousiastes et les passionnés se disent impatients d’essayer les nouveaux terminaux. Certains analystes maintiennent toutefois que le sauvetage de BlackBerry reste compromis. Et les financiers aussi sont sceptiques: l’action a perdu presque 6% le jour même de l’annonce de BlackBerry 10. Alors, en cas d’échec commercial de ces «smartphones de la dernière chance», l’entreprise canadienne envisage de jouer son ultime joker: faire profiter d’autres fabricants de smarphones de son système d’exploitation moyennant finance.

Selon nous, sa nouvelle offre tient la route. Il dispose de tous les atouts pour frapper dans le mille et embrasser le succès, en commençant par l’un des meilleurs systèmes d’exploitation jamais créé pour les mobiles.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(