C’est pour quand la 4G en France Reviewed by Momizat on . Rating:

C’est pour quand la 4G en France

4G en France : C'est quand la date de deploiementAprès la focalisation sur l’arrivée du quatrième opérateur mobile, tous les regards se tournent désormais vers la 4G. Il s’agit de la future norme de téléphonie mobile – baptisée LTE, pour Long Term Evolution – qui va succéder à la 3G et ouvrir les vannes du très haut débit mobile.

Cette norme est déjà en service, notamment: en Suède et au Japon. Ceux qui ont pu y goûter ne tarissent pas d’éloges. Les débits constatés sont impressionnants, les usages des apparais mobiles prennent une autre dimension. Alors que la 3G a mis un certain temps à se développer et souffre encore de nombreux défauts (saturation, ralentissements, …) la 4G pourrait s’imposer rapidement et ce, pour plusieurs raisons.

Un calendrier de déploiement serré
L’autorisation d’utilisation des fréquences 4G (en 800 MHz et 2,6 GHz] a été délivrée par l’Arcep le 17 janvier 2012, la balle est désormais dans le camp des opérateurs.
Fin Mars, Orange et Bouygues Telecom ont dévoilé le calendrier du déploiement de leurs réseaux respectifs. Olivier Roussat, PDG de Bouygues Telecom, a confié que « la ville « pilatt: » de Lyon sera couverte au mois de juin et l’offre commerciale débutera fin 2012 – début 2013 avec 5000 sites et 50 % de la population couverte, essentiellement dans les grandes villes ». Orange procède à des tests grandeur nature sur Marseille et prévoit de commercialiser ses forfaits 4G au « tout début 2013 », SFR n’a laissé filtrer aucune date. Seule une publicité vantant son réseau 4G est visi~e sur les chaînes de télévision.

Les terminaux auraient pu être un frein au déploiement de ce réseau. Il n’en est rien: les mobiles 4G sont déjà disponibles, que ce soit pour les réseaux américains, européens ou asiatiques. Une certitude, les smartphones et tablettes actuels vont rapidement montrer leurs limites techniques au vu de la bande passante disponible. Les prochains modèles haut de gamme seront tous dotés d’un écran Full HD au minimum, d’un processeur graphique ultra-performant et d’une puce principale à quatre cœurs pour permettre le multitâche. Le fabricant chinois Huawei a même confié être capable de produire des processeurs mobiles à huit cœurs début 2013!

La seule véritable inconnue de l’équation reste les prix des abonnements. Au Japon le forfait pour 7 Go/mois coûte une cinquantaine d’euros. En France, les forfaits actuels laissent augurer des tarifs plutôt prohibitifs pour la future 4G. Orange vient ainsi de lancer une offre très haut débit en 3G à 42 Mbit/s pour 5 Go de données à 59 €/mois.

4G : Un réseau facile à mettre en place
Côté infrastructure, notez que le réseau 4G, qui s’appuie sur le réseau Internet, servira dans un premier temps essentiellement à acheminer des données. Les communications «voix» utiliseront les réseaux 2G et 3G et le réseau téléphonique filaire classique. Pour la simple raison que faire transiter de la «voix» sur IP en 4G impliquerait pour les opérateurs de lourdes modifications de leur cœur de réseau. Ils ont donc choisi de faire évoluer leurs réseaux en commençant par les antennes-relais, qui nécessitent moins d’investissement et sont plus simples à gérer. Conséquences directes pour le client final: les «engorgements intempestifs» du trafic data observés dans certaines villes et à certaines heures devraient fortement diminuer (du fait du délestage du trafic de la 3G vers la 4G) et les communications « voix» ne connaîtront pas de coupures lors du déploiement du nouveau réseau.

Autre bonne nouvelle, l’Arcep a défini un cahier des charges plutôt strict vis-à-vis des opérateurs, qui devront «couvrir, à terme, 95 % de la population de chaque département» et déployer « de manière accélérée la couverture des zones les moins denses du territoire ».

 

4G : Débits de téléchargement, Upload et Ping
De la 4G, le consommateur doit retenir deux choses. D’une part, ses débits phénoménaux, d’autre part ses temps de latence très faibles. Les débits dépassent de loin ceux de l’ADSL. Lors d’ure d’une démonstration organisée par Bouygues Telecom, le téléchargement (Download) atteint plus de 90 Mbit/s et le téléversement (Upload) 60 Mbit/s !

Ces débit seraient abaissés à 45 Mbit/s et à 30 Mbit/s environ pour une utilisation « réaliste » du réseau lors de son ouverture au grand public. Le temps de latence (Ping), lui, est illustré, par exemple, par le délai qui s’écoule entre le moment où un joueur effectue une action sur son ordinateur et où celle-ci est prise en compte et répercutée sur le serveur de jeu. Toujours lors de la même démo, le temps de latence moyen relevé était de 40 millisecondes, soit l’équivalent de celui constaté pour l’ADSL. Et Bouygues affirme pouvoir l’abaisser à 30 ms pour le lancement de son offre.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(