Call of Duty Modern Warfare 3 : Un nouveau succès? Reviewed by Momizat on . Rating:

Call of Duty Modern Warfare 3 : Un nouveau succès?

Call of Duty Modern Warfare 3 MW3Depuis le premier Modem Warfare en 2007, Call of Duty a pris chaque année la tête du classement des ventes. Pour parvenir à sortir un jeu par an, deux studios ont travaillé en parallèle sur la franchise. D’un côté, les créateurs de la série, Infinity Ward, de l’autre Treyarch, responsable du très rafraîchissant Black Ops. Pour Modem Warfare 3 cependant, Infinity Ward s’est associé à Sledgehammer, un tout nouveau studio de développement composé d’anciens membres d’Electronic Arts. L’objectif? Réaliser le meilleur Call of Duty jamais créé!

Pourquoi tant de pression? D’abord, parce que cette année, la concurrence nommée Battlefield 3 s’avère plus coriace que jamais. Ensuite, parce qu’au sein même d’Infinity Ward, les choses ont beaucoup bougé. Entre mars et avril 2010 en effet, une quarantaine d’employés, dont la plupart des têtes pensantes du studio, ont quitté le navire. On peut dès lors se demander si la qualité de ce troisième Modem Warfare va en pâtir; et si le duo composé des restes encore fumants d’Infinity Ward et de Sledgehammer, sera à même de faire aussi bien, voire mieux que l’ancienne équipe. Bref si MW3 sera la digne suite de ses prédécesseurs!

GUERRE OUVERTE

La conclusion de la campagne solo de Modern Warfare 2 laissait le joueur sur sa faim. Price et Soap, les deux héros de la série, ont réussi malgré de profondes blessures à se défaire d e justesse du traître Sheperd, Mais Makarov, son associé russe, s’est échappé. Et la guerre entre la Russie et les États-Unis n’a pu être évitée … Quatorze mois plus tard, le conflit bat son plein, les affrontements faisant rage en Europe et aux USA. Le scénario de MW3 emmène donc le joueur aux quatre coins du monde : New-York, Washington, Londres, Paris, Hambourg, Berlin, Prague, Dubaï ou encore Mogadiscio. Mais il faudra aussi passer par l’Inde,le Sierra Leone, un château en République tchèque, l’avion du président Russe ou encore le Kremlin à Moscou pour compléter la campagne solo, abattre Makarov une bonne fois pour toutes et, éventuellement, sauver le monde!

Les niveaux dévoilés jusqu’à présent ne font pas preuve d’une grande originalité mais garantissent le spectacle. Les zigzags maritimes dans la baie de Manhattan ou la poursuite d’un train dans les tunnels du métro de Londres nous ont prouvé que ce Call of Duty méritait amplement son nom … L’action est trépidante. Les effets spéciaux en mettent plein la vue. Et les scènes d’anthologie se succèdent à un rythme affolant. Mais si c’était trop? Les situations sont de plus en plus improbables, les missions toujours plu s dirigistes et la progression aussi prévisible que facile … On se demande parfois si l’on joue encore à un jeu vidéo ou si l’on n’est pas plutôt le spectateur d’un blockbuster américain. C’est bien beau de vouloir en faire toujours plus, mais encore faut-il ne pas perdre de vue l’essentiel, à savoir le fun procuré. Heureusement que de ce côté-là, Call of Duty a toujours pu compter sur son mode multijoueur …

RETOUR AUX SOURCES

L’ incroyable succès et la pérennité de la série ont toujours été garantis par la qualité de son mode en ligne. Des millions de joueurs s’affrontent tous les jours sur le live et le PSN. Un phénomène exceptionnel pour une expérience aussi addictive qu’accessible. Difficile dans ce cas de modifier une recette aussi bien rodée … Pourtant, les développeurs de Modern Warfare 3 ont fait évoluer le jeu sur deux aspects majeurs. D’une part, le titre réduit l’écart frustrant qui existait entre les parties des vétérans et des néophytes. D’autre part, il renoue avec les sensations et mécaniques du premier Modern Warfare. En effet, dès les premières minutes de jeu, il paraît évident que quelque chose a changé. La visée est moins stable, le recul des armes plus prononcé. Impossible dès lors d’aligner un ennemi à plus de 50 mètres avec un pistolet-mitrailleur ! MW3 a perdu le côté chirurgical et
précis de ses prédécesseurs …

Les combats demandent plus d’échanges de plombs, les affrontements se déroulent plutôt à courte portée et les duels épiques ne manquent pas. Pas étonnant donc que même les meilleurs joueurs aient besoin d’un petit temps d’adaptation. Le jeu semble un tantinet moins accessible, moins speed si l’on veut. Mais c’est, à l’image du premier Modern Warfare, une façon de renforcer la satisfaction qui succède à la prise d’expérience. Autrement dit, l’arc de progression du joueur a été remodelé, étendu, afin, au final de procurer encore plus de plaisir.

Pour parfaire ce petit retour aux sources, les développeurs ont dû créer 16 cartes totalement inédites adaptées aux nouvelles mécaniques de jeu. Cinq d’entre elles ont été dévoilées jusqu’à présent et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles présentent toute une particularité intéressante. La carte Paris, par exemple, s’avère idéale pour les joueurs débutants. Elle est petite, simple à mémoriser, sans trop de cachettes ou de raccourcis et, bien entendu, d’une esthétique raffinée. Les cartes Dome et Village de leur côté sont plu s labyrinthiques. La première présente une succession de petits environnements fermés au sein d’une base militaire du Moyen-Orient. Elle favorise de fait les spécialistes du corps à corps. La seconde utilise des décors africains assez ouverts, parfaits pour les tireurs d’élite. Les cartes Underground (à Londres) et Plaza 2 (à Berlin) exploitent, chacune à leur manière, un carrefour meurtrier. En gros, la plupart des affrontements se déroulent dans une zone centrale, ouverte sur tous les côtés, sur un ou deux étages. n va sans dire qu’il est plus sûr d’arpenter les périmètres adjacents, où joutes à courte portée (à Berlin) et combats plus classiques (à Londres) font rage. Mais au demeurant, c’est sur ces ronds-points de la mort que les joueurs pourront aligner un maximum d’ennemis en un minimum de temps.

DU FUN POUR TOUS 

En plus de renouer avec les mécaniques du premier épisode, les développeurs de MW3 ont voulu atténuer les différences de niveau entre les très bons joueurs et les autres. Pour ce faire, le principal changement qui a été opéré concerne les killstreaks. Ou, en d’autres termes, les ressources militaires (frappe aérienne, armure de combat. .. ) que le joueur obtient après avoir tué un nombre déterminé d’adversaires. Seul souci avec ces privilèges, c’est que le seul moyen d’en bénéficier reste d’enchaîner les exécutions sans mourir. Or, un Joueur moyen dépasse rarement les deux ou trois kills d’affilée avant de trépasser. Ce qui, de fait, empêchait de nombreux consommateurs d’accéder à une bonne partie des possibilités du jeu.

Dans Modern Warfare 3 donc, les killstreaks ont été séparés en trois packs : Assaut, Soutien et Spécialiste. Le premier fonctionne de la même manière qu’auparavant, Seuls quelques petits changements ont été effectués dans la liste des avantages possibles. Le second en revanche se destine aux joueurs moins efficaces. Pas besoin d’enchaîner les ennemis pour accéder aux ressources supplémentaires, la mort n’ est pas pénalisante. Toutefois, comme son nom l’indique, le joueur bénéficiera essentiellement d’outils de soutien tels que des tourelles antiaériennes, des drones de reconnaissance ou des bombes électromagnétiques (EMP). Enfin, le paquet Spécialiste se destine aux joueurs les plus égoïstes, Son principe est simple : après deux exécutions d’affilée, le joueur obtient un perk (une caractéristique bonus) en plus. Après quatre, un autre. Et après six, un troisième perk au choix. Mais il y a mieux. Il semblerait – on attend encore la confirmation officielle – qu’après huit adversaires liquidés, le joueur débloquerait tous les bonus du jeu, transformant alors son personnage en véritable machine à tuer!

En parallèle de ce changement majeur, les développeurs de MW3 ont supprimé la monnaie du jeu. Tout fonctionne désormais avec l’expérience. Pour améliorer une arme, il faut l’employer encore et encore, gagner des points d’expertise, monter de niveau pour, au demeurant, débloquer les modifications existantes. De fait, un joueur débutant pourra, en se focalisant sur la même arme, utiliser rapidement un outil ultra-perfectionné sans pour autant faire des massacres à chaque partie. De même, le tout nouveau mode Kill Confirmed facilite grandement la vie des novices. Proche d’une partie de team deathmatch traditionnelle, le principe est simple … Chaque soldat laisse tomber une plaque d’identité quand il se fait abattre. Pour que l’équipe marque un point et que le joueur récupère la totalité de son expérience, il faut la ramasser. Or, si le partenaire du macchabée s’en empare avant, le kill est refusé. Pas de point marqué, et l’expérience acquise est réduite de moitié. En revanche, si c’est un équipier du joueur, le kill est confirmé et les deux soldats concernés sont récompensés par des points d’expérience. Ainsi, un bleu pourra monter de niveau plus rapidement. Il lui suffira pour cela de partir à la chasse aux dogtags, comme on dit en anglais. Mais attention, ceux-ci pourront aussi servir d’appât à de petits fourbes embusqués dans un coin, prêts à faire feu sur le moindre ennemi pointant son nez dans la zone!

Une chose est sûre cependant. Ce mode fonctionne à merveille. Les parties sont intenses et tactiques. Tous les joueurs peuvent s’y retrouver aisément. Et le jeu en équipe gagne en intérêt. Bref Kill Confirmed va sans aucun doute s’imposer comme l’un des nouveaux modes phares de Call of Duty. Quoi de mieux pour inaugurer une nouvelle année 2012 de succès ?


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(