Jeux vidéo : Tablettes Vs Consoles portables Reviewed by Momizat on . Rating:

Jeux vidéo : Tablettes Vs Consoles portables

Jeux vidéo : Tablettes tactiles Vs Consoles portables

Les tablettes tactiles gagnent de plus en plus de terrain face aux consoles portables, surtout en terme de graphisme haute définition, prise en main immédiate, prix des jeux attractif…

C’est inéluctable, la tablette numérique est en train de tuer les consoles portables! Voyez plutôt: entre une ardoise à 200 euros, permettant de jouer, de travailler ou de surfer sur le Web, et une console portable au même prix, dédiée simplement au jeu, il est de plus en plus facile de faire son choix. Car les arguments techniques des tablettes ne manquent pas. La Kindle fire d’Amazon à 159 euros et la Nexus 7 de Google à 199 euros constituent ainsi de sérieux adversaires: écran 7 pouces (17,8 cm), processeur double cœur pour l’une, quadruple cœur pour l’autre et 1 Go de mémoire vive chacune. Et, dans les boutiques en ligne, plus des deux tiers des applications sont des jeux. Sans compter qu’une fois la partie terminée, d’autres applications prennent le relais. On peut relever ses mails, surfer sur Internet, regarder une vidéo ou parcourir les pages d’un livre électronique.
L’ascension de la tablette face à la console de jeu se traduit indéniablement en chiffres. En avril 2012, la France comptait 14,3 millions de joueurs nomades: 78 % sur tablette et smartphone, contre 22 % sur console portable. Les raisons de cet engouement sont simples, comme l’explique Thibault, 25 ans: «J’ai lâché ma DS, il y a un petit moment. La prise en main d’un jeu sur tablette est immédiate et intuitive. Les mécanismes sont rapidement assimilés et les défis deviennent addictifs. Dans les transports en commun, il est facile de lancer une courte session de jeu.»
À l’heure où les éditeurs ferment certains studios chargés du développement sur console, les développeurs délaissés montent des structures tournées vers la création de jeux pour mobile. David Kern, un ancien de Zipper Interactive (studio de Sony), explique son choix: «Le marché du jeu sur tablette est en plein essor et la puissance des modèles actuels est impressionnante !» De même, des icônes du jeu vidéo comme Peter Molyneux se tournent vers le développement sur tablette. Le créateur visionnaire de Populous ou de Fablevient de fonder un studio consacré à la production de titres pour Apple. Réduction des coûts assurées: un petit studio de quelques personnes peut mettre sur pied un jeu de grande qualité à peu de frais. Ainsi avec 140000 euros d’investissement, Angry Birds a rapporté plusieurs millions d’euros de bénéfices. Fabien Delpiano, développeur à l’origine de Rayman sur iPad, tempère: «Sur l’App Store, moins d’une dizaine de jeux ont rapporté des millions d’euros et plusieurs milliers ont rapporté moins de 500 euros».

Quoi qu’il en soit, le jeu sur tablette est devenu un vrai marché; des projets ambitieux comme l’adaptation sur iPad du jeu de rôle Baldur’s Gate sont en cours. Des titres capables de fédérer les joueurs les plus assidus et qui pourraient donner aux tablettes leurs derniers galons de machines à jouer.

Le catalogue de jeux : Ex æquo

Les tablettes et les consoles portables (PS Vita et 3DS) disposent de catalogues difficilement comparables. Pour schématiser, les premières proposent quelques titres exceptionnels parmi des centaines de milliers de jeux, et les secondes offrent moins de titres mais à forte notoriété: Super Mario, Uncharted, etc. Certains jeux mobiles ne sont que des conversions faites à la va-vite qui n’ont pas été pensées pour le tactile. On trouve quantité de clones de casse-briques et de Pong sans intérêt. Les contre-exemples existent avec les succès que sont Angry Birds, Amazing Alex ou cut the Rope. Tous bénéficient d’une prise en main immédiate propre aux tablettes. Pour rendre le joueur accro, la plupart comportent des éléments tactiques ou de réflexion. D’autres, tel Fruit Ninja, misent sur les réflexes qui séduisent un large public grâce à une réalisation soignée et à un principe simple. Certains éditeurs, comme Rockstar ou Ubisoft, commencent à adapter leurs jeux à succès sur les tablettes. Le premier a décliné sa série Grand Theft Auto et le second vient de publier une version de Rayman très réussie. Electronic Arts Mobile s’est mis à proposer des adaptations de ses titres les plus célèbres (DeadSpace, Fifa, Mass Effect) sur iPad.

Le catalogue des consoles portables, quel que soit leur fabricant, regorgent de jeux de grande qualité. Tous les titres qui impliquent Mario et ses amis remportent un franc succès. Chaque nouveauté estampillée Pokémon bat des records de ventes. Quand Nintendo ressort d’anciens titres mis au goût du jour comme Kid Icarus au Starfox, c’est le jackpot assuré. Chez Sony, les aventures de Kratos, le spartiate de God of War ou celles de Nathan Drake, le héros d’Uncharted, comptent un solide noyau d’aficionados.

Les performances graphiques : Avantage au tablettes

Les iPad de deuxième et troisième générations sont capables, avec leur écran 10 pouces (25,4 cm), d’afficher des graphismes en haute définition. Si les tablettes 7 pouces n’égalent pas tout à fait ces performances, elles offrent un grand confort visuel. En comparaison, l’écran de la 3DS et celui de la PS Vita sont en retrait. Leur petit format ne permet pas de rivaliser. La 3DS affiche une définition de 800 x 240 points sur son écran principal, qui affiche péniblement en relief les jeux, et la Vita 960 x 544 points sur son écran tactile à technologie Oled, qui donne des contrastes intenses et des couleurs vives.
En termes de puissance de calcul, les dernières générations de tablettes surpassent les consoles portables. On obtient des graphismes de la même qualité que ceux sur consoles de salon, grâce aux puces graphiques telles que la Tegra 3 de Nvidia qui équipe la Nexus 7. Seule, la Vita de Sony peut lutter à armes égales, car elle dispose d’un puissant processeur graphique à Quatre cœurs. Toutes les tablettes récentes embarquent au moins l Go de mémoire vive, ce qui les place au-dessus des consoles: 512 Mo sur la Vita et 128 Mo sur la 3DS.
Pour Fabien Del piano, les tablettes sont des plateformes intéressantes: «On est un peu plus limités que sur un PC ou sur une machine pensée pour le jeu, mais elles sont faciles à apprivoiser. On en fait ce qu’on veut. Et, question puissance, en attendant la prochaine génération de consoles de salon, les ardoises dominent au niveau graphique et sonore.»

L’ergonomie : Avantage au tablettes

Les ardoises tactiles sont les seules à offrir une prise en main immédiate et intuitive: un enfant de 4 ans maîtrise n’importe quel jeu en quelques secondes. Les mécaniques de jeu sont naturelles. La plupart du temps, il suffit de tapoter ou de glisser le doigt. Toutes les interactions sont simples et ne nécessitent aucun apprentissage. C’est le contraire de ce que l’on trouve sur une console portable: la manipulation des sticks et les combinaisons de boutons demandent de la pratique.
Quant aux interactions rendues possibles avec le gyroscope ou l’accéléromètre (secouer l’appareil ou le faire pivoter), les deux appareils sont à égalité: consoles et tablettes disposant de ces fonctions. De même, 3DS, Vita et tablettes possèdent au moins une caméra. Elles sont donc au même niveau du côté des jeux en réalité augmentée. Cependant, les titres sont peu nombreux dans les magasins d’applications en ligne et leur intérêt comme leur durée devis est assez faible. Les tablettes offrent ainsi des interactions moins complexes que la 3DS ou la Vita. C’est pour cette raison qu’Archos lancera un modèle baptisé GamePad. Conçue pour le jeu, cette ardoise fonctionnant sous Android est munie des mêmes sticks et boutons qu’une console portable. Elle devrait être vendue 149 euros. D’autres fabricants devraient lui emboîter le pas comme Kyocera, qui vient de présenter un modèle similaire.

Le prix : Avantage au tablettes

Le prix des jeux (entre 30 et 40 euros) a un impact sur le budget du joueur sur console portable sauf pour les adeptes du téléchargement illégal et des consoles modifiées. De leur côté, les tablettes et les mobiles ont instauré le micropaiement. Sur les boutiques d’applications en ligne, quand ils ne sont pas gratuits, les jeux sont vendus entre 0,79 euro et 5,99 euros. De manière exceptionnelle, des titres divisés en chapitres, comme The Walking Dead, peuvent revenir à 15 euros, ce qui reste loin des prix des jeux sur console. On peut ainsi emmagasiner 50 jeux sur une tablette pour le prix d’un seul sur une console.

D’autant que, dans l’esprit des consommateurs, le micropaiement est devenu la règle. Ces derniers trouvent, du coup, prohibitif le prix des jeux sur console. L’autre motif qui contribue au succès des tablettes tient à leur mode de distribution très pratique: les magasins d’applications en ligne. Très pratiques, ces boutiques dématérialisées permettent d’acheter ces jeux sans avoir à se déplacer. Où que l’on se trouve et quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, on peut télécharger en un clic le dernier jeu du moment. Alors que pour en disposer immédiatement sur console, il faut se déplacer pour acheter la cartouche!

L’encombrement : Ex æquo

les tablettes 10 pouces (25,4 cm) sont encombrantes à manipuler en déplacement. Évidemment, la multiplication des modèles 7 pouces (17.8 cm) avec Kindle Fire et Google Nexus 7 en tête constituent des alternatives intéressantes. Celles-ci proposent un écran suffisamment spacieux pour jouer confortablement, et des dimensions compactes qui permettent de les utiliser dans les espaces confinés. Bien que sur ce point, la 3DS et la Vita, conçues comma des machines de jeu nomades, restent très agréables à utiliser.
Las tablettes marquent un point supplémentaire sur le terrain de l’autonomie. Là où ces dernières tiennent facilement une dizaine d’heures, la Nintendo 3DS flanche après 5 heures d’utilisation et la PS Vita de Sony s’endort au bout de 4 heures.

Le vainqueur du match : Les tablettes

Catalogue de jeux prix attractifs, prise en main immédiate et intuitive, puissance supérieure et polyvalence: les tablettes remportent le match haut la main. Même si elles ont quelques lacunes, un manque de titres pour les joueurs assidus et un format parfois encombrant en déplacement, ces ardoises permettent à un large public de goûter désormais aux joies du jeu vidéo.

Points forts des Consoles portables Points forts des Tablettes tactiles
+ Le format poche
+ Le catalogue riche
+ La qualité des jeux
+ Les interactions
+ Des jeux plus longs
+ L’autonomie élevée
+ La polyvalence
+ Le prix des jeux
+ L’écran spacieux
+ La puissance

 

 

 

Nintendo Wii U: la tablette comme manette

La nouvelle console de jeu de Nintendo se contrôlera à la «mablette». Contraction de «manette» et de «tablette», ce périphérique combine l’équipement d’une console de jeu (deux sticks analogiques, une croix directionnelle, quatre boutons d’action, ainsi que quatre boutons sur la tranche) et d’une ardoise (un écran tactile multipoint LCD de 15,24 cm, différents capteurs et accessoires). La mablette embarque ainsi un gyroscope, un accéléromètre, un capteur géomagnétique, une caméra frontale, un microphone et une paire de haut-parleurs. Elle est également dotée d’une fonction de vibration, d’une barre tactile et du NFC (Near Field Cmmunication).

Et peut compléter la console de salon: un jeu commencé sur la télé peut se poursuivre sur son écran. Côté jeux, la Wii U bénéficiera d’un catalogue spécifique, des titres exploitables uniquement sur la mablette et téléchargeables sur l’e-Shop Nintendo, le magasin en ligne de l’éditeur devraient aussi y être proposés des jeux tels que les échecs, Othello, les dames et d’autres tenus secrets.

La Wii U dispose d’un module à infrarouge pour interagir arec une TV. Sa sortie est prévue le 30 novembre en deux versions: une basique à 299 euros avec 8 Go de mémoire; une premium à 349 euros avec 32 Go de mémoire, un support et le jeu Nintendo Land. Rendez-vous début 2013 pour voir si la «greffe» a bien pris.

strong


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(