La fibre Optique en 2025 : Les enjeux techniques, financiers et politiques Reviewed by Momizat on . Rating:

La fibre Optique en 2025 : Les enjeux techniques, financiers et politiques

France Numérique 2012 - 2020Démocratiser l’accès à Internet ne relève pas des priorités politiques .. Et quand le sujet est abordé, la fibre optique pour tous apparaît comme la seule solution miracle avancée. Mais l’échéance reste lointaine, et la patience de rigueur.

Il y a deux ans, en plein débat sur la création de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet, le Conseil constitutionnel affirmait que l’accès à Internet est un droit fondamental. Mais tous les Français ont-ils accès à Internet? La réponse est non.

Il existe des «zones blanches» où les habitants n’ont pas la possibilité d’accéder à Internet aussi facilement qu’en ville. Pour eux, il existe deux solutions: d’une part, les initiatives locales financées par des opérateurs privés et les collectivités territoriales (aidées très modestement par l’État) ; d’autre part les FAI par satellite ou WIMAX comme alternatives de désenclavement numérique. Si le simple fait qu’elles existent est remarquable, leur réalité économique ne permet pas la péréquation nationale.

Couverture fibre optique en France : 2012-2020-2025

Depuis 2008, le gouvernement français souhaite réduire ces inégalités grâce au Plan France Numérique 2012, lequel sera suivi en fin d’année par le Plan France Numérique 2020. Son but: amener le très haut débit partout sur le territoire.
Aucun candidat ne s’oppose vraiment au Plan France Numérique. Ce sont sur les «détails» que le gouvernement et les candidats ne s’accordent pas. Notamment sur deux d’entre eux.
D’abord l’échéance à laquelle la France doit être couverte par te très haut débit (fibre, câble ou autre) financièrement accessible. Selon les propositions, cette date s’échelonne de 2017 (front de gauche) à 2025 (Plan France Numérique). en passant par 2020 (UMP) ou 2022 (PS). D’autres préfèrent ne pas se prononcer. Et c’est certainement le plus raisonnable, car certaines estimations plus réalistes parlent de 2030.
Second détail, l’implication de l’État. Tous les courants politiques estiment que le gouvernement doit investir et inciter les opérateurs, les gestionnaires de réseau et les collectivités locales à investir du temps et de l’argent.

Contrôler les tarifs. Quelques propositions de candidat se recoupent: création d’un organisme d’État chargé de financer et de piloter les projets dans les zones peu ou moyennement denses; réalisation d’un cahier des charges à destination des opérateurs pour les inciter à investir partout en France (même là où ce n’est pas rentable), quitte à sanctionner les récalcitrants; et soutien des collectivités territoriales aussi bien financier que législatif. Reste à trouver … l’argent. Les candidats s’accordent également sur le fait qu’il sera nécessaire de contrôler les tarifs, notamment dans les zones très peu rentables. Car tous sont attachés à la péréquation des prix.

En effet, celle-cl n’est pas assurée: chez Free, SFR ou Bouygues Telecom, un forfait ADSL sur ligne dégroupée est moins cher que sur ligne non dégroupée. François Hollande souhaite mettre en place une offre de base à 10 € / mois pour un accès Internet seul. Sorte de réponse au tarif Internet social (23 € pour le Web et la téléphonie) déjà mis en place par Nicolas Sarkozy. Mais la proposition du candidat socialiste sera moins chère et proposée à tous, et non plus uniquement aux bénéficiaires du RSA.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(