Las Vegas CES 2012 : Tendances de l’année Reviewed by Momizat on . Rating:

Las Vegas CES 2012 : Tendances de l’année

CES 2012 Las Vegas : Tendances de l'annéeD’ordinaire plutôt festif, le CES de cette année sent la cuite à la Sud tiède au fin fond d’un bar sordide de Freemont-Street. Il faut dire que l’industrie électronique n’a été épargnée ni par la crise économique, ni par les inondations en Thaïlande et encore moins par les conséquences dramatiques du séisme au Japon. Pourtant, cette édition était riche en nouveautés, là où on ne les attendait pas.

Cette année encore, toute l’industrie des nouvelles technologies s’est don née rendez-vous dans le Consumer Electronic Show de Las Vegas, histoire de présenter ses nouveautés pour 2012. Les acteurs de l’électronique grand public se posent beaucoup de questions en ce moment eu égard aux récents événements qui ont ébranlé le monde l’année dernière.

Mais ce CES marque aussi un tournant pour un secteur d’activité désormais devenu mature. Fini les croissances à deux chiffres ! Oubliée la grande époque où n’importe quelle cochonnerie se vendait quand même du moment que c’était beau, fin et plat… Du point de vue qualité, c’est tant mieux. Désormais, il faut se creuser la tête, aller chercher l’idée qui va faire la différence, apporter u ne vraie va leu r ajoutée pour l’ utilisateur et toutes les marques n’y arriveront pas.

Le téléviseur se cherche
L’exemple le plus flagrant reste le domaine de la télévision. Il faut regarder la réalité en face. Les analystes les plus optimistes annoncent un chiffre d’affaires en recul d’au moins 15 %. Cela n’est pas imputable à la crise. Le rythme de croissance se ralentit depuis quelques temps déjà et malgré le record historique de 8,7 millions de téléviseurs vendus en France l’année dernière, on entame la décroissance tout simplement parce que l’immense majorité a remplacé le tube par le plat. Aujourd’hui, 80 % des foyers français sont équipés. Les marques doivent changer leur fusil d’épaule et viser le marché de remplacement. Aujourd’hui, le prix moyen des téléviseurs vendus en France se situe sous la barre des 500 euros. Tant qu’il y avait une croissance à deux chiffres, cela s’amortissait mais cette période est révolue.

L’important n’est pas la chute mais l’atterrissage et il ne sera pas facile de faire remonter la valeur. Certains comme Sharp pensent y arriver en se focalisant sur de très grandes diagonales, mais l’espace manque dans nos appartements qui ne sont pas extensibles! D’autres, comme Samsung et LG sont pris d’une soudaine gadgetophilie aiguë en proposant un contrôle à la voix par ci et de la reconnaissance de mouvement par là. C’est d’ailleurs plutôt une bonne idée mais qui va changer de téléviseur pour si peu? Car ce n’est pas ce que l’on peut faire de la TV connectée qui sera une motivation suffisante. Qui se voit réellement parler à sa télé? Quant au contrôle par le mouvement, cela fait un peu syndrome de Tourette quand même. La concurrence de la tablette pour surfer, jouer et plus généralement consulter n’en sera guère impressionnée. En fait, dans leur obligation de recréer un peu de valeur, les constructeurs cherchent à tout prix d’autres utilisations à la TV alors que ce qu’elle fait de mieux, c’est d’afficher de la vidéo et il n’est pas sur que l’on veuille en faire autre chose finalement.

Les i-bidules prennent soin de vous
Outre l’évolution de l’interface utilisateur des téléviseurs, la santé et le bien-être connectés ont été une tendance majeure de ce salon. On l’a vu par exemple avec des appareils de sociétés comme Withings qui conçoivent et commercialisent des tensiomètres connectables à un iPhone, ou encore un pèse-bébé vraiment malin qui vous permet de surveiller les courbes de poids de votre enfant sans avoir a reporter les graphiques manuellement sur le carnet de santé. De même, on ne compte plus le nombre de baby-phones 2.0 vus sur le salon. La société iHealth va plus loin encore en proposant un appareil qui aide les diabétiques à contrôler leur taux de glucose ! On trouvait même ça et là des jouets Bluetooth dont l’action varie en fonction de la musique … Si toutes les applications ne font pas forcément sens sur le marché français, la santé et le bien-être connectés via un smartphone seront un domaine de croissance potentiel pour 2012.

La tête dans les nuages
Dernière tendance importante de ce salon, le stockage des données dans le Cloud est présent chez tous les constructeurs. Documents, photos, vidéos et musiques ne sont plus stockés chez vous mais sur un disque dur virtuel quelque part sur Internet. L’avantage de la méthode est de retrouver instantanément ses données sur tous les appareils connectés de la maison ou ailleurs. Cela oblige aussi à être connecté en permanence mais pose surtout le problème de la multiplication des services. Chaque constructeur y va de son offre et on risquera bientôt de perdre ses données dans les nuages, « Chéri, tu te souviens chez qui tu as archivé nos photos de mariage ? »
Certains comme Acer en restent donc au traditionnel stockage sur le PC de la maison mais permettent d’y accéder partout par le Web et se proposent même de réveiller l’ordinateur au besoin.
Chez Netgear, on propose du Cloud fait maison où c’est un disque dur branché en USB sur le routeur qui fait office de stockage mais il est accessible en tout point du globe.
Samsung et LG privilégient une approche plus centralisée en stockant les données sur leurs serveurs qui ensuite les distribuent. Vous prenez une photo avec votre smartphone à Las Vegas, elle apparaît quelques secondas après sur le téléviseur familial à Bruxelles. Mais c’est sans doute un mauvais exemple. «Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas », comme on dit !

Au final, le CES 2012 ne restera pas dans les annales comme l’édition du siècle, mais il apportait son lot d’innovations et le public ne s’y est pas trompé. On se presse toujours autant dans les quatre halls gigantesques du Convention Center, a priori dessiné, par un architecte aussi inspiré qu’un portier du Cesar Palace au petit matin. Cette année encore, le record d’affluence a été battu, avec 140 000 visiteurs enregistrés, soit 20 000 de plus que l’année dernière. Bref, malgré les difficultés, le marché de l’électronique grand public reste dynamique et c’est rassurant.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(