MINITEL 1982-2012 : La fin d’une formidable machine Reviewed by Momizat on . Rating:

MINITEL 1982-2012 : La fin d’une formidable machine

MINITEL 1982-2012 : La fin d'une formidable machine

 

Ce précurseur du Web qui sentait bon les années 1980 a fait entrer 25 millions de Français dans l’ère numérique sans qu’ils s’en rendent compte. Sans aucun doute, le Minitel restera à jamais comme l’une des plus grandes inventions françaises avec la concorde, le TGV et la carte à puce.

Séquence nostalgie
Le 30 juin 2012, France Télécom coupera l’accès à son service Minitel. Sans surprise, le Web aura donc eu finalement la peau de son ancêtre vidéotex, appelé en France, Télétel.

Avec ses trente ans de carrière et ses onze versions, le Minitel a fait partie intégrante de la société française. A son apogée, en 1996, dans les 9 millions de foyers équipés, les 25 millions d’utilisateurs le considéraient un peu comme un membre de la famille et se réunissaient autour, comme ils le font encore aujourd’hui avec le téléviseur.

La petite boîte beige avec son écran noir a accompagné la vie des Français grâce à ses milliers de services, que ce soit pour connaître les résultats du bac, la météo ou découvrir la tête du nouveau président de la République, en passant par la commande de billets de train ou les relations coquines. Le service le plus utilisé étant le 3611, l’annuaire électronique. La fin du Minitel marque également la fin d’une époque, où la France était mondialement perçue comme un leader technologique avec notamment le Concorde et le TGV.

Encore 420 000 utilisateurs en 2012 !
A l’heure où l’on peut surfer sur Internet avec un PC, une tablette ou un smartphone, le Minitel fait figure de dinosaure. Pourtant de nombreuses personnes continuent à l’utiliser régulièrement, pianotant pour accéder au millier de services pratiques, bancaires ou professionnels qui subsistent. Chez beaucoup, c’est la force de l’habitude.

Pourquoi tout éteindre le 30 juin 2012? «Il y a deux raisons a cela, nous explique Karine Lefèvre Gautier, directrice Kiosques multimédias chez Orange. La première est qu’il s’agit d’un produit en fin de vie. Désormais, il ne reste que 420000 utilisateurs sur des usages très ponctuels.» La seconde raison est technique: «le réseau X25, qui gère la transmission des données, s’arrête le 30 juin 2012. Par conséquent, le Minitel s’arrête en même temps car il ne peut poursuivre.»

Un énorme succès commercial chiffré à l,8 milliard de revenus par an
Si l’usage du Minitel vit un déclin depuis l’explosion d’Internet, il ne faut pas oublier le triomphe considérable qu’il a eu auprès de la population française qui, bien avant le reste de monde, découvrait la dématérialisation. Et l’engouement pour ce nouvel objet de communication a été presque immédiat. Karine Lefèvre Gautier nous donne les clés de cette réussite: «C’est la combinaison de trois éléments, un terminal simple d’utilisation, bon marché et facilement accessible, un réseau sécurisé fiable avec une couverture nationale et, surtout, un ensemble de services mis à disposition des Français avec un modèle économique de type kiosque repris de nos jours par les géants de l’Internet au travers des magasins d’applications. Le Minitel a préfiguré les usages numériques de nos jours et les modèles économiques actuels entre un opérateur et des éditeurs de services.»

En 1996, il générait 1,8 milliard de revenus par an. À cette époque, Apple était au bord du gouffre. Quant au réseau social Facebook et au géant de l’Internet Google, ils n’existaient même pas.

De l’innovation technologique aux success story
Cet outil développé par France Télécom a aussi été à l’origine de nombreuses technologies qu’elles soient matérielles ou logicielles. C’est peu connu, mais le Minitel a permis l’éclosion du format d’image Jpeg pour le Minitel Photo qui, depuis, est devenu un standard, ou de la prise Péritel pour transmettre la vidéo du Minitel au téléviseur. Il a aussi été le pionnier du calcul d’itinéraires avec le service ITI, devenu Mappy aujourd’hui.
Le Minitel a également fait la fortune des futurs champions de l’Internet français qui ont découvert son potentiel alors que certains étaient aussi Jeunes que Mark Zuckerberg, le patron de Facebook. Le cas le plus connu est celui de Xavier Niel. Dès 1983, alors qu’il n’a pas 20 ans, il se penche dessus pour ouvrir des sites coquins. Aurait-il fondé Free sans cette expérience? D’autres, dont le talent techno-industriel ne s’est pas démenti, se sont également lancés dans l’aventure. Parmi eux, Marc Simoncini, créateur de Meetic ou Fabrice Ilariot, fondateur de Bourse des vols. Si certains critiquent aujourd’hui le modèle économique d’iTunes qui conduit Apple à récupérer 30% des revenus générés sur ses plateformes, les éditeurs de l’époque captaient 85% des revenus qu’ils généraient! Car, s’il a apporté le bonheur à ces nouveaux capitaines d’industrie, de nombreuses familles ont découvert son coût… des factures de téléphone très salées avec un 3615 à 60 francs de l’heure, soit 9.15 € environ. Comment aurait-il pu survivre à l’heure des forfaits Internet illimités?

Malgré son évolution vers la couleur, le Minitel n’a pas su résister à Internet. Il est resté lent, très lent, avec des débits de 1,2 kbit/s en réception, 426 fois moins rapide que l’ADSL 512 kbit/s du début des années 2000. Le 3615 est bel et bien enterré.

 

Les services qui ont marqué les mémoires
L’exploit du Minitel tient beaucoup à ses services. À son apogée, en 1996, on en dénombrait pas moins de 26000, certaines pratiques comme l’Annuaire électronique (3611), le 3615 SNCF pour voir les horaires d’un train, les services météo, ou d’autres professionnels comme des services bancaires ou de télé-transmission de feuilles de soin par les médecins, en passant par l’inévitable Minitel Rose et ses adresses sulfureuses comme le 3615 ULLA. Quelques services événementiels ont de gros succès chaque année: les résultats du bac et le calcul des impôts.

La chronologie

  • 1978 : La France décide de lancer un réseau vidéotex.
  • Juin 1982 : Lancement commercial par les PTT de Mnitel 1. En tout, il y aura 11 versions.
  • 1985 : Un million de Minitel en service
  • 1996 : Apogée des contenus Minitel avec 26000 services.
  • 2000 : 25 millions d’utilisateurs du Minitel avec un parc d’environ 9 millions de terminaux.
  • 2007 : Le Minitel ne dispose plus que de 4000 services actifs pour environ 1 million de terminaux utilisés.
  • 2011 : 420000 utilisateurs, mais plus que 1486 services fin 2011
  • 30 Juin 2012 : Coupure du réseaux Minitel.

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(