RIM BlackBerry : OS BB10 & un Smartphone Z10 Reviewed by Momizat on . Rating:

RIM BlackBerry : OS BB10 & un Smartphone Z10

RIM BlackBerry : OS BB10 & un Smartphone Z10

Il a fallu du temps… deux ans de développement et six mois de suspense pour que RIM dévoile enfin son BlackBerry 10 ainsi que son premier smartphone tactile sous ce nouveau système d’exploitation. Ce nouveau terminal mobile a plus d’un atout et va sans aucun doute marquer le grand retour du constructeur sur un marché hyper-concurrentiel.

L’objectif de départ de RIM était de réinventer son univers. Un challenge toujours très difficile à relever, car il n’est jamais simple de se réinventer et la phase de transition est souvent douloureuse – il faut continuer à vendre d’anciens modèles alors que le public attend et espère déjà les nouveau… D’autant que, pendent ce temps, le marché mobile s’est consolidé autour de deux piliers.

Deux années d’errance
L’iPhone et Android ont radicalement changé le paysage de la téléphonie mobile et donné un nouvel élan au marché des smartphones pourtant en grande partie initié par RIM. L’arrivée de la «Y Generation» dans les entreprises a favorisé des phénomènes nouveaux comme 1e BYOD et accéléré la révolution des usages mobiles.
Après avoir nié les bouleversements engendrés par l’iPhone, le constructeur a du admettre que sa plateforme BlackBerry OS atteignait ses limites. Face au tactile, à l’apparition des tablettes, aux processeurs multi-cœurs, aux accélérateurs graphiques, aux nouveaux standards du Web et à la marginalisation du Java, le constructeur ne pouvait plus se contenter de bidouiller son système vieillissant. Tout en continuant de moderniser BlackBerry OS (versions 8 puis 7), RIM s’est lancé dès 2009 dans la réinvention de son futur, en faisant l’acquisition de deux entreprises aux technologies prometteuses – QNX et The Astonishing Tribe – et en faisant table rase du passé pour redémarrer d’une feuille blanche, tout comme Microsoft pour Windows Phone.
Malheureusement, les évolutions du marché sont allées plus rapidement que RIM ne l’avait anticipé, et, parallèlement, réinventer un univers prend toujours plus de temps qu’on ne l’espère. RIM voyait en son PlayBook une plate-forme intermédiaire, mais l’échec de la tablette pourtant très réussie et précurseur à plus d’un titre, malgré ses erreurs de lancement, a déjoué les plans.

Montée en puissance
L’entreprise a vu ses parts du marché mobile fondre à grande vitesse aux États-Unis, s’effriter en Europe et n’a trouvé de planche de salut que sur les marchés émergeants. Les fondateurs se sont vus contraints de démissionner début 2012, sans avoir le temps de concrétiser le renouveau qu’ils avaient initié. Parachuté aux commandes d’une entreprise en plein désarroi, Thorsten Heins a commencé par redonner une direction claire, fixer des objectifs limpides, restructurer le management et l’entreprise entière, avant finalement d’admettre à la face du monde que le futur de sa société devrait attendre le début de l’année 2013, le BlackBerry 10 ne pouvant être bouclé avant.
Pourtant, ce délai a peut-être été bénéfique à l’entreprise. Elle lui a laissé le temps non seulement de finaliser son système mais aussi de repenser ses relations avec le marché, les opérateurs, les développeurs et même de se construire un écosystème: BB10.
L’action RIM, en chute libre depuis la mi-2011, avait atteint un plus bas historique en septembre 2012 – à 6 dollars contre 31 à la mi-2011 et 71 dollars en 2008. L’action retrouve aujourd’hui son niveau de janvier 2012 (15 dollars) avec une confiance renouvelée des marchés. Les développeurs qui avaient massivement abandonné le constructeur ont appris à découvrir une nouvelle équipe et une nouvelle plate-forme, appâtés par des assurances de retour sur investissement, des terminaux de développements spécifiquement construits pour eux – les fameux prototypes DevAlpha – mais aussi un kit de développement bien plus ouvert aux outils, moteurs et frameworks contemporains.
Aujourd’hui, BB10 est enfin là. Fidèle à la vision d’origine et surtout à la hauteur des promesses. Le nouveau système est incontestablement moderne, tactile, rapide, réactif, pensé pour les usages d’aujourd’hui et de demain, mais surtout porteur de toutes les espérances. Même si on y retrouve des écrans de paramétrage et un BBM (BlackBerry Messenger) très inspirés de BlackBerry OS 7.0, BB10 n’a rien en commun avec son illustre ancêtre. L’ergonomie est radicalement différente avec une gestuelle 100% tactile et un «look and feel» des applications bien plus visuel et moderne que ce que nous offrait la génération d’Apps BB-OS 7.
Les modèles de développements sont aussi très différents. Et la plate-forme sous-jacente n’est autre que QNX assortie d’une interface utilisateur dénommée Cascades qui s’inspire partiellement des meilleures idées des uns et des autres ainsi que de certains concepts du PlayBook tout en apportant ses propres originalités.

Une nouvelle gestuelle
Contrairement aux smartphones de la concurrence, les nouveaux B1ackBerry n’ont pas de boutons dédiés à la navigation. Toute l’ergonomie a été pensée pour que l’on n’ait pas à revenir en arrière et qu’une simple gestuelle tactile permette de tout réaliser (appel du menu, basculement entre les Apps, etc.). Il en résulte un dépaysement total, un tout petit peu perturbant au début, le temps de perdre les anciens réflexes et d’acquérir les nouveaux. Ce n’est qu’une question d’une ou deux heures à jouer avec l’appareil. En réalité, le PlayBook adoptait déjà cette philosophie, convaincante à l’usage. Les utilisateurs de la tablette BlackBerry seront donc, eux, en terrain conquis. Cependant la gestuelle a été légèrement modifiée et enrichie. Surnommée «Flow», elle permet de naviguer d’une App à l’autre sans réellement avoir la sensation d’en changer ni même d’avoir à abandonner ce que l’on est en train de faire pour vérifier de nouveaux messages ou notifications qui viennent d’arriver. Ainsi, quelle que soit l’App utilisée sur l’instant, l’utilisateur peut jeter un bref coup d’œil partiel au BlackBerry «Hub» et vérifier l’urgence des informations reçues.

BlackBerry Hub
Ce BlackBerry Hub est l’un des éléments les plus fondamentaux de l’interface BB10. Toujours disponible et accessible en tâche de fond, il centralise et unifie à fois vos e-mails, vos messages instantanés, vos fils réseaux sociaux et les notifications – nouveaux SMS, appels, e-mails, etc. Ce Hub fait donc tout à la fois office de centre de notifications, de boîte à lettres universelle et d’agrégateur de réseaux sociaux. Le plus surprenant, c’est que le résultat est visuellement très clair et intelligemment ordonné. Alors qu’une telle intégration aurait rapidement pu se montrer cacophonique pour ne pas dire bordélique, il n’en est rien grâce à la clarté de l’affichage et à la présence de filtres bien pensés qui tombent sous le pouce.
Ce Hub deviendra rapidement l’outil central de votre vie numérique. C’est sans aucun doute l’une des grandes forces de cet OS et un élément fondamental de votre productivité quotidienne en situation de mobilité. L’erreur serait d’ailleurs de ne le percevoir que comme un outil professionnel. C’est bien un concentrateur de votre vie numérique, qu’elle soit professionnelle ou personnelle.

L’écran d’accueil
S’il y a fort à parier que le BlackBerry Hub sera l’écran le plus souvent actif sur votre smartphone, il n’en est nullement l’écran d’accueil. Ce dernier se compose d’un premier écran affichant les Apps actives puis des multiples écrans d’icônes que l’on fait défiler latéralement de façon très classique pour accéder aux Apps à lancer.
Si ces menus d’icônes évoquent fortement l’ergonomie des iPhone et Andriod, le premier écran dédié aux Apps actives évoquent lui davantage celui de Windows Phone. Les Apps ouvertes apparaissent sous forme de miniatures vivantes – un peu à la manière des tuiles dynamiques de Windows Phone 8. Pour économiser l’énergie, elles adoptent en effet un affichage économe qui se met à jour dès qu’une information nouvelle est reçue.
Cet écran d’accueil permet de maintenir en activité jusqu’à huit Apps simultanément – si vous en ouvrez une neuvième, celle la moins utilisée est automatiquement fermée, Il permet de basculer aisément d’une App à l’autre ou d’en fermer une devenue inutile manuellement. Ainsi, BB10 adopte un multitâche intelligent, économe en énergie et bien adapté aux usages smartphones. Le choix de laisser huit Apps actives au maximum est cohérent avec un usage mobile et les 2 Go de RAM embarqués dans les terminaux.

La saisie prédictive
Le clavier physique est sans conteste la marque de fabrique du constructeur et l’élément le plus caractéristique de ses terminaux. Si RIM n’a pas l’intention d’abandonner totalement cette formule, priorité semble aujourd’hui donnée aux terminaux intégralement tactiles.
Après quelques essais plus ou moins probants avec ses derniers terminaux Bold, Storm et Curve sous BB OS 7, l’entreprise a lourdement investi sur de nouvelles technologies afin d’offrir une expérience de saisie tactile aussi rapide et confortable qu’un vrai clavier.
Il en résulte l’une des innovations les plus distinctives de BB10 : son clavier tactile prédictif. En fonction du contexte et des premières lettres, saisies, le mot prochain est «deviné» et s’affiche directement sur la prochaine touche sur laquelle vous devriez appuyer. Si c’est bien 1e mot suggéré, il suffit de faire glisser votre doigt vers le haut pour compléter automatiquement la saisie. Le principe n’est pas totalement nouveau mais il est ici implémenté avec un soin du détail étonnant et des idées nouvelles. Ainsi, l’une des grandes originalités de cette saisie prédictive est d’être multilingue! BB10 connaît les langues que vous utilisez et adapte automatiquement sa prédiction même si vous passez d’une langue à l’autre en cours de phrase!
Autre élément, l’un des effets de bords inattendus de cette saisie prédictive et de ce clavier intelligent, est qu’ils se prêtent étonnement bien à une saisie avec une seule main – on tient l’appareil dans la main et on utilise le pouce pour saisir.
Signe d’une certaine forme d’intelligence embarquée, le clavier apprend au fil du temps à reconnaître comment vous tapez sur les touches pour améliorer sa précision de détection et compenser les erreurs de parallaxe. Il apprend aussi votre vocabulaire. Plus vous l’utilisez, plus précis et plus efficace il devient.
Mieux encore, toute une série de gestes «secrets» permettent à l’utilisateur avancé d’effacer simplement une ligne entière ou de basculer le clavier en mode «symboles» par exemple.
Au final, la saisie tactile s’avère réellement très agréable et rapide. À nos yeux, elle est même supérieure à celle des appareils sous Windows Phone – plutôt une référence en la matière avec sa technologie Word Flow – et à certains claviers alternatifs très populaires de l’univers Android, tels que Swype.

Le navigateur web
Le support du HTML5 est une composante fondamentale de cette nouvelle plate-forme. Rappelons que les développeurs peuvent construire des Apps BB10 autonomes entièrement écrites en JavaScript et HTML5 et tirant parti des API, de l’ergonomie et des fonctionnalités de la plate-forme.
Le navigateur web se révèle quant à lui rapide et au sommet en matière de support des standards. S’il reçoit un 10O/100 au test ACID3, il affiche surtout un score étonnant au «HTML5 TEST» : 485 points sur 500! la derrière version de Chrome sur PC n’atteint que 448 points!
Le navigateur supporte également WEB GL et offre un mode «Lecteur» qui recompose le contenu de la page pour en offrir une lecture plus adaptée aux dimensions de l’écran.
Enfin et surtout, il continue de supporter Flash, alors qu’Adobe lui-même en a abandonné le support sur mobile. Dès lors, vous avez vraiment accès à tout le Web actuel de votre mobile BB10.

Multimédia
Les BlackBerry ont toujours été plutôt sous-estimés en matière de multimédia alors même que ces terminaux ont toujours plutôt fait preuve d’une belle compatibilité multiformat et d’une excellente qualité acoustique. C’est encore vrai sous BB10. Si le magasin applicatif (BlackBerry World) s’ouvre enfin à la vente de musiques, avec 14 millions de titres disponibles au lancement, et de vidéos – a priori dans un second temps pour la France -, le lecteur de musique lit en standard la plupart des formats du marché dont le MP3, le WMA, l’AAC et le FLAC. Seul l’OGG ne semble pas supporté en standard par le lecteur alors même qu’il l’est par le navigateur web.
Il en va de même pour le player vidéo présent en standard qui supporte sans bronche, DivX (AVI), MKV ou WMV. Toutefois, il ne semble pas prendre en charge les sous-titres. Une limite que l’on contournera aisément via des Apps externes déjà disponibles sur le BB World.
Le smartphone peut faire office de serveur DLNA : on peut donc ordonner la reproduction des photos ou des vidéos directement sur un téléviseur DLNA – ils le sont presque tous aujourd’hui – de son smartphone. Enfin, les premiers terminaux BB10 sont aussi dotés d’une sortie HDMI et n’éprouvent aucune difficulté à restituer les vidéos en 1080p.
La présence en standard du Bluetooth 4,0 et du NFC simplifie la connexion des smartphones BB10 aux différentes enceintes amplifiées, chaînes Hi-Fi et autres boîtiers audio sans fils.

Photo
Côté photo et vidéo, RIM a réservé quelques surprises. La fonction appareil photo permet de régler le fucus comme on l’entend, en glissant la cible à l’endroit désiré sur l’écran tactile, d’activer une stabilisation numérique et surtout d’activer le mode «Time Shift». Dans ce mode, très utile pour les portraits et photos de groupe, l’appareil enregistre automatiquement plusieurs clichés successifs, Non seulement, il est alors possible de sélectionner celui le plus réussi, mais il est surtout permis d’en créer un parfait: si la photo comporte plusieurs visages, ces derniers sont automatiquement détectés et l’utilisateur peut choisir dans les différents clichés la meilleure pose de chaque individu.
BB10 reconstitue alors un cliché parfait où tout le monde sourit sans fermer les yeux, un moment qui n’a pourtant jamais existé!
Et ce n’est pas tout! Une fois le cliché réalisé, les photos peuvent immédiatement être retouchées et recadrées. L’App Photo incorpore, en effet, des fonctions de suppression des bruits, de renforcement de la netteté, d’ajustement de la lumière et du contraste ainsi que pléthore de filtres «à la Instagram» pour créer des effets rétro, sépia, aquarelle, années 60, pellicule vieillie, polaroid, etc. Évidemment, les clichés peuvent ensuite, d’un seul clic, être publiés sur BBM, Facebook, Twitter, etc.

Vidéo
La vidéo, elle aussi, réserve son lot de surprises! La caméra frontale capture en 720p, celle arrière en 1080p. Le flash et la stabilisation numérique sont activables en mode vidéo. Via le lecteur vidéo, l’utilisateur peut aisément corriger lumière et contraste mais aussi découper des séquences utiles. La vraie trouvaille réside dans la présence en standard d’une fonction dénommée Story Maker, une sorte de banc de montage hyper simplifié qui évoque un outil comme Photo Story sur PC.
Choisissez vos photos et séquences vidéo dans leur ordre d’assemblage, sélectionnez ensuite une musique de fond puis l’un des thèmes de présentation prédéfinis, les éléments sont alors enchaînés dynamiquement, les photos étant animées par des effets de scrollings, de zooms et d’apparition. Le résultat final est ensuite sauvegardé sous forme de vidéos MP4 que vous pouvez directement publier sur YouTube, Facebook, ou envoyer par e-mail. C’est aussi simple qu’épatant!
Dans un même ordre d’idée, une App dénommée «Remember», elle aussi installée en standard, permet de capturer et archiver dans des albums n’importe quel moment de votre vie sous forme de textes, de liens web, de photos, d’enregistrements audio ou de vidéo.

L’intemporel BBM
Que serait un BlackBerry sans son BBM? La messagerie instantanée vedette des smartphones RIM a subi un relooking important et se montre beaucoup plus visuelle. Et si elle est entièrement compatible avec tous vos contacts restés en BB OS 7, y compris pour discuter en vocal via WiFi, elle introduit surtout une fonction visiophonie qui permet de passer des appels vidéo aux autres utilisateurs BBM dotés de smartphones BB10! Cerise sur le gâteau, si les appels audio VoIP BBM ne pouvaient être réalisés qu’en WiFi sur BB-OS7, ils sont – comme la visiophonie – aussi utilisables en mode 3G/4G sous BB10.

Cartes et Guidage
Encore une surprise inattendue, BB10 intègre bien une App de cartographie et de navigation routière. Les données proviennent directement de TomTom, ce qui permet ainsi aux terminaux BlackBerry de bénéficier des infos trafic de ce célèbre spécialiste des GPS routiers.
L’App reste cependant minimaliste avec très peu de paramétrages avancés. Ici, il n’y a pas moyen d’afficher des points d’intérêt, de trouver la station d’essence la plus proche, etc. Cependant, l’affichage bascule en 3D durant la navigation et le guidage vocal est complet avec l’annonce des noms de rue par exemple. Les utilisateurs qui recherchent une solution plus sophistiquée pourront s’orienter vers l’App de navigation de leur opérateur ou vers l’une des Apps proposées dans le BlackBerry World.

Voice Recognition Assistant
Siri a popularisé les commandes vocales auprès du grand public, BB10 dispose lui aussi d’un système vocal assez similaire à ce que l’on trouve désormais aussi bien sur Windows Phone 8 que sur les derniers terminaux Google. Si l’on parle en articulant bien, le taux de reconnaissance est souvent excellent. Il s’active soit d’une pression longue sur le bouton «Pause» situé entre les boutons de volume, soit du clavier virtuel. Autrement dit, dès que le clavier s’active et quelle que soit l’App utilisée – comme l’e-mail ou BBM -, on peut opter pour une dictée vocale du texte à saisir. L’App de contrôle vocal comprend des ordres tels que «Envoyer un e-mail à Monsieur Machin. Objet: annuler le rendez-vous», «Envoyer un BBM à Sophie. Je vais avoir dix minutes de retard», «Ajouter rendez-vous à 10h00, lundi 3, avec l’équipe marketing», etc.

Premier bilan positif
Il y aurait encore bien d’autres choses à raconter sur ce nouveau système, comme la présence d’un contrôle parental avancé, l’intégration du service BlackBerry Protect pour sauvegarder dans le Cloud son appareil mais aussi le géolocaliser, le bloquer ou l’effacer lorsqu’on l’égare ou que l’on se le fait voler. Nous n’avons eu l’appareil entre les mains que peu de temps. Mais la première opinion est franchement positive, RIM réussit là un formidable «come-back». Le système souffre de quelques petits défauts de jeunesse mais affiche un niveau de finition surprenant pour ce qui n’est après tout qu’une version 1.0. Le soin apporté au Hub et au clavier témoigne d’un souci du détail et d’une recherche d’efficacité en mobilité qui rappelle à tous que RIM est toujours un vrai spécialiste du smartphone!

BB10 débarque dans un marché très compétitif avec des arguments solides et des fonctionnalités standard originales qui séduiront entreprises et particuliers. RIM joue ici son avenir en tant que constructeur. Mais avec une réserve de cash de 2,2 milliards de dollars et le support des opérateurs, le constructeur a aujourd’hui tous les moyens de revenir dans la course et reconquérir un public assez attaché à la marque…

Le Z10 : de sérieux atouts!
Un peu plus large et plus haut que l’iPhone 5, épais d’à peine 9 mm, le modèle Z10 tout tactile possède un écran 4,2 pouces, une sortie HDMI sur le côté et surtout une coque amovible qui offre un accès facile au lecteur de microSD, ainsi qu’à la batterie interchangeable! Un atout clé dans un univers où cette dernière se fait de plus en plus souvent inaccessible.
Le design est soigné, la finition digne d’un BlackBerry, et l’appareil tient confortablement dans la main. On y retrouve la traditionnelle LED de notification multi-couleur propre à tous les appareils BlackBerry. Trois boutons (volumes+play) sont accessibles sur le côté droit mais l’appareil ne dispose plus de touche programmable.
Quadribande, supportent tous les réseaux 3G (HSPA+) et 4G (LTE 70O, 85O, 170O et 1900 MHz), le Z10 est propulsé par un processeur Qualcomm Snapdragon MSM8960 cadencé à 1,5 GHz:. Sa batterie de 1800 mA lui procure dix heures d’autonomie en discussion 3G, dix heures d’autonomie en reproduction vidéo et soixante heures d’autonomie en reproduction audio.

 

Écran: 4,2 poucesRIM BlackBerry Z10
Résolution: 1280 x 768 pixels
Processeur: Dual-Core Qualcomm SnapDragon MSM8960 de 1,5 GHz
RAM : 2 Go
Mémoire interne: 16 Go Extensible via Port micro-SD
Capteurs: Appareil photo de 8 Mégapixels à l’arrière, et vidée en 1080p. Appareil photo de 2 Mégapixels en façade, et vidéo en 720p.
Batterie: 1800 mAh.
Sortie vidéo: Micro-HDMI
Connectivité: WiFi a/b/g/n, Bluetooth 4.0, NFC, GPS
Dimensions: 130 x 65,6 x 9 mm
Poids: 136 grammes

 

Les Apps du «BlackBerry World»
Renommé «BlackBerry World», l’ancien App World fait peau neuve pour offrir en téléchargement non seulement des Apps et dès thèmes mais aussi des vidéos et des photos. Bien évidemment, c’est sur le catalogue applicatif que se focaliseront toutes les attentions. Rappelons que BB10 est incompatible avec les Apps des anciens smartphones. Le constructeur doit donc repartir de zéro avec un catalogue intégralement neuf. Il compte beaucoup sur son respect des standards ainsi que sur la simplicité de portage des jeux – en code natif – et des Apps Android pour accélérer ce démarrage.
En coulisse, BlackBerry ambitionnait de démarrer avec un catalogue de départ riche de 70 000 Apps. Le Challenge paraît bien difficile à relever. D’abord, jamais un nouveau «store» n’a démarré avec un tel catalogue. Celui de Windows 8 a démarré avec moins de 15 00O Apps et en compte environ 27 000 en janvier, loin des 100 000 prévues à cette date. Ensuite, l’actuel «App World», lancé en 2009, dépasse difficilement las 100 000 Apps aujourd’hui – plus de trois ans après le lancement.

Pourtant, avec ses multiples conférences développeurs et ses fameux «»Port-A-Thon», RIM peut se montrer confiant. Selon Alex Saunders, 15 000 Apps auraient été soumises à validation, en deux jours, lors du «Port-A-Thon» de début 2013. Et plus de 19000 Apps supplémentaires ont été soumises à validation deux semaines plus tard lors d’un nouveau challenge de 48 heures. Même si toutes ne seront pas forcément validées à temps pour le lancement, voilà en tout cas de quoi rassurer les futurs premiers acquéreurs de terminaux BB10. Le BlackBérry World ne sera pas vide au lancement!
En outre, lors d’un entretien à FierceWireless, Franck Boulben a estimé qu’environ 90% des 600 Apps les plus populaires sur iOS et Android seraient présentes dans le BlackBerry World. Évidemment, la quantité ne suffit pas. Il faudra aussi que les Apps soient adaptées au nouvel univers et profitent pleinement du potentiel de la plate-forme. Pour encourager les développeurs à faire l’effort nécessaire, RIM s’est engagé à garantir un revenu minimal de 10 000 dollars pour toute App tirant pleinement partie de la plate-forme et disponible au lancement.

 


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(