TV connectées : Fusion entre télévision et ordinateur Reviewed by Momizat on . Rating:

TV connectées : Fusion entre télévision et ordinateur

TV connectées : Fusion entre télévision et ordinateur

 

 

3D et connectés, les nouveaux téléviseurs affichent des diagonales de plus en plus grandes. Leurs services et leurs interfaces évoluent également, certains modèles fonctionnant même sous Android.

 

Quelle technologie d’affichage dominera le marché en 2012? Des modèles Oled grand format aux images superbes arrivent, mais ils sont chers. Du coup, les téléviseurs Led, avec leurs prix raisonnables, leurs images d’excellente qualité et leurs diagonales confortables, ont encore de belles heures devant eux. Ainsi, Panasonic, pourtant grand défenseur de la technologie plasma, se lance sur ce marché. Un choix que le constructeur explique en raison du coût de production intéressant par rapport aux écrans oled qui, de plus, posent encore des problèmes de pixels grillés. Disposant, depuis peu, de sa propre usine de fabrication de dalles IPS (cristaux liquides dont l’axe est parallèle au plan de l’écran et donnant un angle de vision très large), le géant japonais a lancé la production de modèles 42 (107 cm), 47 (119 cm) et 55 pouces (140 cm). Il s’agit de téléviseurs connectés, Full HD, 3D (avec des modèles actifs et passifs) et munis d’un traitement d’image 200 Hz. Alors que la concurrence s’active sur le terrain des interfaces tactiles et vocales, Panasonic travaille sur une plus grande connectivité entre les tablettes. les smartphones et ses téléviseurs. Comme le justifie Fabien Roth de Panasonic Europe: « Nous sommes pragmatiques. Pour la reconnaissance vocale et la détection du mouvement, nous attendons de voir comment le consommateur va digérer tout cela [Ndlr : chez les concurrents] avant de choisir la meilleure solution.»

Quand la télé se prend pour un ordinateur
Dans la tendance des téléviseurs toujours plus connectés et innovants, Samsung frappe le plus fort. Sa gamme ES8000 réussit la fusion de la télévision et de l’ordinateur. Équipés d’un processeur double cœur, ces modèles savent télécharger des applis et disposent d’un port pour des mises à jour matérielles. Concernant ce connecteur spécifique, Samsung n’est pas entré dans les détails, mais il permettra de bénéficier des dernières technologies sans avoir à changer de récepteur. Délaissant la course aux grandes diagonales, le constructeur a mis l’accent sur les usages avec son interface Smart TV qui compte désormais plus de 25 000 applications, allant du coach sportif au partage de photos en passant par les jeux vidéo. Pour le lancement de sa nouvelle gamme, Samsung offrira en exclusivité le dessin animé Angry Birds et le jeu vidéo du même nom. l’autre point fort de la gamme ES8000 réside dans sa webcam. Cette dernière autorise de nouvelles interactions: changer de chaîne, de volume, ouvrir le navigateur Internet ou acheter une application. tout se faisant grâce à la commande vocale et à la reconnaissance faciale ou gestuelle. Comme un air de Kinect…

Des fiches techniques hors du commun
Mêmes idées chez LG qui a démontré l’efficacité de sa Magic Remote. Cette télécommande intègre une fonction de reconnaissance vocale et gestuelle, pour piloter la TV d’un simple mouvement du poignet. Connectés. les téléviseurs du constructeur participent à la course aux grandes diagonales avec un modèle de 84 pouces (213 cm, rien de moins!) disposant d’une résolution supérieure à la HD : 3480 points par 2160, ce que l’on appelle aussi 4K. Dans le domaine de 1’0led. LG devrait commercialiser, en mars prochain. un téléviseur de 55 pouces Q40 cm) aux caractéristiques impressionnantes: un contraste hallucinant de 10000000:1. un temps de réponse ultracourt de 0.1 ms. 4 mm d’épaisseur … Le prix sera à la hauteur de cette fiche technique hors du commun: entre 8000 et 10000 €. Si le coréen déçoit un peu côté services connectés (seulement 1200 applications disponibles. des promenades virtuelles dans les musées et un petit portail de contenus 3D), il innove en revanche en intégrant la technologie WiDi d’Intel pour afficher sans fil les vidéos d’un ordinateur, et la technologue Smartshare pour projeter en Wi-Fi les contenus du téléviseur sur smartphones et tablettes. Il est par ailleurs sur le point de signer un partenariat avec GaiKai pour offrir un service de jeux en streaming (cloud gaming).

Des contenus enrichis
Apparemment, la véritable bataille se livrera sur le terrain des contenus, où la société française Technicolor tire son épingle du jeu. Elle a mis au point deux systèmes «d’amélioration» de programmes. Le premier, Personal Content Rendering [contenu personnalisé) offre au spectateur d’un match de football en TV de rattrapage de s’immerger dans la partie. Il peut zoomer sur une action ou sur un joueur, choisir les angles de caméra, ne suivre que le ballon ou un joueur en particulier. Le second système repose sur une appli pour tablette qui se synchronise avec le programme visualisé pour offrir du contenu enrichi. Cette dernière affichera la bio et la filmographie des acteurs qui apparaissent à l’écran, permettra de sélectionner un autre point de vue de la scène en cours ou encore proposera un lien commercial pour acheter des costumes ou des objets présents dans le film.
Cette application, baptisée Media Echo, a été testée avec succès aux États-Unis sur des DVD et des Blu-ray, ainsi qu’en diffusion en direct. Des pourparlers sont en cours avec les différents diffuseurs français

Les autres constructeurs tentent d’innover, avec plus ou moins de succès: très grand téléviseur à 3D active (de 93 pouces, 236 cm, chez Mitsubishi), 3D sans lunettes chez Toshiba (toujours aussi peu probant que lors de son lancement à l’automne dernier), écran transparent chez Haier sans grand intérêt. Mais 2012 pourrait être une année charnière dans les services connectés: Lenovo a élaboré un téléviseur fonctionnant sous Android 4.0 et donnant ainsi accès aux milliers d’applications de Android Market. La société Canonical a même développé un prototype d’Ubuntu TV. Cette télévision sous Linux propose des fonctions comme la lecture «augmentée» de films: une application twitte des informations contextuelles sur les acteurs. le réalisateur ou la réaction des autres téléspectateurs. Will Cooke, directeur technique de Canonical, indique que sa société est à la recherche de partenaires, notamment des fabricants d’écrans souhaitant se lancer sur le marché de la TV connectée. Avec toutes ces nouvelles fonctions, le média favori des Français est en train de retrouver une seconde jeunesse!

Google TV 2.0 : ça se precise
Trop peu de produits, trop chers : la première génération de Google TV est un échec pour Google et ses partenaires Sony et Logitech. Ce servie de télé connectée, s’appuyant sur le système d’exploitation Android et sur le navigateur Internet Chrome, propose 150 applis et l’accès à l’Android Market.
La version 2.0 va voir le jour grâce à l’entrée en scène de Samsung et de LG. Les deux coréens intégreront Google TV dans leurs nouveaux modèles, le service fonctionnant conjointement avec les services déjà implantés par les fabricants. Pour cette version 2, Google met de côté les puces Intel Atom et se tourne vers les processeurs ARM, notamment Marvell, qui a développé une puce intégrant un processeur double cœur et un circuit graphique gérant la 3D, les vidéos en HD et le décodage du Blu-ray. Soit la puissance d’un PC pour la consommation d’un téléphone portable. Associée au savoir-faire des constructeurs coréens, Google TV 2.0 pourrait bien faire mouche.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(