Windows vNext alias Windows 8 : Encore plus de détails et de surprises Reviewed by Momizat on . Rating:

Windows vNext alias Windows 8 : Encore plus de détails et de surprises

Windows 8 vNext Pour la première fois, au CES 2011 Microsoft a levé un coin du voile, très minimaliste, qui dissimule le successeur de Windows 7. De quoi éveiller la curiosité de tous et encourager la propagation de rumeurs plus ou moins délirantes. Entre infos et intox, nous avons trié les différents éléments pour tenter de tracer le portrait du prochain Windows …

Officiellement. la prochaine édition de Windows n’a même pas encore de nom. Baptisée Windows 8 par la presse, elle est plus souvent dénommée Windows vNext chez Microsoft. A dire vrai, il n’y a pas que le nom qui demeure une énigme. Le prochain Windows reste l’un des secrets les mieux gardés de Microsoft. Très peu d’indiscrétions transparaissent. et le sujet est tout simplement inabordable avec les employés du géant de Redmond. Même chez Microsoft Corp, rares sont ceux qui ont une idée à peu près exacte du visage final du prochain Windows. Pourtant Windows v.Nexl ne vient pas de nulle part. Il est l’aboutissement logique de dix ans d’efforts en interne et d’un marché dont l’évolution s’est accélérée ces derniers mois. A la lumière de ces évolutions et de ces travaux, ainsi qu’avec l’éclairage fourni par les révélations au CES 2011. on peut d’ores et déjà tracer les contours du prochain Windows. C’est à ce petit jeu de portraitiste que nous vous invitons ici.

Windows v.Next
Tout à commencer par un innocent billet sur un blog Microsoft. il ya un an, en février 2010. Un employé y écrivait: «Le prochain Windows sera quelque chose de complètement différent de ce que les gens attendent habituellement de Windows. Je suis impressionné par le processus que Steven (ndlr : Sinofsky, vice-président de la division Windows) a mis en place pour écouter les besoins et envies de nos clients et créer une équipe qui puisse /es concrétiser. Réunir ainsi des douzaines et douzaines d’équipes à travers Microsoft afin d’aboutir à une même vision unique pour Windows v.Next est un processus surréaliste. Les thèmes évoqués reflètent ce que les gens attendent depuis des années, mais ils vont aussi changer la façon dont les gens pensent au PC et la façon dont ils /es utilisent. C’est le futur des PC .• Le billet a été supprimé aussi rapidement qu’il était apparu! Et l’on n’a plus entendu parler du successeur de Windows 7, jusqu’au 24 octobre 2010. Lors d’une interview télévisée, un journaliste demandait à Steve 8allmer quel était le pari le plus risqué que Microsoft était en train de réaliser. Le journaliste, qui s’attendait probablement à une réponse comme «Le Cloud» ou « Windows Phone 7 », est resté sans voix après la réponse de Steve Ballmer :  « Notre pari le plus risqué? Hmmm. .. La prochaine version de Windows! ». Une déclaration qui en dit long sur les surprises que nous réserve Microsoft.

De nouveaux partenaires
Lors du CES 2011, Microsoft n’a réellement annoncé que deux choses importantes en présentant Windows 8 (en dehors de ces annonces, on ne sait officiellement rien d’autre de Windows 8, tout le reste n’est donc que conjectures et suppositions). La première est que Windows 8 serait toujours disponible en 32 bits, alors même que Windows 7 ne se répand pratiquement qu’en 64 bits, et que les versions serveurs de Windows ne sont plus disponibles qu’en 64 bits depuis un bon moment. Et si le 32 bits est maintenu, c’est en raison de la seconde annonce: désormais, Windows 8 supportera les SoC (System On a Chip) à base de x86 (autrement dit. les MooreStown/Medfield d’Intel et autres eBrazos/G-Series d’AMD) mais aussi ceux à base d’ARM (NVidia Tegra 2, Qualcomm SnapDragon, TI OMAP 5 et Samsung Hummingbird). Une information fondamentale qui ouvre des perspectives tout à fait nouvelles à Windows 8, mais aussi à son futur dérivé • Windows Embedded 8 -. Pourquoi? Parce qu’au travers du support ARM, Windows redevient un système multi-plateforme et se retrouve soudain éventuellement intégrable sur des terminaux plus mobiles et plus autonomes que les actuels PC et Tablet PC. En soit, cela n’a rien de très surprenant. Windows 8 dérive de Windows NT qui fut un temps commercialisé pour des processeurs Power, Alpha ou MIPS aux architectures très éloignées des processeurs Intel. En outre, le Kernel NT et DirectX restent les fondations de la XBox qui tourne, elle aussi, sous processeurs Power d’IBM. Toutefois, le support des SoCs et des différents matériels auxquels ils sont prédestinés, suppose que Windows devra aussi subir au passage une cure d’arnincissement. Une cure, fruit de dix ans de travail.

Dix ans d’évolution
Entre Windows NT et Windows XP, l’architecture interne de Windows n’a cessé de grossir. Les problèmes de sécurité rencontrés par XP et la déroute de Longhorn ont conduit Microsoft à un -Beset- qui a, certes, mené à Vista mais surtout initié de nouvelles orientations de développement. Si Windows XP apparaît comme un OS relativement monolithique, Microsoft n’a eu de cesse, depuis les prernières travaux sur Vista, de chercher à désassocier les différentes briques du système. Un effort sur quatre axes principaux: retirer Internet Explorer du système, désenraciner le Shell du reste du système, retrouver un Kernel minimaliste (projet minKernel) et restratifier le reste du système afin d’éviter les fatidiques remontées des couches inférieures vers les couches supérieures dont était affublé XP (projet minWin). Bref, depuis dix ans, Microsoft s’évertue à modifier l’architecture interne de Windows pour en faire un assemblage de composants indépendants les uns des autres. Composants à même d’être réécrits ou modifiés plus simplement sans affecter l’intégralité du système. Composants que l’on peut aussi retirer à volonté du système s’ils n’ont aucun sens sur le périphérique envisagé. Des travaux qui ont mené à l’apparition dans un premier temps de Windows Core Server puis de Windows 7 qui, à plus d’un titre, est une étape fondamentale à la concrétisation de Windows 8.

Le prochain Windows est l’aboutissement de ces efforts. Des efforts coûteux, qui n’ont évidemment pas été réalisés dans un simple but esthétique mais pour répondre à une évolution prévisible du marché et qui permettent. dès lors, de tracer les contours et les orientations du prochain Windows.

Périphériques inédits
C’est Paul Otellini lui-même, CEO d’Intel, qui a vendu la mèche en annonçant lors d’une conférence téléphonique avec ses actionnaires en janvier que Intel et Microsoft travaillaient à l’intégration de Windows 8 dans les téléphones. L’information n’est pas si surprenante. Depuis près de cinq ans, Microsoft Research montre des vidéos et des prototypes de «PC> qui tiennent dans un téléphone. Avec des téléphones désormais dotés de 32 Mo de mémoire Flash et de processeurs double-cœur ou quadri-cœur – comme les derniers Snapdragon de Qualcomm -, nul doute qu’un Windows allégé et désormais libéré de son bureau et de sa gestion des fenêtres puisse désormais s’insérer dans de tels périphériques minimalistes. Il suffit simplement de lui placer une interface utilisateur adaptée, un écosystème et un marché applicatif adapté.

A dire vrai, Windows 8 prétend enfin concrétiser la vision de «Windows everywhere- et de l’idée des trois écrans intelligents associés au Cloud. Windows 8 veut non seulement équiper les PC sous ses différentes formes, mais aussi les tablettes, les téléphones, les téléviseurs et toutes sortes d’écrans embarqués. Pour cela, non seulement Microsoft doit envisager des interfaces utilisateurs évolutives (voir plus loin), mais doit aussi multiplier les moyens d’interaction homme-machine. Windows 7 a déjà beaucoup progressé dans la reconnaissance de la parole. Windows 8 s’améliorera encore, mais saura aussi reconnaître les visages et les gestuelles. Et ce au travers de toutes sortes d’interfaces homme/machine: les Webcams, les trackpads multipoint, les souris multitouch, les écrans tactiles multitouch, les stylets mais aussi Kinect. Certaines rumeurs prétendent même qu’un Kinect 2 accompagnerait la sortie de Windows 8. Cela reste à démontrer, mais il paraît évident que les développements très importants réalisés autour de la détection de mouvements ne se cantonneront pas à la console de Microsoft. Microsoft a d’ailleurs récemment acquis deux sociétés, 3DV Systems et Canesta, toutes deux spécialisées dans la gestuelle 3D et sa reconnaissance. D’autant que Kinect demeure à coup sûr la meilleure façon de contrôler à distance un Windows affiché sur un grand écran 46 pouces ou plus! Et le succès rencontré par Kinect ne peut qu’encourager Microsoft à en multiplier les usages. Reste que l’interface actuelle de Windows et de son bureau reste totalement inadaptée à tous ces usages. Il est donc grand temps de la réinventer!

Un nouveau visage
La rumeur court depuis 2010 et a notamment été rapportée récemment par la journaliste américaine Mary-Jo Foley, réputée pour ses rapports étroits avec les ingénieurs de Redmond : Microsoft préparerait bien une nouvelle interface utilisateur pour Windows 8. Fort mal dénommée «MoSh» (contraction de Modern Shell), cette interface concrétise les efforts de Microsoft pour désenraciner le Shell actuel des couches système et en faire une couche indépendante (après tout, le bureau actuel et l’ergonomie qui en découle date de Windows 95 !). On sait que depuis Longhorn, Microsoft expérimente différentes trouvailles ergonomiques : roues de fonctionnalités, bureau 3D, interfaces horizontales. Ces expérimentations ont notamment mené à l’élaboration de grands concepts ergonomiques connus sous le nom de «Metro» et dont les concrétisations actuelles s’appellent Windows Media Center et Windows Phone 7. Personne ne sait réellement à quoi ressemblera l’interface utilisateur de Windows 8. A en croire les indiscrétions de Mary-Jo Foley, cette interface reprendrait en partie les concepts de  «tuiles» et de «hubs» introduits par Windows Phone 7. Ce qui est sûr, c’est que Microsoft cherche sur Windows 8 non plus à proposer une seule interface utilisateur, mais plusieurs interfaces utilisateurs qui soient, toutes, adaptées aux périphériques qui les accueillent: téléphone, PC portable, PC de bureau, tablette tactile. TV pilotée par Kinect.

Ce que l’on ignore, c’est si Microsoft proposera des Shells radicalement différents pour chaque périphérique, ou si Windows B bénéficiera d’un Shell unique avec des profils et des réglages qui s’adaptent automatiquement aux périphériques. La première option pourrait être la bonne si les rumeurs du site windowsBitalia. cam, concernant un nouveau bureau aux effets 3D dénommé «Wind >, sont vraies. Cela permettrait aussi à Microsoft de proposer directement l’interface utilisateur de Windows Phone 7 sur des téléphones Windows 8 ! Voilà qui donnerait soudain beaucoup de sens à la politique de Microsoft d’interdire tout accès natif au hard et à l’OS des Windows Phones actuels!

Histoires de compatibilité
L’arrivée d’une nouvelle ergonomie, le support de processeurs radicalement différents et incompatibles, un OS différent au Kernel à nouveau modifié, une probable suppression de certaines couches ancestrales et désuètes … Tout cela soulève nombre de questions non seulement sur la compatibilité mais aussi sur le développement des futures applications. En termes de compatibilité, le XP Mode s’est avéré une solution bien adaptée et plutôt bien adoptée. Elle reste encore sous exploitée, notamment parce que le XP Mode ne tire pas partie de fonctionnalités avancées de virtualisation présentes dans les pilotes graphiques DWM 1.1 inaugurés par Windows 7. Ces fonctions devraient sous Windows B permettre un relatif support de DirectX sur les machines virtuelles.

Parallèlement, on sait aussi que Microsoft cherche à simplifier la portabilité des profils utilisateurs et des applications. Avec un Windows «partout», il devient essentiel pour l’utilisateur de pouvoir retrouver ses données essentielles, et pourquoi pas ses applications, quel que soit le périphérique Windows utilisé. On sait aussi que Microsoft cherche à réduire l’empreinte de Windows en le débarrassant de certaines couches périmées ou encore de certaines lourdeurs, uniquement présentent pour maintenir la compatibilité, à l’instar du redoutable dossier WinSxs qui occupent plusieurs gigaoctets – pourtant si précieux sur les disques SSD. Toutes ses problématiques trouvent aujourd’hui des solutions pratiques aux travers d’outils du marché ou même chez Microsoft avec App-V. Il est donc fort probable que Microsoft incorpore dans Windows 8 des technologies de virtualisation applicative proches – pour ne pas dire inspirées – de ces technologies. Il n’existe guère d’autres moyens de parvenir à ces objectifs sans sacrifier la comptabilité. Il sera intéressant de regarder comment cette virtualisation applicative sera concrètement incorporée au cœur du système et si celle-ci permettra par exemple de virtualiser davantage les navigations web pour davantage de sécurité.

Quelles applications pour Windows 8?
Mais avant tout Windows 8 devrait introduire un nouveau modèle de programmation. Selon Paul Thurrott, un observateur généralement bien informé et proche de Microsoft, ce modèle, dénommé Jupiter, serait destiné à produire des applications directement adaptées à la nouvelle ergonomie immersive de Windows 8 et aux périphériques tactiles comme les tablettes, les téléphones ou les écrans TV. Les applications à ce format porteraient l’extension .appx et s’appuieraient sur Silverlight. Voilà qui ressemble furieusement à l’actuel modèle de programmation des Windows Phones 7 – qui produit déjà des Appx sous Silverlight! A la manière de ce qui existe déjà sous Windows Phone 7, le développement se ferait à partir de Blend et d’une nouvelle version de Visual Studio (VS 2012), et le SDK offrirait des modèles applicatifs évolués pré-encodés. Ces modèles incorporeraient des effets de transition, un squelette ergonomique et des éléments 3D offrant un cadre uniforme aux applications Jupiter. La programmation s’effectuerait en Cif, Visual8asic ou C++. Tout cela a tellement de sens que l’on voit mal comment cette indiscrétion pourrait ne pas être vraie. Au passage, Microsoft préparerait un AppStore Windows 8 spécialement dédié à la diffusion de ces applications .Appx.

Reste une dernière question fondamentale : Quand?

Microsoft devrait débuter les travaux d’intégration de la Milestone 3 de Windows 8 à partir du mois de mars. Celle-ci devrait aboutir à une Technical Preview voire une Beta 1 qui serait dévoilée aux développeurs à la fin de l’été lors d’une PDC 2011 (Professional Developer Conference) qui s’annonce intégralement dédiée à Windows 8. S’ensuivrait alors le traditionnel cycle de la Beta 2, suivi d’une Release Candidate qui amènerait à une sortie pour la fin 2012, ou début 2013.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(