Comparatif des meilleurs logiciels correcteurs d’orthographe Reviewed by Momizat on . Rating: 0

Comparatif des meilleurs logiciels correcteurs d’orthographe

Comparatif des meilleurs logiciels correcteurs d'orthographe

Complexe, la langue française est truffée de pièges. Les logiciels de correction d’orthographe, malgré leurs défauts, peuvent vous éviter de grossières erreurs et aider à améliorer votre style. Comparatif des meilleurs logiciels, gratuits ou payants, du marché.

Les fautes envahissent nos textes. Résultat des effets conjugués de la baisse générale du niveau d’orthographe et du développement galopant de la saisie sur clavier. Selon différentes sources, 35% des CV sont éliminés dès qu’ils comportent plus de trois fautes. Et ce pourcentage augmente dès qu’il concerne les postes de cadre. Les fautes dans les messages discréditent leurs auteurs, les éviter devient donc un véritable enjeu. On écrit davantage, mais moins bien. Un paradoxe, car les remèdes existent: les correcteurs automatiques, de plus en plus performants. Nous avons comparé les principaux, des plus basiques accessibles gratuitement, aux plus élaborés, généralement payants.

Comment les correcteurs fonctionnent-ils?
Le principe est simple et présente des similitudes avec les logiciels de traduction. Une base de données statistiques est constituée sous forme de dictionnaire à partir d’un ensemble (corpus) de mots et de textes. Les mots d’un texte à corriger sont comparés à cette base.
Quand il n’y trouve pas la réponse à sa requête, le correcteur recherche un mot proche (graphiquement et phonétiquement) et suggère un ou plusieurs termes de remplacement.
À leur dictionnaire, les logiciels les plus évolués associent un algorithme de reconnaissance phonétique et d’analyse de la phrase qui permettra une correction grammaticale. Cette dernière s’est améliorée grâce aux travaux menés par des professionnels passionnés. C’est là que résident la différence entre les logiciels de correction. Ainsi, le correcteur intégré, basique, de Google Docs pour la phrase « les réminissences sont nombreuse » corrigera parfaitement « réminiscences », mais fera l’impasse sur l’accord de « nombreuses ». La plupart des programmes corrigent parfaitement cette phrase. Et les meilleurs repèrent les pléonasmes, traquent les tournures familières, les anglicismes et les noms propres mal écrits.

Pourquoi les performances du correcteur intégré d’Office sont-elles décevantes?
Spécialiste des fausses alertes qui perturbent le rédacteur, le correcteur intégré de la suite Office (Word, Excel…) s’est considérablement amélioré depuis la version 2007, mais reste toutefois en deçà des trois autres programmes spécialisés qui ont été testés. Il ne faillit pas sur l’orthographe d’usage dès lors que les mots figurent dans son dictionnaire. Et il repère les erreurs typographiques, espaces et majuscules manquantes, signes de ponctuation mal placés… Mais certaines erreurs de frappe le déroutent totalement: « J’ai rencontré pierre dans la rye » donnera « j’ai rencontré pierre dans le rye » (whisky à base de seigle). Un vrai handicap quand on sait que 90% des fautes sont des fautes de frappe.

S’il ne sait pas traiter les sujets inversés (« Dans le ciel, passe de nombreux nuages »), il s’accommode assez bien, en revanche, des accords des participes passés lorsque ceux-ci ne sont pas trop compliqués. Ainsi, « elles se sont lavées les mains » est bien corrigé (elles se sont lavé les mains). Enfin, ce programme ne bénéficie que d’un nombre limité de réglages qui font pâle figure comparé aux spécialistes: niveau de langage, tolérance des anglicismes, genre féminin ou masculin du pronom « je », ou encore prise en compte de la réforme de l’orthographe de 1990…

Quelles sont les dernières améliorations apportées?
Elles tiennent d’abord au corpus. des fautes analysées. Les concepteurs de Cordial ont examiné les textes de Wikipédia qui répertorient plusieurs millions d’erreurs de toutes sortes. Relevées dans des textes réels, elles sont l’œuvre de rédacteurs souvent confirmés et illustrent donc bien les fautes que l’on commet, y compris avec un bon niveau d’orthographe.
Antidote qui a travaillé sur une base de plus de trois milliards de mots aégalement accru sa base statistique et a amélioré la présentation de son programme. La totali té du texte est mise à plat et toutes les fautes, orthographiques, typographiques, de syntaxe, sont signalées sur une sorte de table d’opération. Un module de reconnaissance phonétique a également été ajouté.
Prolexis procède de même, mais s’attache à mieux repérer les pléonasmes et à améliorer son algorithme de reconnaissance phonétique.
Cependant, ces logiciels peuvent encore être perfectionnés, car ils sont encore loin de rivaliser avec les champions d’orthographe. Les sujets éloignés du verbe et les épithètes éloignées du nom réclament un niveau d’analyse que les correcteurs n’arrivent pas encore à atteindre en raison, notamment, des fameuses « exception à la règle ». Ce qui a été possible pour les programmes d’échecs (battre un humain) n’est pas pour demain, car la langue française est un matériau vivant, complexe, obéissant à des logiques parfois floues.

Quelles sont les limites des correcteurs gratuits?
Légers et faciles d’accès, les correcteurs en ligne offrent une aide appréciable pour un usage ponctuel, une lettre administrative par exemple. Toutefois, le taux de reconnaissance des fautes est perfectible. Scribens ne limite pas le nombre de signes des textes à corriger’ mais reconnaît malles fautes grammaticales. Reverso les détecte mieux, mais est limité aux textes comportant moins de 2000 caractères. Ces deux correcteurs ne sont donc pas recommandés si vous devez rédiger de longs écrits. De plus, ils posent un problème de confort d’utilisation en contraignant à de multiples copier-coller entre la fenêtre de correction en ligne et le traitement de texte utilisé. Les correcteurs intégrés à Google Docs ou à OpenOffice n’ont, eux, pas de limitation en nombre de signes, mais leurs performances sont très modestes et se bornent au repérage des fautes d’usage et de typographie.

Les correcteurs payants sont-ils vraiment meilleurs?
Oui, parce qu’ils s’appuient sur des méthodes plus élaborées que les gratuits et sont mieux conçus. Lorsque l’analyse est trop complexe ou comprend des mots incongrus (comme acoiriume, gasoual), les programmes ont le choix entre présenter une ou plusieurs solutions, interroger le rédacteur ou avouer leur ignorance en proposant d’ajouter le mot énigmatique à un dictionnaire. Ainsi pour « acoiriume », Prolexis propose « aquarium » grâce à son algorithme de reconnaissance phonétique. Cordial indique « acorine » et Antidote avoue ne pas connaître le mot.
L’analyse du contexte connaît aussi des bonheurs divers. Prolexis ne corrige pas « Dans le ciel, passe de nombreux nuages » mais il est le seul à rectifier: « Le porc de Germevilliers est situé au nord du 92 ». En revanche, tous corrigeront « le porc fluvial de Gennevilliers … « .
Très performant pour les fautes les plus courantes, Antidote sera à la peine sur des phrases longues et perdra son latin devant le « Lave à beaux ». De plus, un mot trop déformé ou une virgule mal placée peut complètement fausser une analyse. Cordial, quant à lui, ne corrigera complètement certains textes qu’après plusieurs passages de correction manuelle. On préférera ainsi Prolexis si l’on souhaite privilégier la vitesse de traitement au taux de détection.

Dans quels cas a-t-on besoin d’un correcteur payant?
Pour un utilisateur dont la production de textes se borne à un nombre limité de correspondances administratives, quelques courriels et des messages sur Facebook, les correcteurs gratuits font largement l’affaire. Ilen va tout autrement dès lors que le volume de rédaction devient plus important et plus varié.
De même, la nature des écrits doit être prise en compte. Une annonce sur Le Bon Coin ne demandera pas le même niveau rédactionnel qu’un CV ou une lettre de motivation. Investir dans un correcteur orthographique s’impose si on écrit de longs textes administratifs, une thèse, un mémoire, des communiqués commerciaux, des articles de presse, une biographie…
Il peut être intéressant aussi d’envisager un achat (de 60 à 120 euros) pour un usage familial. Ainsi, les courriers administratifs des parents, Les travaux scolaires et universitaires des enfants y gagneront en qualité.

Comment les utiliser pour améliorer son français?
Tout d’abord en lisant les explications contextuelles qu’ils fournissent pour justifier une correction, car Le premier avantage de ces outils, ce sont les commentaires qui accompagnent leurs rectifications, Les textes ne sont pas évalués de manière « sommative », à savoir indiquer un nombre de fautes. Mais « formative », c’est-à-dire indiquer la règle qui s’applique ou pourrait s’appliquer, en invitant à la réflexion … La lecture répétée des règles a une indéniable vertu pédagogique. Par ailleurs, il n’est pas inutile d’apprendre que « se révéler vrai » ou « collaborer ensemble » sont des pléonasmes.
Prolexis, Cordial et Antidote proposent, chacun à sa manière, toute une série d’outils d’aide à la rédaction. En plus, bien évidemment, des traditionnels dictionnaires de synonymes, d’antonymes et de conjugaison. Prolexis offre son intéressant Dico Malin. Cordial construit ses dictionnaires d’aide à la rédaction ainsi! qu’un module d’amélioration personnelle (avec la version Référence) à partir des fautes les plus couramment commises, Antidote, quant à lui, a intégré un dictionnaire de concurrences qui permet, par exemple, de trouver « Quel adverbe exprime le mieux l’intensité de l’amour? ». Sympa, pour écrire à l’élue de son cœur!

Comparatif des meilleurs logiciels correcteurs d’orthographe

1) CORDIAL
synapse-fr.com

  • Prix : De 59€ à 199€
  • Plateforme : Intégrable dans Word, Outlook, OpenOffice, mail et navigateurs
  • Orthographe et typographie : 4/5
  • Grammaire et syntaxe : 4/5
  • Prise en compte du contexte : 4/5

Avis :
Cordial, qui gère bien les fautes grammaticales, est le meilleur correcteur du marché. Paradoxalement, la richesse de ses dictionnaires ramène pourtant à proposer parfois de mauvaises corrections. Il lui arrive d’analyser un texte plusieurs fois afin de venir à bout de toutes ses fautes. Le module de perfectionnement adapté aux fautes de l’utilisateur dans la version Référence est un plus appréciable.

2) ANTIDOTE
druide.com

  • Prix : 119€
  • Plateforme : MS Office et la plupart des navigateurs
  • Orthographe et typographie : 4/5
  • Grammaire et syntaxe : 3/5
  • Prise en compte du contexte : 4/5

Avis :
Avec une très bonne sensibilité au contexte, Antidote n’a pas usurpe son titre de leader du marché. S’il détecte les fautes dans tous les domaines, il peine cependant sur les phrases longues. Ses outils linguistiques s’avèrent performants. Multiplateforme, il est particulièrement approprie pour les configurations familiales hybrides (PC et Mac).

 

3) PROLEXIS
prolexis.com

  • Prix : De 99€ à 500€
  • Plateforme : Intégrable dans Word, Powerpoint, OpenOffice
  • Orthographe et typographie : 4/5
  • Grammaire et syntaxe : 3/5
  • Prise en compte du contexte : 3/5

Avis :
Très véloce, Prolexis fait peu de fausses alertes. Sa sensibilité au contexte est limitée mais il est performant sur la reconnaissance phonétique et la détection des pléonasmes. Mais sa correction « à la volée » (désactivable, heureusement) peut dérouter le rédacteur. Le programme comporte de nombreux réglages: tolérance des anglicismes, niveau de langage…

 

4) WORD
office.microsoft.com/fr-fr

  • Prix / Plateforme : Intégré à la suite MS Office (Ward, Excel’, Power Point)
  • Orthographe et typographie : 3/5
  • Grammaire et syntaxe : 3/5
  • Prise en compte du contexte : 2/5

Avis :
Les auteurs du programme ont fait la chasse aux fausses alertes depuis la version 2007, Word signale donc moins d’erreurs et en laisse passer. Ce correcteur est distancé pour la prise en compte du contexte et les rédactions littéraires. Il est cependant utile pour ceux qui font peu de fautes grammaticales et veulent juste corriger les fautes de frappe.

 

5) REVERSO
reverso.net/orthographe

  • Prix / Plateforme : Gratuit (En ligne)
  • Orthographe et typographie : 3/5
  • Grammaire et syntaxe : 2/5
  • Prise en compte du contexte : 2/5

Avis :
Ayant emprunté une partie du moteur de Cordial, ce programme est certainement le meilleur des correcteurs gratuits en ligne. Mais la limitation à 2 000 caractères le pénalise pour des textes longs. Les messages d’erreurs fournissent des explications appropriées et plusieurs dictionnaires complètent l’ensemble. Reverso peut aussi traiter des textes en anglais.

 

6) SCRIBENS
scribens.fr

  • Prix / Plateforme : Gratuit (en ligne)
  • Orthographe et typographie : 3/5
  • Grammaire et syntaxe : 1/5
  • Prise en compte du contexte : Non

Avis :
Scribens ne limite pas le nombre de caractères des textes à corriger mais il détecte mal les fautes grammaticales, et sa sensibilité au contexte est inexistante. Les explications se limitent à des rappels des règles générales. Le correcteur comporte quelques réglages, plusieurs dictionnaires et un guide de conjugaison. Il peut se révéler utile ponctuellement.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(