Comparatif des meilleurs sites et logiciels de traduction automatique Reviewed by Momizat on . Rating: 0

Comparatif des meilleurs sites et logiciels de traduction automatique

Comparatif des meilleurs sites et logiciels de traduction automatiqueUn mot un tweet ou un discours fleuve, Internet peut tout traduire, presque dans toutes les langues et gratuitement. Parfait pour les mots et les phrases simples, mais dès que le texte se complique, les erreurs et les contresens fusent. Démonstration.

Les traducteurs automatiques ont accompli d’énormes progrès. Ils comptent de plus en plus d’utilisateurs et les logiciels spécialisés ne cessent de se multiplier. Mais il ne faut pas en attendre des miracles! Les principaux outils gratuits du marché, que nous avons testés, réussissent à traduire correctement des mots et des textes simples, surtout de l’anglais vers le français. Mais aucun n’évite les formules maladroites, voire les contre-sens dès qu’on lui soumet des phrases un peu plus complexes. Y compris les leaders, Google Traduction et Bing de Microsoft. En général, l’un et l’autre fournissent des traductions un peu plus abouties que leurs concurrents. Ce qui ne veut pas dire que Babel-fish, Babylon, Systran et et Reverso ne parviennent pas dans certains cas à faire mieux. Les différences tiennent à la technologie utilisée, aux langues sélectionnées et à la nature du texte d’origine.

Comment les traducteurs en ligne fonctionnent-ils?
Ces logiciels s’appuient sur deux techniques, l’une statistique et l’autre linguistique. La première consiste à interroger le moteur de recherche, c’est la plus rapide: le logiciel explore d’importants volumes de texte pour y trouver la traduction la plus appropriée des mots et des phrases qu’on lui soumet. Cette approche est privilégiée par les traducteurs automatiques de Google et de Microsoft. Concrètement, l’outil découpe le texte en blocs, puis recherche les correspondances dans plusieurs milliers, voire millions de pages, dans les deux langues sélectionnées. Cela donne parfois des résultats assez pertinents mais exige une puissance de calcul et des capacités de stockage énormes.

L’autre technique, fondée sur une approche linguistique, est un peu plus lente, car plus compliquée: le moteur de traduction tient compte alors de règles linguistiques sophistiquées (ordre des mots, syntaxe, sémantique…). Cette approche se révèle particulièrement efficace quand on l’applique à un champ lexical précis, le langage médical, par exemple. Reverso ou encore Systran proposent ainsi des versions logicielles spécifiques à des univers professionnels ou à des corps de métiers. Ces outils payants fonctionnent mieux que les services gratuits que nous avons testés, destines au grand public. La plupart des éditeurs combinent ces deux approches.

Quels sont les meilleurs traducteurs du marché?
Pour évaluer le niveau des logiciels gratuits disponibles, nous leur avons soumis quelques expressions en anglais et en français, des phrases en espagnol, une page Web en italien, le long discours d’investiture d’Obama et des tweets de l’écrivain japonais Haruki Murakami. Résultat: Google a souvent fourni les meilleures traductions. Même si, sa traduction du discours d’Obama comporte un grossier contresens. Il commet presque toujours des maladresses, mais, quand le texte n’est pas trop long, ni trop compliqué, on arrive à peu près à le comprendre. Exemple (traduction Google d’un autre passage du fameux texte d’Obama): « Un homme, dont le père il y a moins de soixante ans ne pourraient pas avoir été servi dans un restaurant local, peut maintenant se tenir devant vous. » Bon, d’accord, ce n’est pas limpide, mais on voit vaguement où le Président veut en venir…

Dans le cas d’Obama, les concurrents de Google ont fait pire, mais il arrive aussi qu’ils soient meilleurs. Google traduit ainsi « Once in a blue moon » par « Une fois dans une lune bleue ». Seul Reverso a donne la bonne réponse: « Tous les trente-six du mois. » Par contre, aucun des six traducteurs testés n’a trouvé une équivalence en français de l’expression anglaise « Go fly a kite ». Ce qui aurait pu être « Va voir ailleurs si j’y suis » ou « Va te faire cuire un œuf ». Preuve, s’il en était besoin, que tous les traducteurs automatiques ont encore de gros progrès à faire.

Pourquoi les traducteurs font-ils autant de fautes?
« Les traductions étant générées par des machines, elles peuvent présenter des imperfections », peut-on lire sur le célèbre moteur de recherche. Mais ce n’est pas toujours de la faute des logiciels. Selon une étude de Reverso, plus de 30% des textes soumis au traducteur instantané contiennent des fautes d’orthographe ou de syntaxe. Ce qui induit fatalement le logiciel en erreur. Pour limiter ces problèmes d’interprétation, Reverso et Googie Traduction ont l’un et l’autre ajouté un correcteur orthographique. Utile, mais insuffisant…

Comment savoir si une traduction est correcte?
Il n’y a pas de solution miracle, mais le bon sens suffit le plus souvent pour juger de la pertinence de la traduction. Quand Reverso tire du texte d’Obama un charabia comme « On a parlé les mots pendant les marées naissantes de prospérité », il y a de toute évidence un problème d’interprétation. Parfois, le contexte aide à lever des ambiguïtés. Ainsi, quand le même Reverso traduit: « Notre économie est mal affaiblie », on comprend: « Notre économie est sérieusement affaiblie. » si le doute subsiste, comparez le résultat avec un autre traducteur. S’il s’agit juste d’un mot ou deux, mieux vaut vérifier leur sens dans un dictionnaire bilingue qui les mettra en situation à travers quelques exemples. C’est le cas des dicos proposés par Reverso, Systran et ou Babylon.

Que valent les options et services annexes proposés?
Sur Google Traduction, Bing et Babelfish, il existe une option pour détecter la langue d’origine du texte à traduire. Pratique, quand on ne sait pas faire la différence entre le chinois et le japonais. Seul souci: la fiabilité. Au cours de nos tests, le traducteur de Google s’est trompé un peu plus souvent que ses deux concurrents. Il a par exemple cru que « Paradis fiscal » était une expression portugaise, alors qu’aucun de ces deux mots n’existe dans cette langue. Bref, cette fonction d’auto détection de la langue doit être utilisée avec la plus grande prudence.
Autre service classique: le clavier-virtuel, qui permet de saisir des mots dans un autre alphabet que le nôtre, arabe, hébreu, chinois ou autre. Pratique, si l’on possède des notions de base dans la langue en question. Mais parfaitement inutile dans le cas contraire.

Quel est le meilleur outil pour traduire une page Web?
Là encore, c’est Google Traduction qui a le mieux réussi notre test. Mais il s’y est pris à deux fois (car le moteur ne donne pas toujours le même résultat d’une requête à l’autre). Sa première traduction d’une page Web du site italien Agriturismo a donné ceci: « Ancienne et mystérieuse, Florence Est Une ville de renouveler capable sait magie, de surprendre à CHAQUE foie, à CHAQUE dos. » Rien compris? Nous non plus. Mais à la deuxième requête, nous avons obtenu une traduction parfaite: « Ancienne et mystérieuse, Florence est une ville capable de renouveler sa magie, pour surprendre à chaque fois, à chaque retour. » Bing a fait aussi bien, hormis une faute d’accord à « mystérieux ». Les autres ont raté le test. Si vous connaissez un peu la langue du texte original, sachez que Google et Bing permettent de comparer celui-ci avec les passages de la traduction qui vous semblent douteux. Il suffit de passer le curseur de la souris sur le texte envoyé par le logiciel, l’original apparaît dans une petite fenêtre.

Comment procéder avec les langues exotiques?
« Plus Google Traduction peut analyser de documents traduits par l’homme dans une langue donnée, meilleure est la traduction »; précise le moteur de recherche. La qualité des traductions varie donc selon la paire de langues sélectionnées. Anglais/laotien ou français/laotien? Selon toute vraisemblance, il existe plus de documents en laotien traduits en anglais qu’en français. Du coup, vous obtiendrez une meilleure traduction dans le premier cas. Mais évitez de traduire en français le résultat obtenu en anglais. Cela risque d’être catastrophique. Pour les langues qui utilisent des alphabets différents, certains traducteurs prévoient des claviers virtuels facilitant la copie de textes à traduire.

Comment obtenir une traduction vocale?
Le plus souvent, il suffit d’appuyer sur l’icône haut-parleur pour entendre le mot ou la phrase dans la langue sélectionnée. La fonction audio est disponible gratuitement sur Google, Bing, Reverso, et en version payante dans Babylon. Mais la plupart de ces outils restreignent l’usage de ce service à quelques mots. Même si, lors de nos tests, nous n’avons pas eu de mauvaises surprises, cela peut arriver. L’Élysée en a fait l’amère expérience: suite au décès de Margaret Thatcher, son site a publié un communiqué écrit en anglais, mais l’option vocale était en français… 1u avec un accent anglais! Effet comique garanti.

Peut-on traduire un texte intégré dans une image?
Toute personne qui s’est retrouvée un jour à Tokyo ou à pékin a rêvé de pouvoir prendre en photo le menu du restaurant afin d’en obtenir la traduction immédiate. Eh bien, c’est désormais possible. Dommage que les résultats ne soient pas toujours à la hauteur des espérances. Avant de télécharger un logiciel de traduction qui propose cette fonction, vérifiez qu’elle n’existe pas déjà dans votre smartphone. Certains modèles récents et haut de gamme comme le Samsung Galaxy S4 sont équipés d’un traducteur capable de reconnaître le texte d’une image et de le traduire. Si ce n’est pas le cas du vôtre, cherchez une appli compatible: Google Traduction sur Android, Bing Translate sur Windows Phone, ou encore Word Lens sur iOS et Android (4,49 euros). Ces trois applis comprennent une fonction de reconnaissance de texte. D’après nos tests, Word Lens est la plus efficace. Il ne lui faut que quelques secondes pour afficher le texte traduit à la place de l’original. Impressionnant même s’il ne faut pas être trop exigeant sur ses qualités littéraires…

Comparatif des meilleurs sites et logiciels de traduction

BabelFish Babylon Bing Google Reverso Systran
Qualité des
traductions
Assez bonne compréhension du sens général. Dommage qu’il ne soit pas possible de traduire des textes longs. Bonnes définitions des mots, mais le logiciel peine sur la traduction de textes longs ou des phrases complexes. Très efficace pour la traduction de pages Web ou de document. Pour traduire un mot, les définitions du dictionnaire sont succinctes. A notre avis, le meilleur traducteur du marché. Mais il est loin d’être infaillible. Nombreuses erreurs sur les expressions et dès que le texte se complexifie. Efficace pour la traduction d’une expression grâce à son dictionnaire collaboratif, enrichi par les utilisateurs. Résultats corrects pour des textes. De bons résultats pour la traduction de documents Word ou de pages Web. Plus faible pour la traduction d’expressions idiomatiques.
Taille maximale
d’un texte à traduire
1 000
caractères
1 000
caractères
6 000
caractères
30 000
caractères
4 000
caractères
10 000
caractères
Traductions à la volée
d’une page web
Non Non Oui Oui Non Oui
Services associés
sur le site web
Un clavier virtuel pour plus de 40 alphabets, mais aucun correcteur orthographique. L’internaute peut proposer une meilleure traduction. Le seul logiciel à pouvoir être utilisé dans Word. Attention, son installation est automatique. Lecture de la traduction payante. Le site permet d’envoyer le résultat de la traduction par mail. La lecture audio existe, avec le bort accent, mais aucun clavier virtuel n’est disponible. Pas de correcteur orthographique. Reconnaissance de la langue d’origine perfectible, lecture audio de la traduction, correcteur orthographique et clavier virtuel disponible pour de nombreux alphabets. 10 claviers virtuels disponibles, à sélectionner selon l’alphabet souhaité, dictionnaires bilingues et collaboratif, le correcteur orthographique est plutôt efficace. Impossible de vérifier la prononciation d’un mot ou d’une phrase. Le site ne propose aucun claver virtuel. Mais l’ergonomie est véritablement agréable.
Nombre de langues 33 77 41 66 9 15
Application pour
smartphone
Aucun Oui, mais l’appli iBabylon ne contient qu’un dictionnaire de mots. Oui, mais sur Windows phone uniquement. Reconnaissance de texte et packs de langes accessibles hors connexion. Oui, sur iOS et Android. Seule la version Android inclut à ce jour des packs de langue accessibles hors connexion. Aucune Oui, sur iOS au prix de 3,59 €. Mais la dernière mise à jour date de 2010. Mieux vaut donc privilégier les applis gratuites.
Note * * * * * * * * * * * * * * * * * *


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(