Comparatif PC Portables 2013 : UltraBooks sous Windows 8 Reviewed by Momizat on . Rating:

Comparatif PC Portables 2013 : UltraBooks sous Windows 8

Comparatif PC Portables 2013 : UltraBooks sous Windows 8Le nouveau système d’exploitation Windows 8 incite à davantage de mobilité par son interface tactile et c’est donc la catégorie des ultrabook qui semble le mieux armé. Pour l’occasion, l’ultrobook devient Origami, coulisse et s’affine encore.

Jusqu’ici, la forme des ultrabooks ne variait pas beaucoup. Si la finition et les matériaux divergeaient, le bon vieux format Notebook persistait malgré tout. L’inclusion d’une bonne dose de tactile dans Windows 8 a toutefois provoqué un changement de paradigme. Les constructeurs ont commencé à se renouveler et nous voyons donc arriver des appareils pour le moins originaux. Sony et Toshiba intègrent des écrans qui coulissent, tandis que Lenovo dote son modèle Yoga d’un écran réversible. D’autres comme Acer ont fait des choix plus sages en se contentant d’ajouter une dalle tactile à des ordinateurs classiques. Ces différentes approches posent aussi des questions. Ajoutez simplement du tactile exclut l’usage tablette mais apporte un réel plus sur un ordinateur aussi compact. On se surprend à passer de la souris au tactile sans même s’en rendre compte selon l’activité. Pour les transformables, le système de l’écran coulissant n’a pas que des avantages, notamment par manque de place pour le clavier et le pavé tactile. Il est dont probable que la vague de créativité qui a saisi les constructeurs se calme rapidement et que l’on se concentre sur les formats pérennes. Signalons que le HP Spectre nous prouve qu’avec un bon pavé tactile, on peut obtenir une ergonomie toute à fait correcte sous Windows 8.

Des changements tout relatifs
Si extérieurement ces ultrabooks nouvelle génération surprennent, en interne les choses sont nettement plus simples. En l’absence de nouvelle génération de processeurs, on reste sur les mêmes bases que les appareils sortis à la rentrée. On y trouve donc des processeurs Intel Ivy Bridge, très souvent un Core i5-3317U, accompagnés de 128 Go en SSD. Les performances et par extension l’autonomie n’évoluent pas. L’affichage profite lui bien plus de l’arrivée du tactile. En effet, il nécessite des angles de vision larges qui obligent les fabricants à utiliser de l’IPS (In-Plane Switching). Plus chères que les dalles TN qui équipaient jusque-là nombre d’ ultrabooks, les IPS offrent une qualité d’image nettement meilleure. En plus de leurs larges angles de vision, ils sont plus lumineux et mieux calibrés. Le gain qualitatif depuis la génération précédente est impressionnant. On regrettera juste que ces dalles tactiles apportent leur lot de reflets mais c’est inévitable.

Des prix en hausse
En revanche, ces dalles tactiles ont un prix. Comptez environ 100 euros de plus qu’un modèle non tactile. Si l’on ajoute à cela le fait que ces ultrabooks embarquent des composants puissants, on arrive à des PC portables dépassants quasiment tous les 1000 euros. Pour les budgets plus serrés, choisir un modèle non tactile reste une alternative possible. Il y a également un problème de disponibilité sur les ultrabooks tactiles. Bien qu’ils seront tous sortis en ce début de 2013, leur présence dans les rayons risque d’être limitée. En cause, des problèmes d’approvisionnement, les fabricants de dalles ne réussissant pas à satisfaire la demande.

Les tests et la mise à l’épreuve
Si la finition et l’ergonomie sont des critères importants, avec notamment l’agrément du clavier ou encore de la connectique, des mesures précises ont été aussi réalisées pour comparer les différents ordinateurs. Pour l’écran (qui est fondamental sur un ordinateur portable), on mesure l’espace colorimétrique, la précision des couleurs, la luminosité et le niveau de noir. Les autres tests sont réalisés à l’aide d’outils éprouvés tels que PC Mark et 3D Mark mais nous n’avons pas pu les effectuer pour ce test car ils ne sont pas encore au point pour Windows 8. Nous avons en revanche pu mesurer les composants individuellement et le constat est sans appel. Les performances entre Windows 8 et 7 sont quasiment identique. Sans entrer dans les détails, tous les modèles testés ici se classent dans la moyenne haute de la catégorie en termes de performances. Enfin, nous mesurons également l’autonomie en chargeant la batterie au maximum avant de lancer la lecture en boucle d’un film au format DivX en utilisant le mode d’économie d’énergie de Windows et en baissant la luminosité de l’écran. Ce test sollicite beaucoup la batterie et l’autonomie sera généralement plus élevée en se contentant d’un usage bureautique sans le WiFi. La comparaison directe est ainsi possible et équitable. De plus, vous saurez combien de temps vous pourrez vous divertir loin d’une prise de courant.

Comparatif PC Portables 2013 : Les meilleurs UltraBooks sous Windows 8

  • 1er PLACE
    LENOVO YOGA 13
    Une idée géniale

Le Lenovo Yoga ressemble de prime abord à un ultrabook classique. Il est un peu lourd (1,5 kg) au vu de sa diagonale de 13,3 pouces. Dans la lignée des modèles Lenovo, l’esthétique rappelle un livre fermé. La finition aluminium et plastique caoutchouté est exemplaire et valorisante. En utilisation classique, l’ergonomie est vraiment bonne avec un clavier chicklet de taille standard aux touches légèrement incurvées pour une meilleure préhension. Le seul «défaut» de ce clavier est l’absence de rétro-éclairage. La connectique est classique avec un lecteur de cartes SD, deux ports USB dont un en 3.0 et une prise HDMI. À noter que les boutons d’allumage et de contrôle du volume sont sur le côté pour faciliter la préhension. Toutefois, le Yoga est bien plus qu’un Simple ordinateur; c’est aussi une tablette géante. l’Idée est aussi simple que géniale : l’écran est en fait monté sur une double charnière qui lui permet de basculer à 360 degrés ainsi qu’à tous les intermédiaires. En le repliant complètement, il vient se coller au dos du clavier qui devient alors inopérant. On a donc entre les mains une tablette. On aurait pu penser que le clavier allait gêner mais il est légèrement encaissé dans le châssis et suffisamment loin des bords pour que ce ne soit pas le cas. Vous l’oublierez donc rapidement à l’usage. Alors certes l’utilisation en guise de tablette n’est pas idéale vu le poids, mais le compromis est selon nous plus qu’acceptable. Posé comme un livre entrouvert sur une table, c’est un lecteur vidéo pratique et un outil de présentation efficace. Même sans ses possibilités tactiles, le Yoga n’en serait pas moins un ultrabook de premier ordre. Tout d’abord la configuration est plutôt musclée avec un processeur Core i5-3317U, 4 Go de mémoire vive et un SSD de 128 Go. On est en terrain connu et ces composants sont plus que suffisants pour un usage consultatif, productif, multimédia et de création. Seul le jeu est limité à cause du HD4000 Intégré. L’autonomie est longue sans être exceptionnelle, avec un peu plus de 5h 15 min. en lecture vidéo.
Enfin côté écran, ce dernier adopte une très bonne dalle IPS d’une résolution de 1600 x 900 pixels. Le Lenovo Yoga est de loin l’appareil Windows 8 qui nous a le plus convaincus Lenovo a réussi à enrichir le concept d’ultrabook en n’introduisant aucun inconvénient majeur. Certes, cela ne remplacera pas une tablette plus petite en usage consultatif mais on accepte vite d’avoir un Yoga sur les genoux en mode tablette, ne serait-ce que pour le spectacle du grand écran et pour la puissance disponible. Le Yoga est un concept simple, pratique, solide et performant vendu à peine plus cher qu’un ultrabook classique.

Caractéristiques :

  • Processeur : Intel Core i5-3317U 1,7 Ghz
  • Mémoire vive : 4 Go
  • Écran : 13,3 pouces tactile (1600 x 900)
  • Puce graphique : Intel HD4000
  • Disque dur : 128 Go SSD
  • Connexion : 2 USB 3.0, HDMI, lecteur de cartes SD
  • Dimensions : 33,34 x 22,48 x 1,69 cmLENOVO YOGA 13 : Test, avis et prix
  • Poids : 1,54 kg
  • Autonomie : 318 minutes

Points forts :
+ Un vrai ultrabook performant
+ Une transformation pratique
+ Concept vraiment bien pensée

Points faibles :
– Un peu lourd

Note globale : 9,5/10
Prix : 1100 € env.

 

  • 2e PLACE
    ACER S7
    Le bijou

L’ordinateur portable Acer S7 surprend agréablement à la sortie du carton. On est interpellé par les progrès accomplis par Acer en termes de design et de finition. Loin des teintes foncées plutôt masculines qui habillent l’essentiel de la production, l’appareil séduit avec sa robe mêlant verre blanc et aluminium. C’est très joli mais il est possible que ce pari pris ne plaise pas à tout le monde. En même temps, il faut oser pour se démarquer et c’est réussi. On peut juste avoir quelques doutes sur l’utilité de la dalle de verre présente au dos de l’écran et qui est un point de faiblesse potentiel. La finition est dans l’ensemble très haut de gamme, même si quelques points auraient mérité un peu plus d’attention. On aurait par exemple aimé voir la connectique directement découpée dans l’aluminium plutôt qu’être entourée de plastique. Si le davier chicklet du S7 est large et bien agencé, il n’est pas le plus confortable car les touches manquent de profondeur et la résistance à la pression est minime. Comme le Yoga de Lenovo, le S7 est un ultrabook «classique» auquel on a ajouté une dalle tactile. Les deux produits expriment pourtant des philosophies bien différentes. Le S7 utilise une charnière se limitant à 180 degrés d’ouverture, là où le Yoga opère un retournement complet de la dalle. Il est donc possible d’abaisser l’écran sur la table (pour une présentation par exemple) mais pas de le renverser totalement. La charnière offre d’ailleurs une résistance très élevée nécessaire pour une utilisation tactile. La dalle en elle même est très satisfaisante. Utilisant la technologie IPS et une résolution Full-HD, l’écran offre une très belle image, luminosité et contraste sont au rendez-vous, tandis que les couleurs s’avèrent plutôt fidèles et légèrement saturées. Le son est aussi Une bonne surprise. Malgré la finesse, Acer a réussi à offrir un volume généreux et plutôt équilibré. L’autonomie est moyenne avec 4h 45 min. sur une charge mais au regard de la finesse, c’est déjà un exploit. L’Acer S7 est sans conteste l’un des notebooks les plus impressionnants qui soit. Concernant l’utilisation tactile sous Windows 8, ce modèle n’est pas le plus innovant. Pour autant l’expérience est très agréable et on a recours au tactile naturellement dès que l’occasion se présente. On ne peut cependant pas s’empêcher d’imaginer le S7 doté d’une solution de transformation en tablette qui pourrait former l’hybride ultime!

Caractéristiques :

  • Processeur : Intel Core i5-3317U 1,7 Ghz
  • Mémoire vive : 4 Go
  • Écran : 13,3 pouces tactile (1920 x 1080)
  • Puce graphique : Intel HD4000
  • Disque dur : 128 Go SSD
  • Connexion : 2 USB 3.0, micro-HDMI, lecteur de cartes SD
  • Dimensions : 32,3 x 22,3 x 1,2 cmACER S7 : Test, avis et prix
  • Poids : 1,3 kg
  • Autonomie : 289 minutes

Points forts :
+ Superbe design
+ Fin et léger
+ Très bon écran

Points faibles :
– Prix

Note globale : 9/10
Prix : 1300 € env.

 

  • 3e PLACE
    SONY VAIO DUO 11
    L’hybride inadapté

Le Sony Vaio Duo 11 est un hybride dont l’écran coulisse pour se muer en tablette. La marque prouve d’ailleurs qu’elle n’a rien perdu de ses capacités innovantes. Cet ultrabook est extrêmement bien fini et paraît solide une fois en main. Le châssis mêle plastique de qualité et métal, le tout étant parfaitement ajusté. Une fois déplié, on découvre un petit clavier, deux boutons pour les clics et c’est tout. Pas de pavé tactile donc mais un trackpoint optique! Ce dernier est précis mais cette solution n’est clairement pas idéale. Le constat est identique pour le clavier qui reste trop petit pour un usage prolongé, même s’il exploite au maximum l’espace disponible. En revanche, la connectique est extrêmement complète pour un 11 pouces avec deux ports USB 3.0, de l’Ethernet, des sorties HDMI et VGA ainsi qu’un lecteur de cartes mémoire. A noter qu’un stylet est fourni et doté d’une très bonne précision. De son côté, le déploiement de l’écran s’avère peu intuitif. Il faut tirer la dalle vers le haut alors que l’on s’attend à devoir faire coulisser. Le mécanisme est simple avec seulement deux positions : fermé ou ouvert. Pas moyen donc de contrôler l’inclinaison ce qui peut s’avérer ennuyeux pour éviter les reflets. Ce choix permet cependant d’avoir un ordinateur plus solide. La nappe reliant écran et clavier n’est pas trop exposée. On se retrouve tout de même avec un hybride lourd en mode tablette et peu pratique en mode ordinateur classique en raison du petit clavier et de l’écran fixe. La dalle de l’écran est en revanche impressionnante. Elle adopte une résolution Full-HD ce qui permet d’obtenir une densité de pixels très élevée. IPS oblige, les angles de vision sont larges et les couleurs comme la luminosité sont très bonnes. Les haut-parleurs produisent un son certes assez propre mais peu puissant et dénué de basses. Le Vaio fonctionne dans un relatif silence et l’autonomie atteint les 5h 45 min.
Au final, ce modèle n’est pas un mauvais produit sur de nombreux points. L’affichage est tout bonnement excellent, tandis que finition et la configuration sont de premier ordre. Malheureusement, cela ne suffit pas pour rattraper un format peu pratique au quotidien. Le choix de l’écran coulissant est clairement inadapté pour les ordinateurs. Difficile dans ce cas de conseiller le Vaio Duo 11 malgré des qualités indéniables. Le manque d’ergonomie est rédhibitoire en mode tablette et ordinateur.

Caractéristiques :

  • Processeur : Intel Core i5-3317U 1,7 Ghz
  • Mémoire vive : 4 Go
  • Écran : 11,6 pouces tactile (1920 x 1200)
  • Puce graphique : Intel HD4000
  • Disque dur : 128 Go SSD
  • Connexion : 2 USB 3.0, HDMI, VGA, RJ-45, lecteur de cartes SD
  • Dimensions : 32 x 17,85 x 1,99 cmSONY VAIO DUO 11 : Test, avis et prix
  • Poids : 1,3 kg
  • Autonomie : 342 minutes

Points forts :
+ Superbe écran
+ Performances de premier ordre
+ Finition
+ Autonomie

Points faibles :
– Format peu pratique

Note globale : 8/10
Prix : 1100 € env.

 

  • 4e PLACE
     HP SPECTRE XT
    A l’ancienne

Le HP Spectre XT fait partie de la seconde génération d’ultrabooks de HP. C’est en revanche le premier modèle grand public sorti dans nos contrées. Déjà, le choix des matériaux utilisés est très pertinent. Le châssis est en magnésium recouvert de plastique soft touch, ce qui permet d’allier résistance et toucher agréable. Avec 1,4 kilo, le Spectre XI se classe dans la moyenne haute de la catégorie en non tactile. Contrairement à la plupart de ses concurrents, il est en revanche doté d »un pavé tactile très précis. Si sa taille n’est pas gigantesque, le revêtement glisse bien et le multipoint est parfaitement pris en compte. C’est un très bon point qui facilite la manipulation de l’interface en l’absence de tactile. De même, le clavier est spacieux et les touches sont confortables. La connectique est limitée avec seulement deux ports USB, du RJ-45 et une sortie HDMI. L’écran de 13,3 pouces n’est donc pas tactile mais les bords sont fins. La dalle TN n’offre pas une image de grande qualité, surtout comparée aux IPS tactiles. Les couleurs, ne sont pas vraiment fidèles, tandis que contraste et la luminosité sont juste corrects. Ajoutez à cela un traitement brillant et une résolution assez basse (1366 x 768). L’écran est donc clairement le point faible de cet ultrabook. La partie sonore ne fait pas beaucoup mieux, les haut-parleurs saturent rapidement dès que l’on monte le volume. Heureusement, le Spectre XT remonte la barre sur les performances. Le couple processeur Intel Core i5-3317U et SSD de 128 Go offre des performances excellentes pour un ultrabook. On peut même se frotter confortablement à de la retouche photo ou à du montage vidée HD. La basse résolution de l’écran a quand même un avantage puisque le HD4000 intégré peut faire tourner quelques jeux en résolution native. Bien entendu, il faudra éviter les titres les plus gourmands et tailler fortement dans les options, mais il reste possible de se divertir. L’autonomie est correcte, avec un peu plus de cinq heures d’utilisation. Le Spectre reste aussi relativement frais mais le ventilateur se fait un peu trop entendre à notre goût. Le HP Spectre XT est joli, bien fini et puissant. Malheureusement, il est particulièrement handicapé par un écran médiocre. Si nous avons pu constater que l’absence du tactile pour Windows 8 peut être compensée en partie par un bon pavé tactile, il est difficile de fermer les yeux sur l’affichage!

Caractéristiques :

  • Processeur : Intel Core i5-3317U 1,7 Ghz
  • Mémoire vive : 4 Go
  • Écran : 13,3 pouces tactile (1366 x 768)
  • Puce graphique : Intel HD4000
  • Disque dur : 128 Go SSD
  • Connexion : 3 USB, HDMI, RJ-45, lecteur de cartes SD
  • Dimensions : 32,7 x 22,1 x 1,45 cmHP SPECTRE XT : Test, avis et prix
  • Poids : 1,39 kg
  • Autonomie : 309 minutes

Points forts :
+ Performances
+ Solidité et finition

Points faibles :
– Écran médiocre

Note globale : 7,5/10
Prix : 1000 € env.

 

  • 5e PLACE
    TOSHIBA U920T
    L’écran à coulisse

Ce modèle ressemble à une grande tablette lorsqu’il est fermé. Très grande même du haut de ses 12,5 pouces au format 16/9. Mais les apparences sont trompeuses. En plus de ses capacités tactiles, l’U920T est bel et bien un ultrabook à part entière. Toshiba s’est donc également orienté vers l’écran coulissant. Extérieurement, esthétique est agréable mais manque de caractère avec un mélange de métal et de plastique assez commun. Le poids est relativement élevé (1,5 Kg) au vu de la taille d’écran. La transformation ordinateur/tablette est simple à effectuer: il suffit de faire glisser l’écran vers l’arrière à plat jusqu’à atteindre une butée puis de le relever. Le mécanisme est aussi impressionnant que complexe. Il y a deux rails en métal de chaque côté de l’écran et au centre une nappe de liaison qui suit le mouvement. En revanche, comme on perd de la place à l’arrière, le clavier est un peu tassé mais sinon confortable. Le touchpad est vraiment petit de son côté ce qui n’est pas si gênant car l’essentiel de l’action se passe sur l’écran tactile. Pour la consultation en mode tablette, l’écran de grande taille est très plaisant. On ne tiendra pas l’U920T très longtemps en main, mais si on peut s’appuyer sur les genoux, l’usage tablette est agréable. L’écran adopte un format inhabituel de 12,5 pouces. Malheureusement, la résolution est limitée puisque l’on trouve ici un simple 1366 x 780 pixels avec toutefois de bons angles de vision ainsi qu’une luminosité élevée et des couleurs assez fidèles.
A l’intérieur, on trouve la configuration classique d’un ultrabook de fin d’année 2012 avec un processeur Intel Core i5 3317U, 4 Go de mémoire vive et un SSD de 128 Go. C’est plus que suffisant pour faire tourner parfaitement Windows 8 et suffit à toutes les tâches courantes. L’autonomie est plutôt bonne aussi puisqu’elle atteint les cinq heures. Le Toshiba nous laisse pourtant une impression mitigée. Certes l’appareil en lui-même est plutôt convainquant. Malgré un design qui n’est guère très séduisant, Toshiba nous gratifie d’un PC portable sans concession. Les performances sont bonnes et la finition aussi. En revanche, le concept de l’écran coulissant nous laisse dubitatif. L’U920T se transforme en tablette mais cela oblige à trop de contraintes en mode ordinateur, avec un clavier et un pavé tactile étriqués. Sans parler d’un poids élevé au vu de la taille d’écran.

Caractéristiques :

  • Processeur : Intel Core i5-3317U 1,7 Ghz
  • Mémoire vive : 4 Go
  • Écran : 13,3 pouces (1366 x 768)
  • Puce graphique : Intel HD4000
  • Disque dur : 128 Go SSD
  • Connexion : 2 USB 3.0, HDMI, lecteur de cartes SD
  • Dimensions : 32,65 x 21,3 x 1,99 cmTOSHIBA U920T : Test, avis et prix
  • Poids : 1,52 kg
  • Autonomie : 307 minutes

Points forts :
+ Bonnes performances
+ Usage tablette agréable

Points faibles :
– Format trop contraignant

Note globale : 7/10
Prix : 1000 € env.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(