CPL Vs. WiFi : Comparatif de Kites Courant Porteur en Ligne Reviewed by Momizat on . Rating:

CPL Vs. WiFi : Comparatif de Kites Courant Porteur en Ligne

Fini les films en version saccadée et autres bandes passantes fonctionnant au ralenti. Créez votre propre réseau local internet en haut débit, en équipant votre foyer d’un CPL. Ou comment faire de la vie numérique, un espace de convivialité!

CPL : Courant Porteur en Ligne

Face au doute quant aux conséquences du sans-fil sur notre santé, aux limites du Wi-Fi notamment pour le streaming HD ou encore à l’impact des perturbations sur les dispositifs Wireless, les solutions courant porteur en ligne (CPL) s’affichent de plus en plus comme une alternative crédible pour ceux qui veulent prolonger leur réseau domestique. Ces kits 500 Mbits/s (dits haut débit) sont dédiés à des usages réseau et multimédias intenses, et s’expriment pleinement dès lors qu’on les utilise pour regarder en streaming de la vidéo HD.
Preuve de cette mode, le courant  porteur en ligne, qui s’installe sur le réseau électrique, subit régulièrement des « coups de tension », relatif aux passages d’une norme à l’autre : 80, 200, 500 Mbits/s et désormais le Gigabitjs en cours d’apparition. Dans ce dossier, nous nous sommes intéressés aux modèles de 500 Mbits/s, en voie de démocratisation. Un tel débit sur le circuit électrique domestique promet certains usages auxquels les kits 80 et 200 Mbits/s ne peuvent répondre.

Comment diffuser vos fichiers HD dans la maison?

On pense en l’occurrence au streaming simultané de plusieurs flux HD, dans un foyer rnuti-équipé en écrans plats et lecteurs multimédias. Cette promesse est-elle tenue? Dans le meilleur des cas, nous avons mesuré des débits de l’ordre de 125 Mbits/s, bien inférieurs à la valeur annoncée. Il y a deux raisons à cela. D’une part, et c’est valable pour le CPL en général, la qualité du signal, et donc le débit, est très lié à la qualité du circuit électrique emprunté. Dans de vieilles installations qui n’ont jamais été remises à neuf, le débit est de facto bien inférieur au résultat escompté. D’autre part, le débit nominal annoncé par les fabricants tient compte de nombreuses métadonnées échangées par les modules CPL, quand un signal circule entre eux. Il s’agit notamment des corrections cf erreur, annexées aux informations elles-mêmes, et qui réduisent d’autant le volume « utile » disponible. Cela étant, pour un film Blu-ray copié sur un disque dur exigeant un débit de l’ordre de 30 à 50 Mbits/s, afin que la lecture soit exempte de saccades, un kit à 500 Mbits/s remplit sa mission. Il sera toujours
moins performant qu’une solution basée sur un câble ethemet Gigabit, mais bien plus stable et fiable que le WiFi, même en version « n ».
Au-delà de la problématique du débit, un kit (PL se juge aussi sur son équipement et son ergonomie. Une prise femelle reportée est, par exemple, très utile: le module CPL n’a plus l’usage exclusif de la prise électrique sous-jacente et d’autres équipements ont ainsi accès au secteur pour être alimentés. C’est un élément dont il faut tenir compte.

Pour ceux qui en veulent toujours plus, partout

Notre vie numérique occupe de plus en plus de place dans notre quotidien, en découle un féroce appétit pour l’accès à la Toile. Du coup, nous partageons de plus en plus souvent notre bande passante entre utilisateurs et périphériques. Las de manipuler le RJ45, le partage devient plus rapide avec le CPL. Consoles de jeu, lecteurs Blu-ray, amplis, passerelles multimédias et désormais les écrans plats: on ne compte plus aujourd’hui les équipements capables de se connecter à internet et au réseau local. La « box » internet n’étant pas toujours dans le voisinage, le kit CPL est une solution. Mais l’unique port Ethernet ne répond plus à la demande. C’est dans ce contexte que les kits 3 Ports Powerline (90 euros) de Sweex et XAVB5004 (179 euros) de Netgear sont intéressants. Le premier comporte un module avec 3 ports ethernet, le second fait appel à un mini-commutateur équipé de 4 ports. De quoi envisager de multiples branchements !

 

Devolo 500AVplus – 170 €

Que ce soit pour les petits ou les gros fichiers, ce kit CPL de Devolo signe de très bonnes performances, supérieures à la moyenne dans les deux cas. Certes, le format de ces produits est un peu trop important, mais ils ont l’avantage d’incorporer une prise femelle reportée et une double prise de terre, qui servira à le brancher cul par-dessus tête si le besoin s’en fait sentir. Des arguments qui, en plus de ces performances au dessus du lot lui valent une première place méritée.Devolo 500AVplus

  • Prise femelle reportée : oui
  • Dimensions : 13 x 6,5 x 5,5 cm
  • Poids (Par module) : 215 g
  • Résultats tests débit : Petits fichiers : 5,19 Mo/s – Gros fichiers : 13,74 Mo/s
  • Consommation électrique : 5 watts

D-Link DHP-501AV – 173 €

Avec ses modules aux lignes courbes, le kit DHP-501AV est indéniablement un joli kit CPL, bien qu’il n’a pas vocation à être exposé aux yeux de vos visiteurs d’un jour, c’est tout de même un plus. Cette indéniable qualité de finition, rare pour les CPL, explique sans doute son prix plus élevé que la moyenne, alors que l’absence de prise femelle est un handicap certain, ainsi vous ne pourrez pas le brancher sur une multiprise. En tout cas, et c’est bien là l’essentiel, les performances sont d’un bon niveau.D-Link DHP-501AV

  • Prise femelle reportée : non
  • Dimensions : 10 x 7 x 3,4 cm
  • Poids (Par module) : 144 g
  • Résultats tests débit : Petits fichiers : 3,85 Mo/s – Gros fichiers : 14,99 Mo/s
  • Consommation électrique : N.C.

Netgear XAVB5501 – prix 115 €

Certains s’étonneront d’avoir à débourser une telle somme pour un kit CPL. Pourtant, ce tarif est cette fois justifié par la présence de deux prises femelles reportées. Un souci d’intégration qui se traduit aussi par un gabarit assez imposant. Le constructeur a toutefois eu la bonne idée d’ajouter une deuxième prise de terre, permettant l’installation dans un sens ou dans l’autre. Dommage que les performances, sans être catastrophiques, soient en dessous de la moyenne.Netgear XAVB5501

  • Prise femelle reportée : oui
  • Dimensions : 13 x 6 x 5,4 cm
  • Poids (Par module) : 320 g
  • Résultats tests débit : Petits fichiers : 3,51 Mo/s – Gros fichiers : 12,39 Mo/s
  • Consommation électrique : N.C.

Trendnet TPL-401E2K – 120 €

Hormis la consommation électrique mesurée et le prix intéressant, rien ne plaide en faveur de ce kit CPL de Trendnet, qui enregistre les plus mauvais résultats de ce comparatif. Les débits observés ne rivalisent en effet jamais avec ceux de la concurrence. On notera aussi qu’il n’y a pas de prise femelle reportée, il n’est donc pas recommandé de l’installer sur une multiprise. Enfin, le design de ces (PL n’est pas franchement soigné, même s’il faut en convenir, un CPL doit surtout être performant avant d’être beau.Trendnet TPL-401E2K

  • Prise femelle reportée : non
  • Dimensions : 9,8 x 7,2 x 5,5 cm
  • Poids (Par module) : 160 g
  • Résultats tests débit : Petits fichiers : 2,08 Mo/s – Gros fichiers : 13,54 Mo/s
  • Consommation électrique : 4,69 watts

 

La France compterait déjà plus de 5 millions de Kits CPL en utilisation, et il y a fort à parier pour que cela augmente de façon importante dans les années qui viennent. Car le CPL est facile à mettre en place et s’avère moins sensible aux problèmes d’interférence liés à l’utilisation d’une bande de fréquence commune à de nombreux périphériques : le 2,4 GHz.

Mais avec l’Hadopi, le problème de la sécurisation du réseau CPL se pose, car tout un chacun pourrait se retrouver devant la justice pour défaut de sécurisation. D’une manière générale, les utilisateurs pensent que le réseau CPL s’arrête au niveau au compteur électrique. Or, dans la pratique cela s’avère parfaitement faux. Le compteur n’ayant pas de fonction de pare-feu, le signal CPL, bien que dégradé après le passage en Outdoor, n’est en rien sécurisé. D’ailleurs les hackers ne s’y sont pas trompés puisque, tout comme pour le Wireless, le CPL est déjà la cible d’un attirail de logiciels d’intrusion dont le plus célèbre représentant est le logiciel Faifa.

En réalité, les réseaux CPL sont bien plus faciles à pénétrer que les réseaux Wi-Fi, et cela pour deux raisons. D’une part, ils sont encore trop rarement sécurisés et ensuite ils sont également détectables en sniffant les ondes radio (jusqu’à 300 mètres).

 

Comment protéger et sécuriser on réseau CPL :

  • Une clé de chiffrement indispensable
    Pour celui qui veut être en pais et sécuriser au maximum son réseau, la solution passe notamment par l’installation d’une clé de chiffrement. Il faut donc vérifier que le CPL que vous avez sélectionné offre cette option lors de l’installation.
  • L’ensemble du réseau local doit être protégé
    Il ne suffit pas de sécuriser tous les points d’accès CPL de votre domicile pour être tranquille. Vous devez également maintenir les protections plus classiques qui empechent les pirates de s’introduire dans vos fichiers. Pare-feu et logiciels antivirus doivent être mis à jour régulièrement et entretenus.

 


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(