iPhone 5 : Ce qui change par rapport à iPhone 4S Reviewed by Momizat on . Rating:

iPhone 5 : Ce qui change par rapport à iPhone 4S

iPhone 5 : Ce qui change par rapport à iPhone 4SSans aucun doute, iPhone 5 est plus puissant, plus léger, plus stylé que iPhone 4S, mais aussi, et sans conteste, le plus beau smartphone du monde. Mais est-ce suffisant pour continuer sa success story entamée par Apple il y a cinq-ans?

Un dos et un cerclage en aluminium anodisé. En haut et en bas, des inserts en verre teinté. Ses bords biseautés sont taillés au diamant et l’objectif photo est protégé par un cristal de saphir… Le nouvel iPhone 5 a le pedigree d’une montre suisse. Et pourtant tout, ou presque, avait fuité sur le Net depuis des semaines: du design aux caractéristiques techniques, l’essentiel de l’iPhone 5 était connu. Apple ne pouvait plus compter sur l’effet de surprise pour se targuer, cinq ans après avoir révolutionné le smartphone, de réinventer ni plus ni moins son iPhone. De prime abord, pas de changement flagrant côté design. Si ce n’est l’écran de 4 pouces (10,2 cm de diagonale), plus long pour afficher une ligne d’icônes en plus. Ou bien cette paire d’écouteurs blancs, modernisés après dix années de bans et loyaux services. Et, surtout, ce nouveau connecteur plus petit en dessous avec, dorénavant, la prise casque juste à côté. À la révolution des formes, Apple a préféré pour l’iPhone 5 une évolution tout en subtilités pour des gains bien réels. L’appareil se présente comme le smartphone le plus fin du moment, 20 % plus léger que son prédécesseur.
Le secret ? La nouvelle conception de l’écran où la couche d’électrodes tactiles au-dessus des pixels a été supprimée: ce sont les pixels eux-mêmes qui sont maintenant sensibles au toucher. Résultat, encore plus de clarté et d’éclat dans les couleurs, et un gain de 30% en épaisseur. En noir ou en blanc, et proposé au prix fort dès le 21 septembre, à partir de 679€ sens abonnement en 16, 32 ou 64 Go de mémoire, l’iPhone 5 est un bijou du seul point de vue esthétique. Mais est-ce suffisant pour lui garantir le même succès que ses prédécesseurs? Certes, Apple a apporté son lot d’innovations. Pour la photo, par exemple, la détection des visages, une fonction panoramique et un capteur avec une meilleure définition (1280 x 720 points) sur le devant, pour la visioconférence ou les autoportraits. Côté son, les écouteurs ont totalement été repensés, de nouveaux haut-parleurs et trois microphones pour restituer la voix encore plus fidèlement ont été introduits.

Autonomie minimaliste
Mais, en champion du discours marketing, Apple a pris soin de passer rapidement sur certains aspects de son smartphone. Concernant son processeur A6 de nouvelle génération, le fabricant annonce des «performances accélérées, des graphismes plus réactifs dans les jeux» et surtout «un gain d’autonomie». Sur ce dernier point, les premiers tests sont pourtant sans appel. Si l’iPhone 5 fait un peu mieux que le 4S (6h 31 min. en communication, 4h 30 min. en surf 3G), cela reste encore loin des meilleurs modèles du marché. Comme, par exemple, le Galaxy S3 qui tient plus de 13h en appel et 6h 30 min. en surf 3G…

Autre déception pour les technophiles, l’absence de puce NFC. D’aucuns imaginaient en effet qu’Apple innoverait avec une «Killer App», une application «phénomène», sans contact. Pour permettre, par exemple, de passer les portes d’embarquement dans les aéroports sans brandir son billet, ce dernier se trouvant en version numérique au fond de l’iPhone, enregistré dans la nouvelle application Passbook. Interrogé sur la question, Phil Schiller, le numéro deux d’Apple, a déclaré que Passbook faisait «ce que la majorité des utilisateurs en attendent, sans avoir besoin d’un des systèmes de paiement sans contact existants». Apple juge donc cette technologie prématurée et laisse, du coup, le champ libre à ses concurrents qui misent, eux, sur le NFC. Samsung par exemple et surtout Google qui en a même doté sa tablette Nexus 7!

Mais le vrai talon d’Achille de l’iPhone 5 se trouve dans son modem. Apple vante sa puce radio et sa compatibilité avec les réseaux rapides 4G de quatrième génération dans le monde entier, au débit théorique de 100 Mbit/s. Mais la firme se garde bien d’expliquer qu’il existe en réalité trois versions de l’iPhone S, adaptées aux différentes plages de fréquences de la 4G d’un continent à l’autre. Et malheureusement, l’iPhone commercialisé sur notre vieux Continent depuis le 21 septembre, n’est pas compatible avec les réseaux 4G, déployés actuellement en France par les trois grands opérateurs. Bouygues Telecom, Orange et SFR devront ainsi attendre le prochain iPhone (iPhone 5S?) pour espérer voir sa puce radio compatible avec leurs réseaux 4G. En attendant, les utilisateurs de l’iPhone 5 devront se contenter d’un débit théorique de 42 Mbit/s (contre 14 Mbit/s avec un iPhone 4S), mais avec certains abonnements seulement et dans certaines agglomérations. L’Internet à deux vitesses!

Pour certains, la plus mauvaise surprise de cette annonce, c’est l’absence d’iPad mini. En marge du nouvel iPhone, la rumeur prédisait avec insistance une mini-tablette signée de la Pomme. Au lieu de cela, ce sont les iPod qui ont refait leur gamme. l’iPad mini sera sans doute réservé pour une prochaine «keynote». Avec 17 millions d’iPad vendus entre avril et juin dernier, 84 millions d’unités cumulées depuis 2010, on voit mal le champion de la tablette laisser un boulevard aux petites 7 pouces commercialisées par Google et Amazon.

iPhone 5 :  Ce qu’il apporte comme nouveautés

Un design très reussi

  • Une taille de guêpe
    Plus fin que le modèle précédent (7,6 mm contre 9,3 mm), mais aussi plus léger (112g contre 140g), Apple n’a fait aucun compromis côté qualité. Les matériaux de son boîtier lui confèrent une élégance rare.
  • Un écran allongé
    L’écran Retina a pris 12,5 mm de diagonale en plus. Du coup, ce sont 5 rangées d’icônes qui apparaissent sur l’écran d’accueil. Plus lumineux, il offre une définition de 1136 x 640 points.
    E attendant que les développeurs les allongent, les applis s’affichent au précédent format (950 x 640) avec du noir autour.
  • Une caméra HD
    La caméra en façade pour la visioconférence ou les autoportraits se contentait d’une définition VGA (640 x 480), plutôt médiocre. Déplacée au-dessus de l’écouteur, elle autorise des photos de 1,2 mégapixel et filme en 1280x 720 points.
  • Une nano-SIM
    Au revoir la micro-SIM! L’iPhone 5 inaugure une puce encore plus petite. la nano-SIM. À demander à son opérateur.

Une technologie de pointe sans grandes surprises

  • Un modem compatible 4G, mais pas en France!
    L’iPhone 5 est le premier mobile Apple à être compatible avec les réseau téléphoniques de 4e génération (4G). Sur le papier, cette technologie est capable de faire atteindre à votre mobile une vitesse théorique de 100 Mbit/s (voire davantage), soit l’équivalent d’une connexion par fibre optique… Même si elle est inatteignable en pratique. Problème : l’iPhone 5 ne sera hélas pas compatible avec la 4G française. Car le principaux réseaux 4G des opérateurs hexagonaux – encore balbutiants – n’utilisent pas les mêmes bandes de fréquences que nos voisins européens…
  • Un appareil photo plus compact et rapide
    L’appareil photo change peu par rapport à 1 iPhone 4S. Les vidéos sont toujours enregistrées en Full HD (1920 x 1080 points). Quant au capteur photo de 8 mégapixels ouvrant à f:2,4, il est maintenant 25% plus compact et peut «mitrailler» 40 % plus vite que son prédécesseur. Apple a aussi intégré un nouveau mode pour la prise de vue en basses lumières. Des améliorations essentiellement logicielles donc – dont le mode panoramique est une autre illustration -, qui s’appuient sur la puissance accrue de la puce A6 : celle-ci accélère et bonifie le traitement des images, notamment en réduisant le bruit.
  • Trois microphones pour rendre la voix plus réaliste
    L’iPhone 5 n’abrite pas un micro … Mais trois! Le premier est situé sur le devant de l’appareil, le deuxième se trouve sur la tranche, en bas, et le dernier est dans le dos du mobile. D’accord, mais à quoi ça sert? A améliorer le son lors de vos conversations en réduisant le bruit ambiant, mais aussi il permettre le «beamforming», un traitement du signal très pratique pour la reconnaissance vocale. Le beamforming permet au téléphone d’écouter de façon directionnelle et de se concentrer sur la voix de son utilisateur. L’Phone 5 intègre aussi Wideband Audio, qui améliore le son des conversations vocales chez les opérateurs qui l’emploient, comme Orange.
  • De meilleures qualités audio
    Comme le processeur A6, les nouveaux haut-parleurs de l’iPhone 5 gardent un certain mystère. Apple revendique l’utilisation de cinq électro-aimants au lieu de trois précédemment. Pour améliorer la restitution sonore de ceux-ci évidemment. Ce qui reste à vérifier. Tout comme la stéréophonie que l’on trouve sur les haut-parleurs des autres smartphones haut de gamme et dont était privé l’iPhone 4S. En revanche, la prise casque qui a été déplacée de la tranche supérieure au-dessous de l’appareil se remarque immédiatement. Ce changement est sens doute dû à une réorganisation de l’électronique intérieure.
  • Un connecteur plus compact et plus pratique
    Exit cette bonne vieille prise dock, qui équipe les appareils mobiles d’Apple depuis les vieux iPod génération 2003.
    Le connecteur s’appelle désormais Lightning, un hommage à l’autre nouvelle prise d’Apple, Thunderbolt. Plus compact, il est aussi plus pratique, puisqu’il est réversible et permet donc de brancher son appareil sans tenir compte du sens. La firme à la pomme indique enfin qu’il est plus solide que l’ancien dock. Seul problème : il rend le nouveau mobile incompatible d’emblée avec les périphériques iPhone d’ancienne génération. Pour corriger un peu ce problème, Apple va commercialiser un adaptateur permettant de relier ses anciens accessoires au nouvel iPhone 5. Mais ce n’est pas donné (20 euros) et sa compatibilité audio et vidéo reste à prouver!
  • Un mystérieux processeur A6
    L’iPhone 5 dispose du processeur le plus perfectionné mis au point par Apple : Son concepteur n’est pas très disert sur les spécifications techniques de cet A6 et se contente de le qualifier de deux fois plus rapide que l’A5 qui fait tourner l’iPhone 4S, en puissance brute ainsi qu’en performances graphiques.
    Tout ce qu’on peut savoir, c’est que cette puce double-cœur fonctionne à 1 GHz, qu’elle est appuyée par 1 Go de mémoire vive et que ses performances confirment la promesse d’Apple. Fabriquée par Samsung, elle utilise une architecture spécifique reprenant les dernières innovations du concurrent britannique d’Intel, ARM.

Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(