OS Mobiles : iOS Vs. Android Vs Windows Phone 8 Reviewed by Momizat on . Rating:

OS Mobiles : iOS Vs. Android Vs Windows Phone 8

OS Mobiles : iOS Vs. Android Vs Windows Phone 8Le smartphone est devenu un objet du quotidien et l’immense majorité d’entre nous en possède un. Si la diversité règne depuis longtemps au point de vue matériel, il n’en va pas de même pour le système d’exploitation avec jusqu’à récemment pour seul choix l’iOS d’Apple et son iPhone unique ou Android et sa diversité de terminaux. Windows Phone 8 est venu s’ajouter à la liste des OS crédibles, rejoint tout récemment par BlackBerry 10. Alors, lequel choisir?

Le choix d’un système d’exploitation mobile est probablement le premier critère qui devrait être pris en considération lors de l’achat d’un smartphone ou d’une tablette. En effet, les trois systèmes d’exploitation majeurs ont désormais atteint un tel niveau de qualité qu’il nous est impossible d’en déconseiller un d’un tour de main. Néanmoins, chacun a ses particularités, à commencer par leur interface. Si iOS a fixé les règles du tactile, la concurrence a depuis longtemps dépassé le stade de la simple copie. Windows Phone 8 en est l’exemple le plus flagrant avec son univers basé sur des vignettes personnalisables et mises à jour en continu. Plus conservateur, Android se distingue par la grande liberté laissée à l’utilisateur qui peut aménager son téléphone à son goût. A côté de cela, iOS est probablement le plus conservateur, ne s’éloignant quasiment pas des bases mises en place depuis 2007. Il est toutefois le plus facile à prendre en main. A ces trois s’ajoute désormais le nouveau 10 de BlackBerry qu’on a pu testé et que vous pouvez découvrir sur l’article RIM BlackBerry : OS BB10 & un Smartphone Z10.

La bataille des Apps
Une plate-forme mobile se juge en premier lieu à son offre applicative, car même s’il s’agit de l’interface la plus novatrice et la plus ergonomique, quel en est l’intérêt s’il n’y a pas d’applications à faire tourner dessus? Inutile de faire durer le suspense, Apple propose de loin la meilleure offre applicative, tant en quantité qu’en qualité. Google arrive en seconde position avec une offre pléthorique mais à la qualité souvent moyenne. A l’opposé, Windows Phone 8 ne propose que très peu d’applications mais elles sont de bonne qualité. Une situation qui devrait s’améliorer dans les prochains mois par la convergence avec Windows 8. Pour les jeux, le classement est identique avec une domination encore plus nette d’Apple. Si c’est avant tout le jeu qui vous intéresse, iOS est alors de loin le meilleur choix.

Les challengers
Même si le marché est dominé par les trois systèmes majeurs auxquels il faut ajouter Blackberry à l’approche très différente, cela n’empêche pas des alternatives. On peut ainsi citer Ubuntu Mobile. Comme son nom l’indique, ce système libre de droit est basé sur la célèbre distribution Linux et fait le pari de la convergence. Celui-ci promet entre autres de pouvoir utiliser son téléphone comme un ordinateur classique. Il faudra toutefois attendre 2014 pour voir les premiers smartphones arriver. Tizen est un autre OS alternatif qui semble intéressant. Comme Ubuntu, il est basé sur Linux mais il bénéficie de supports bien plus importants, Intel et Samsung en l’occurrence. Ce dernier devrait d’ailleurs annoncer cette année plusieurs smartphones utilisant cet OS. Le constructeur coréen semble vouloir préparer une alternative pour limiter sa dépendance à Google et Android.

iOS, le maître étalon
Malgré son âge, le vétéran des OS mobiles continue d’afficher un succès insolent. Bien sûr Apple propose d’excellents smartphones et tablettes mais ce succès n’est pas lié qu’au matériel. iOS a posé les bases du système d’exploitation tactile tel que nous le connaissons. Le système est si simple à utiliser que même le plus réfractaire à la technique ne met que quelques minutes pour comprendre comment l’utiliser. iOS est de très loin le système qui présente la courbe d’apprentissage la plus douce. L’interface d’Apple est un véritable chef-d’œuvre ergonomique, mêlant avec succès une iconographie compréhensible et des mouvements tactiles naturels car directement tirés d’objets physiques. De plus, la firme à la pomme a mis en place une politique extrêmement stricte qui force les développeurs à utiliser le même langage visuel. En clair, toutes les applications doivent fonctionner de la même manière. Si ces règles peuvent parfois être restrictives pour les développeurs, elles sont grandement bénéfiques pour l’utilisateur. Ajoutez à ceci le fait qu’Apple ne propose qu’un nombre limité de téléphones (ce qui facilite le développement) et vous obtenez l’offre applicative la plus nombreuse (ce qui n’est pas forcément utile en soi) et surtout d’une qualité toujours nettement meilleure que ce que fait la concurrence.

Le système fermé adopté par Apple n’est toutefois pas sans inconvénients. Nous sommes dans un environnement certes beau et confortable mais aussi extrêmement restrictif. Pas question par exemple d’installer une application sans qu’elle n’ait été validée par Apple. Une limitation d’autant plus difficile à accepter qu’elle ne se limite pas au piratage! Apple a une idée très précise de ce qu’il veut que vous utilisiez (ou de préférence achetiez) et ne tolère que très peu une éventuelle concurrence. Pas question donc de personnaliser ou d’installer une application qui permettrait d’utiliser son appareil d’une manière non prévue par Apple. Ces limitations ont d’ailleurs donné naissance à un jeu du chat et de la souris avec des pirates qui proposent de «jailbreaker» (libérer) votre iPhone. Bien entendu, il faut aussi évoquer le manque de communication possible en dehors d’iTunes. Pas de copie directe en USB par exemple! A ceci s’ajoute un problème de fond, l’âge du système commence à se faire sentir. Malgré des mises à jour régulières, iOS n’innove plus vraiment. Apple semble se complaire dans un certain immobilisme alors que la concurrence se montre nettement plus inventive. Au point que c’est iOS qui copie désormais certaines fonctions d’Android comme la barre de notifications. Alors certes le problème n’est pas encore critique mais il n’empêche qu’Apple va bien devoir pousser l’évolution un peu plus loin que l’ajout d’une rangée d’icônes supplémentaires… Au final, iOS reste le système le plus équilibré du moment mais il n’est plus aussi dominant qu’auparavant. C’est le choix de la sécurité, en particulier si vous ne voulez pas passer plus de deux minutes à apprendre à utiliser votre appareil et si vous voulez être sûr que votre passion dispose d’une application.

Android, un esprit ouvert
Bien que sorti avant iOS, Android doit beaucoup à Apple. Le système ouvert de Google s’est en effet fortement inspiré de l’interface iPhone pour sa version tactile pourtant antérieure. Toutefois si ce constat était surtout vrai il y a quelques années, il l’est de moins en moins. Et pour cause, là où iOS avance à petits pas, Android évolue à un rythme effréné, introduisant régulièrement des nouveautés. Les plus grands progrès concernent l’interface qui a une identité propre depuis la version 3.0 et surtout qui est parfaitement fluide depuis la version 4.1. Il aura fallu près de cinq ans pour qu’Android exploite pleinement le matériel sur lequel il est installé. Désormais et pour peu que le téléphone que vous possédez ait droit à la mise à jour 4.1, la fluidité est au rendez-vous. Parmi les autres points forts d’Android, on évoquera une grande liberté laissée à l’utilisateur et qui permet de personnaliser son interface extrêmement profondément. Les plus aventureux pourront même installer des versions non officielles du système d’exploitation. D’une manière générale, la diversité, tant logicielle que matérielle, est le grand point fort d’Android. Il y en a pour tous les goûts ou, presque!

Malheureusement, l’ouverture et la diversité d’Android sont aussi le plus grand point faible du système. La multitude de terminaux rend le travail des développeurs extrêmement compliqué. Difficile en effet de tirer le plein potentiel d’un smartphone quand on doit jongler avec des centaines de plates-formes matérielles différentes et plus d’une douzaine de versions différentes du système d’exploitation. En effet, les mises à jour du système sont déployées non pas par Google mais par les fabricants. On doit souvent attendre plusieurs mois pour profiter d’une mise à jour et il n’est pas rare de voir des constructeurs abandonner totalement le support d’un appareil au bout de quelques mois. Là où il ne faut que quelques semaines à Apple pour faire basculer la majeure partie de son parc vers iOS 6, Android 4.2 ne concerne que 5% des utilisateurs. La seule solution pour éviter ce problème est d’acheter un Nexus validé par Google qui aura droit à toutes les mises à jour en avant-première. Ajoutez à cela une absence de règles concernant les interfaces des applications et des utilisateurs Android peu enclins à passer à la caisse pour les applications et on comprend pourquoi l’offre applicative est décevante, en particulier pour la qualité. Un problème que ne semble pas vouloir régler Google et qui semble donc parti pour durer. Si Android souffre encore de quelques défauts importants, OS reste tout de même plus que compétitif. Outre une grande diversité matérielle, il offre en effet une très grande marge de personnalisation à l’utilisateur. Android n’est donc pas le système le plus facile d’accès mais c’est une valeur sûre pour qui veut contrôler son appareil et avoir accès aux terminaux les plus avancés techniquement. Pour les applications, il est tout de même possible de trouver chaussure à son pied d’autant que de plus en plus souvent les applications ou jeux les plus populaires sont désormais développées sur iOS et Android simultanément.

Windows Phone 8, un géant endormi
Longtemps à l’avant-garde du marché des téléphones intelligents, Microsoft a été comme de nombreux autres complètement pris au dépourvu par la sortie de l’iPhone et d’iOS. Malgré des qualités certaines, Windows Mobile 6 sorti quelques moins avant l’iPhone a été instantanément ringardisé du fait de sa prise en charge médiocre des écrans tactiles. Il faudra attendre la fin 2010 pour voir arriver la première réponse à Apple sous la forme de Windows Phone 7. Totalement repensé, cette nouvelle version s’est distinguée par une interface originale et efficace et des smartphones d’assez bonne facture. Toutefois, cela n’a pas suffi à convaincre avec des parts de marché qui n’ont pas dépassé les 3%. D’autres se seraient probablement retirés mais Microsoft ne le pouvait pas. Fort de ses énormes ressources, Windows Phone revient de plus belle avec la huitième version du système.

Windows Phone 8 évolue peu d’un point de vue design, Microsoft s’est contenté d’améliorer légèrement une interface d’ores et déjà efficace. On remarque par exemple l’arrivée d’un nouveau type de vignettes, plus petites. Si le changement peut paraître mineur, il rend l’interface encore un peu plus personnalisable. Le résultat est l’un des systèmes pour smartphone les plus agréables à utiliser. On peut ainsi se créer une page de démarrage hautement personnalisée en fonction de ses besoins. Les vignettes renseignent instantanément sur ce qui se passe dans l’application, évitant ainsi d’avoir à l’ouvrir pour les informations les plus importantes. De plus, l’interface est centrée sur le contenu et permet d’agréger là où sous iOS ou Android il faut aller chercher tout contenu connexe ailleurs et par soi-même. Et surtout, la version 8 partage son interface avec Windows 8. Ce sera donc la même sur l’ordinateur et sur le téléphone. Au-delà de cette simplification, on pourra aussi retrouver son contenu et ses fichiers stockés dans le Cloud indifféremment sur tous les supports et dans les mêmes applications, que ce soit un fichier Word ou une vidéo. Il est d’ailleurs très aisé de porter une application Windows 8 sur Phone 8 ou vice versa. Bien entendu, il est également aisé d’échanger avec l’univers PC, notamment directement par l’USB.

Si le retard technique des smartphones sous Phone 7 a été réglé avec l’arrivée de la nouvelle mouture, le manque d’applications est encore un problème majeur. Malgré des efforts importants pour faciliter la vie des développeurs, le magasin d’applications est encore très vide. Avec un Windows 8 présent sur tous les PC, on peut toutefois penser que ce n’est qu’une question de temps. Une fois n’est pas coutume, les ajouts logiciels des constructeurs sont donc plutôt utiles. Nokia se démarque en particulier avec une application GPS nettement meilleure que celle fournie de base. A noter que l’utilisateur pourra directement mettre à jour son téléphone depuis les serveurs Microsoft sans avoir à attendre que constructeur ou opérateur se décident. Windows Phone 8 a appris de la concurrence et se situe à mi-chemin entre iOS et Android : contrôlé mais pas fermé tout en offrant une grande facilité d’utilisation. Reste à voir si l’interface basée sur les vignettes vous conviendra. En tout cas, elle a de nombreux adeptes et on ne peut qu’espérer que Windows Phone 8 aura le succès qu’il mérite, notamment en termes de richesse applicative!


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(