PS4 Vs XBox One : Quelle console choisir? Reviewed by Momizat on . Rating: 0

PS4 Vs XBox One : Quelle console choisir?

PS4 Vs XBox One : Quelle console choisir?Quelle est la meilleure console à choisir? La PlayStation 4 ou la Xbox One? Voici un comparatif qui vous aidera à bien choisir entre les deux à travers plusieurs critères comme le hardware, les exclusivités, les services en ligne, … qui déterminent les points forts et point faibles de chaque console.

1) LE HARDWARE

La première bataille, dans un duel de machines, en l’absence de jeux communs à décortiquer, est toujours celle des chiffres. PS4 et Xbox One ne font pas exception, alors en avant les téraflops!
Le tableau imposant de ce premier duel peut vous faire penser que la console de Sony dépasse largement celle de Microsoft. Pourtant, derrière ces chiffres bruts, il y a plus important. Auparavant, la qualité des jeux ne dépendait pas du nombre de sprites affichés en même temps à l’écran, il en va de même avec nos consoles! Et surtout, l’évolution de ces consoles a donné naissance à des machines plus proches du PC, qui évoluent en fonction des besoins de leurs constructeurs et des développeurs. En amont, les outils de développement confiés aux studios par les constructeurs peuvent radicalement simplifier leur tâche ou, au contraire, la rendre terriblement plus complexe (comme lorsque Sony confiait des documents intégralement rédigés en Japonais). En aval, les firmwares de nos consoles de salon sont remplacés ou améliorés par l’intermédiaire de mises à jour qui peuvent changer radicalement le fonctionnement de nos machines.
Pour la partie hardware pure, Sony a appris de ses erreurs, notamment sur l’architecture de sa machine. Pas d’Emotion Engine aussi prometteur qu’incompréhensible pour les développeurs, la PlayStation 4 n’est ni plus ni moins qu’un PC « déguisé ».
De son côté, Microsoft a communiqué des chiffres plutôt pessimistes quant aux capacités de la mémoire de sa console à l’état de kit de développement, qui pourraient être revus à la hausse avec le passage en production industrielle. La bataille des chiffres ne fait donc que commencer!

  • Design et taille : Avantage PS4

Avec des designs que l’on peut sans doute ranger parmi les moins audacieux depuis que les consoles de jeu existent. PS4 et Xbox One se rapprochent un peu plus des appareils grand public, avec pour destination et cible affichées le cœur du salon. Les plus précieux argueront que la PS4, quoique aussi épurée que sa concurrente, dispose d’une ligne plus racée que la Xbox One, mais qu’importe: sa taille et son poids légèrement inférieurs donnent un avantage à la machine de Sony.

PS4 Vs XBox One : Design et taille

PS4 Vs XBox One : Design et taille

 

  • Puissance et architecture : Avantage PS4

Le débat fait rage sur les spécificités techniques. Pourtant, les choses sont limpides: sur le papier, la PS4 est plus puissante, point final. Dans la réalité, notamment avec les modèles de production courante et non plus les stations de travail, la donne pourrait changer un peu. Surtout, les firmwares de la génération précédente nous ont appris qu’une console pouvait évoluer par le simple téléchargement d’une mise à jour. À ce petit jeu, Microsoft dispose de l’expérience… et Sony aura analysé ses ratés.

PS4 Vs XBox One : Puissance et architecture

PS4 Vs XBox One : Puissance et architecture

 

  • Le motion control : Avantage XBox One

Partageant une même idée de contrôle par le geste, les deux périphériques sont difficilement comparables, tant leurs technologies et leur importance pour chaque machine diffèrent. Si le nouveau Kinect est plus performant que son prédécesseur (en se rapprochant surtout des promesses de celui-ci) et fait désormais partie prenante de l’offre, la PS Camera ne reprend que la compatibilité PS Move de son prédécesseur et promet une évolution sur le papier qui nous rappelle… le PS Eye. Une large avance dans ce domaine pour Mcrosoft.

  • Les manettes : Égalité

Pourtant déjà très appréciés sur la génération actuelle, les pads ont été revus. Plus large, avec surface tactile et barre lumineuse pour la DualShock 4, ou doté de vibreurs dans chaque gâchette et plus compact pour le pad de la Xbox One. Tous leurs secrets n’ont pas encore été révélés, ni leurs capacités, puisque les développeurs n’ont découvert que récemment (et donc pas encore utilisé) certaines fonctions. Si la prise en main de la DualShock 4 nous a séduits, la détection du pad Xbox One par Kinect 2.0 a fait mouche: égalité!

 

VERDICT TECHNIQUE : PS4 GAGNANTE

Plus mince, plus puissante sur le papier et moins chère, la PS4 gagne d’une courte tête face à une Xbox One qui se rattrape grâce à son Kinect 2.0 bien plus prometteur que l’équivalent concurrent et par la plus grande expérience de Microsoft sur la partie firmware/software. Une victoire très serrée.

 

2) LES JEUX EXCLUSIFS

Autrefois produites par les constructeurs ou issues de solides partenariats avec les éditeurs tiers, les exclus se négocient désormais au coup par coup. Constat, après la première salve de deals.

Quand les principaux rivaux sur le marché des consoles de jeux vidéo s’appelaient SEGA ou Nintendo, impossible alors d’imaginer un lancement de console sans l’appui de son constructeur avec quelques titres exclusifs forts. Ainsi, les Zelda, Sonic, Mario et autres jeux cultes développés en interne jouaient les propulseurs de nouvelles machines. Dès cette époque, conscients que leur seule créativité ne suffirait pas à satisfaire le public, les fabricants de consoles se tournèrent vers les éditeurs tiers, pour négocier l’exclusivité, définitive ou temporaire, d’un jeu phare. Street Fighter II, par exemple, fut d’une grande aide pour la Super Nintendo dans sa lutte contre la Megadrirve. Aujourd’hui, avec une production beaucoup plus pragmatique, les éditeurs tiers rechignent à abandonner définitivement l’idée de développer sur un support; synonyme d’un chiffre d’affaire potentiel. Et il faut bien dire qu’en parallèle, les constructeurs n’accordent plus autant d’importance à leurs licences propres pour supporter leurs consoles. Nous sommes passés de l’ère de jeux «moteurs d’achat» à de simplee facteurs «différenciateurs». Comment expliquer un tel revirement de situation?

LES MATHS DE MATTRICK

Prenons quelques chiffres sur des séries représentatives de leur console. La saga Uncharted représente près de 17 millions d’exemplaires vendus sur PS3, dont un peu moins de la moitié aux États-Unis. Gears of War pèse, lui, plus de 18 millions d’unités vendues pour les trois premiers volets sur Xbox 360 (dont les trois quarts aux États-Unis). Plus fort encore, l’ex-série phare de Bungie, Halo pèse plus de 56 millions d’exemplaires, dont 39 millions rien qu’aux États-Unis (chiffres Xbox et Xbox 360 confondus). Tous ces chiffres donnent le tournis, pourtant, dans le même temps, la série Call of Duty s’est vendue à plus de 132 millions d’exemplaires sur PS3 et Xbox 360! Assassin’s Creed réalise lui aussi des ventes supérieures à la plupart des jeux édités par des constructeurs: 46 millions d’exemplaires. partagés entre Xbox 360 et PS3. Pas étonnant dès lors que, lorsque les titres permettant de vendre une console à Noël sont publiés par Ubisoft, EA ou Activision, il soit plus commode pour Sony et Microsoft de négocier une exclu temporaire sur du contenu, voire un plan de communication commun avec l’éditeur en question. Ce changement de priorité étant justifié, comment expliquer que les constructeurs continuent de jouer la carte de certaines exclusivités?

UNE XBOX SANS HALO?

Il est devenu de plus en plus difficile pour un constructeur de négocier une exclusivité durable et abordable. Le poids économique des plus grosses sociétés, les multiples supports de jeux émergeants (smartphones, tablettes, réseaux sociaux et navigateurs) donnent une liberté inédite dans l’histoire du média aux éditeurs tiers. À la table des négociations, Sony ou Microsoft ne peuvent plus imposer leur point de vue et se voient opposer des contrats aux montants de plus en plus exorbitants. Voilà qui explique que Sony n’ait pas pu retenir ses partenaires, japonais de surcroît, qu’étaient Square Enix ou Hideo Kojima et Konami… De son côté, Microsoft voit Bungie, le créateur historique de Halo, négocier du contenu exclusif avec l’ennemi de toujours, Sony. L’inflation terrible qu’ont vécu les constructeurs explique que, en dépit d’une importance toujours aussi forte, les blockbusters exclusifs soient moins nombreux, car devenus beaucoup plus coûteux à développer ou acquérir. De même, en plus du coût de ces exclusivités, les constructeurs doivent investir massivement dans le marketing, pour la gestion de leur image et les partenariats hors-jeu (services, catalogues de films et séries, réseaux sociaux…) pour que leur future console réponde aux attentes du public… Pourtant, les blockbusters, aussi onéreux soient-ils, sont toujours au cœur des réflexions des constructeurs sur cette nouvelle génération et le timing de leur sortie infiniment stratégique.

  • Blockbusters exclusifs : Avantage XBox One

Le temps des gros titres exclusifs (de façon illimitée) toucherait-il à sa fin? Seulement six jeux prévus au format physique sur PS4, contre près du double sur Xbox One, ça peut paraître déséquilibré. Cependant, Microsoft a déjà abattu deux cartes majeures avec Forza et Halo. En termes de licence forte et historique, Sony n’a dégainé que: Killzone. Enfin, côté éditeurs tiers, le nébuleux Deep Down de Capcom sur PS4 trouve à qui parler avec le Titanfall de Respawn, les créateurs de Modern Warfare.

PS4 Vs XBox One : Exclusivités annoncées

PS4 Vs XBox One : Exclusivités annoncées

  • Les exclusivités DLC : Avantage XBox One

Déjà bien affûté sur Xbox 360, l’appétit de Microsoft pour les contenus téléchargeables des jeux les plus vendus ne faiblit pas. Au contraire, c’est cette fois sur tous les fronts des FPS de fin d’année qu’il s’impose. Le constructeur rafle la mise des exclusivités temporaires des DLC de Battlefield 4 et Call of Duty: Ghosts. Les joueurs PS4 devront patienter, mais se rattraperont avec du contenu sur Destiny. Moins spectaculaire, le mode FIFA Ultimate Team du prochain FIFA 14 disposera de contenu réservé à la Xbox One.

PS4 Vs XBox One : Contenu Exclusif

  • Du lourd dans les titres à venir : Égalité

Dans l’un et l’autre camp, des licences fortes n’ont pas encore eu droit de cité. La puissance de ces machines requiert plus de temps pour obtenir des jeux dignes des nouvelles attentes. Des suites pour Uncharted, God of War, Gran Turismo côté Sony, ou Gears of War et Fable côté Microsoft seraient-elles en préparation? La différenciation des deux consoles passera en grande partie par ces exclusivités développées par des studios propriétaires plutôt que par celles dealées avec les éditeurs qui resteront toujours intéressés à vouloir diffuser; à un moment ou un autre, leurs jeux sur toutes les plateformes.

  • Exclusivités indés : Avantage PS4

Le succès des jeux distribués sur Xbox live Arcade, mais aussi des plateformes de vente sur PC telles que Steam, a donné des idées à Sony. Du coup, c’est un déferlement de perles indés, de titres téléchargeables et de courageuses initiatives vers le free-to-play (quatre free-to-play sur PS4 contre un seul sur Xbox One, Killer Instinct). Mais beaucoup de ces exclusivités ne sont que temporaires alors que certains deals de Microsoft semblent plus solides (Crimson Dragon, Minecraft ou Plants vs Zombies: Garden Warfare).

 

VERDICT JEUX EXCLUS : XBOX ONE GAGNANTE 

La PS4 perd des points dans ce duell (malgré plus de titres). Un teaser d’Uncharted 4 ou du successeur de God of War aurait pu tout changer, là où Microsoft a pris fe risque de dévoiler plus de licences et a misé sur des deals de contenu exclusif. notamment sur les deux FPS les plus attendus.

 

3) LES SERVICES EN LIGNE

Jadis réservés aux téléviseurs, box Internet et PC, les services en ligne représentent aujourd’hui les terres les plus convoitées de nos consoles. Elles suscitent des vocations et des accords inattendus!

La frontière entre le jeu vidéo et les autres médias historiques s’amenuise peu à peu. Signe des temps, une console ne sert plus uniquement à jouer, mais aussi à regarder la télévision (sur Xbox One), télécharger des films, écouter de la musique ou même partager des informations avec ses amis. L’intérêt des autres médias pour le jeu vidéo est aujourd’hui plus clair, plus affirmé que jamais. Là où le jeu vidéo peinait à rameuter des grands noms, il n’ a plus désormais qu’à se baisser pour obtenir des accords de prestige. Ainsi, Steven Spielberg va produire une série autour de la licence Halo pour Microsoft, pendant que Sony Pictures (Spider-Man) va produire du contenu exclusif sur PS4. Les plus grandes majors du cinéma ne peuvent faire abstraction des consoles next-gen dans leurs plans à venir : les lecteurs Blu-ray intégrés et la capacité de ces dernières à produire une image au format 4K en font des partenaires de choix pour promeuves les images de demain. En fait, les services disponibles avec la PS4 et la Xbox One représentent la synthèse de quinze ans d’évolution. Si, en 2000, une présentation de machines avait parié sur le partage vidéo, les réseaux sociaux, le streaming et le double écran, on aurait crié à la démence. Alors, bien dans leur époque les deux concurrentes? Oui, pour le moment. Car, dans un monde où la technologie évolue aussi vite, où les modes modifient nos centres d’intérêt sur le web parfois en seulement quelques mois, la meilleure arme de chacune d’elles sera la réactivité, la capacité à s’adapter au changement. Un défi bien plus grand que toutes les nouvelles technologies du monde!

  • Le jeu en ligne (XBL Vs. PSN) : Avantage XBox One

Alors que chaque service avait ses qualités et défauts bien établis sur la génération précédente, il sera, à l’avenir, plus difficile de trancher. Dix petits euros d’écart entre les deux abonnements annuels… Mais même moins cher, Sony fait désormais payer pour le multi, dont on ne peut encore vérifier l’amélioration vis-à-vis de son concurrent. Le XBL s’appuira à n’en pas douter sur ses qualités actuelles pour un plus grand confort et une meilleure stabilité. Côté jeux offerts façon PSN+, le brouillard n’est pas près de se dissiper: un jeu important et un jeu téléchargeable par mois au début, et ensuite… tout dépendra de ce que le concurrent proposera. Enfin sur l’aspect marché en ligne, si le PSN a fait des efforts de clarté avec une nouvelle interface, le XBL garde un léger temps d’avance et n’a pas dans son CV une faille de sécurité majeure…

  • Le partage vidéo : Égalité

Les vidéos de jeu n’ont jamais été aussi populaires. Pour Microsoft, c’est le très popueire Twitch, chouchou des streams de tournois pros, accompagné d’une application maison baptisée Upload Studio qui s’y collent. Côté Sony, ce sont YouTube et Ustream qui recevront les envois via le bouton Share de la DualShock 4. Deux optiques différentes, mais dont la performance ne peut se juqer qu’en conditions réelles: match nul donc.. pour le moment! En outre, la connexion de votre console aux réseaux sociaux, anecdotique, sera présente chez chaque constructeur.

  • Les média centres : Avantage XBox One

Avec sa connectique spéciale (entrée ET sortie HDMI), ses partenaires dans le sports (ESPN), le cinéma et la télévision (HBO et toujours Netflix pour le stream et la location), le contrôle via Kinect 2.0 entièrement par commandes vocales, le passage d’un média à l’autre instantanément, la Xbox One a été conçue comme un media center. La PS4, quant à elle, parie sur Redbox Instant (location et streaming de films), continue avec Video Unlimited (achat et location) et fait un deal pour du contenu exclu avec Sony Pictures (logique).

  • Le multi-écran : Avantage PS4

Si la PS Vita permet carrément de jouer à la PS4 en streaming (comme le GamePad Wii U), l’application SmartGlass de Microsoft permet, elle, de transformer n’importe quel smartphone ou tablette en véritable second écran interactif. La popularité de cette application auprès des développeurs a donné l’idée à Sony de développer sa propre application : la PlayStation App. Il sera donc possible sur les deux machines de suivre la partie d’un ami, de gérer son compte online grâce à une application dédiée, compatible avec tous les appareils du marché.

 

VERDICT SERVICES EN LIGNE : XBOX ONE GAGNANTE

C’est sans surprise que la Xbox One, véritablement conçue comme élément central dans un salon moderne, s’impose dans cette catégorie. Il sera difficile pour Sony de rattraper son retard dans le domaine, tant son concurrent américain a emprunté cette direction plus tôt, et de façon plus convaincante.

 

4) LA BATAILLE DE L’IMAGE

A l’occasion du dernier E3, et à moins de six mois de la sortie respective des consoles, les deux constructeurs avaient un but affiché: faire du bruit. Chacun y est parvenu, pour des fortunes diverses.

Outre les performances, le prix et les jeux, à notre époque ultra-connectée où l’information s’échange en quelques secondes, s’il est un domaine dans lequel les sociétés investissent pour éviter les erreurs, c’est bien la communication, la gestion de leur image. Cet E3 aura vu un Microsoft bien trop discret sur la justification de certains de ses choix (donnée ensuite de façon plus lisible, mais un peu tard), et un Sony très agressif, qui aura sauté sur l’occasion tout en faisant oublier, notamment, un line up un peu en retrait. Le tollé qui s’ensuivit, notamment sur Internet, a probablement coûté la tête de Don Mattrick, président de la division jeux de Microsoft, et entraîné un revirement radical. Voilà qui donne de l’importance à l’avis des joueurs, certes, mais collectivement. Cet avis «collectif», de masse, est-il aussi affirmé chez chaque individu, dans le détail? Difficile de le savoir. Sony paraît donc gagnant pour l’instant, mais la bataille de l’image ne fait que commencer.

  • Avis des distributeurs : Égalité

Nous avons interviewé deux distributeurs majeurs en France, afin de recueillir leur vision de ce duel tant attendu.

MICROMANIA-DOCK GAMES

>Quel est le sentiment de Micromania par rapport à chaque console?
Chaque console va nous faire entrer dans la nouvelle génération du jeu vidéo. Les deux consoles ont beaucoup de points communs au niveau de la promesse client: des jeux encore plus beaux, plus immersifs, des expériences plus personnalisées et multi-écrans, une ouverture plus importante vers les autres types de divertissements (TV, vidéo…) et vers les communautés (notion de partage), un service online plus riche meis payant.

>Qu’est-ce qui les différencie selon vous?
Pour le lancement, la PS4 se différencie par un prix plus abordable et la Xbox One par son parti pris Kinect et un catalogue de jeux un peu plus qualitatif au lancement.

>Quel est l’état des pré-commandes pour chaque machine?
Avant l’abandon des DRM par Microsoft, les pré-commandes pour la PS4 était devant celles de la Xbox One mais, depuis l’annonce, l’écart entre les deux s’est considérablement réduit.

INNELEC MULTIMEDIA

>Quel est le sentiment d’Innelec par rapport à chaque console?
Il est encore un peu tôt pour les départager. La Xbox One a montre ses capacités graphiques impressionnantes avec Ryse Son of Rome où la frontière entre les scènes cinématiques et celles de jeu sont indécelables, mais la PS4 a, elle aussi, un potentiel énorme. Ce qu’il faut retenir, c’est que ces consoles affichent toutes de belles promesses et qu’elles donnent le coup d’envoi d’une période captivante.

>Qu’est-ce qui les différencie selon vous?
Elles sont exceptionnelles dans leurs caractéristiques, mais plus que la partie technique, c’est sur l’orientation marketing et l’offre logiciel qu’elles se démarqueront avec, nous l’espérons, des jeux exclusifs. Sony a décidé de jouer une carte très orientée gamer, alors que Microsoft semble être un peu plus consensuel. Mais ces approches vont encore évoluer.

>Quel est l’état des pré-commandes pour chaque machine?
La réponse de Microsoft face au positionnement de Sony a permis de les équilibrer, mais nous n’en sommes qu’au début et nous verrons si les annonces de la Gamescom en août et sur notre salon Inno’Show les 2 et 3 septembre, vont influer sur cet équilibre.

 

  • Occasion, connexion permanente, où en est-on? Égalité

C’est le point qui a tant fait souffrir Microsoft ces dernières semaines. Avec ses DRM (une signature numérique unique donnant le droit de disposer d’un logiciel, fut-il sur support physique), sa connexion Internet permanente et un Kinect 2.0 toujours en éveil, la firme de Redmond a fait frémir les amateurs de jeux d’occasion, de parties hors ligne et les défenseurs des libertés. Après être revenu sur ses dires quelques jours plus tard (sauf pour Kinect), la Xbox se retrouve (presque) alignée sur la PlayStation 4.

PS4 Vs XBox One : Occasion et connexion permanente

  • L’accueil du public : Avantage PS4

Premiers visés par cette annonce, les consommateurs! Le moins que l’on puisse dire, c’est que le duel ne nous a pas laissés indifférents. Si la majeure partie d’entre vous s’est tournée vers la PlayStation 4, le revirement de Microsoft a divisé. Certains l’ont trouvé opportuniste, d’autres s’en sont réjouis. En creux, l’argument du prix ne laisse personne indifférent, et l’achat au lancement n’est pas forcément au programme.

Quelques extraits des échanges sur Facebook :

PS4 Vs XBox One : Avis sur Internet

 

VERDICT IMAGE : PS4 GAGNANTE

Une mauvaise gestion des questions «qui fâchent» dans laquelle Sony s’est engouffré, et voilà Microsoft obligé de revoir toute sa stratégie. Sur le long terme, que retiendra-t-on: une société qui change d’avis ou qui est à l’écoute de ses consommateurs?

 

VERDICT FINAL : COURT AVANTAGE POUR LA PLAYSTATION 4

  • PS4

Toute l’habileté de Sony aura résidé dans sa capacité à insister sur les défauts de son concurrent pour mieux faire oublier les siens auprès du public. Multijoueur devenu payant et line up de lancement en demi-teinte par exemple. Reste deux arguments massue: son prix et sa puissance affichée.

  • XBox One

Où en serait la Xbox One sans ce couac de communication? Ayant montré du potentiel pour les jeux, mais pas seulement, la machine semble se résigner à revenir à l’essentiel pour juguler les assauts de la concurrence. Reste la question du prix, sensible, mais dont les données pourraient bien changer d’ici la fin de l’année.


Laisser un commentaire

Retour en haut de la page
prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature )){ } elseif (function_exists( prettyPhoto[mom_slideshow]post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(post_feature ?php } else { ?)){ } elseif (function_exists(